Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Rock Forever, back in the 80s...

11 Juillet 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critique Ciné

20130887.jpg

 

Rock Forever // De Adam Shankman. Avec Tom Cruise, Alec Baldwin et Russell Brand.


Comédie musicale à grand casting, Rock Forever se devait de séduire les plus jeunes mais aussi les plus adultes qui ont connus les comédies musicales des années 80 et qui ont grandis avec ces années là. Globalement, on ne peut nier l'efficacité de cette petite comédie musicale qui se veut grande. Il y a de la musique, du rêve américain, de l'humour et de très bons comédiens. Les ingrédients sont donc tous réunis pour nous offrir la chance d'avoir un divertissement à la hauteur de ce que l'on peut largement attendre d'un film comme celui ci. Rock Forever ne m'a pas déçu, il a globalement tenu toutes ses promesses et la première c'est la prestation de Tom Cruise, bluffante et extrêmement bonne. Ce que j'admire avec cet acteur c'est qu'il peut faire tous les contre emploi qui existe, il sera toujours aussi bon (son personnage de Les Grossman restera le meilleur).

Sherrie, jeune provinciale, rencontre Drew, garçon de la ville, sur le Sunset Strip, alors qu'ils tentent de percer à Hollywood. "Rock Forever" raconte leur histoire d'amour à travers les tubes de Def Leppard, Foreigner, Journey, Poison, REO Speedwagon, et Twisted Sister...

L'histoire reste classique. Teintée d'une bonne dose de rêve américain, nous suivons l'histoire de cette jeune fille, Sherrie, qui pense savoir chanter et qui aimerait bien se faire un nom dans la musique. Puis elle va rencontrer Drew, un barman au Bourbon Room, un bar mythique qui a vu naître Stacie Jaxx et là, c'est le coup de foudre. Rock Forever parvient donc à nous insérer une histoire d'amour sans qu'elle ne soit trop mélancolique ou imbuvable. Le film garde une veine virile, ce qui permet de lui donner plus de tonalité. De plus, le côté doux des deux personnages permet de tempérer avec ces grosses pointures du cinéma, vraies grosses voix du film. Et je pense évidemment à Alec Baldwin qui repousse toujours l'échéance de son départ à la retraite (heureusement pour nous). Il incarne ici le propriétaire du Bourbon, celui qui a permis à Stacie de devenir la grande star qu'il est aujourd'hui.

C'est un personnage amusant, et évidemment je retiens son duo barge avec Russell Brand (son ami et fidèle associé) qui nous propose de créer une histoire d'amour entre les deux personnages. L'humour est bien présent, aussi scato soit il (j'aimerais pas être le pantalon de Baldwin quand celui ci dit avoir vomi par l'arrière train). Russell Brand aussi s'amuse. Ce jeune comédien anglais fait petit à petit en trou aux États Unis. Il a même lancé récemment son propre talk show, assez moyen certes, mais c'est tout de même là pour prouver l'intérêt que les américains portent à l'acteur. On peut aussi citer Catherine Zeta Jones en catholique qui veut exterminer le rock'n'roll de Los Angeles grâce à son mari (Bryan Cranston) récemment devenu maire qui la cocufie dans son dos en se moquant de ses délires de folle.

La séquence dans l'église était particulièrement bonne. J'ai adoré l'énergie qu'il y a dans ce moment du film. C'est fun et sobre finalement. Même si cette histoire est très mal gérée dans le scénario (on ne comprend pas son utilité, uniquement là pour coller avec les années 80 et la potentielle fermeture du Bourbon qu'il faut sauver par dessus tout). Le film s'apparente donc plus à un grand concert à toute une ville chante, s'amuse, danse et boit du whisky. C'est ce que j'attendais. Shankman est particulièrement bon pour nous offrir des séquences "concert" efficaces et n'omettant pas de nous plonger au cœur des parties chantées du film. Il y a aussi un joli traitement des couleurs de ce Hollywood Boulevard sale mais laissant malgré tout rêveur. C'est rare les films qui montre l'une des vraies parties de ce quartier.

Pour ajouter une bonne dose de rêve américain, nous allons nous rendre plusieurs fois aux lettres de Hollywood. Ce genre de scènes symbolisent plutôt bien le rêve américain. Je retiens donc également la prestation sans faille de Tom Cruise. Cet acteur renaît ces derniers mois et dans le meilleur sens du terme. J'ai hâte de voir son prochain film. Toujours une bonne surprise. Mon fanatisme pour l'acteur doit y être pour beaucoup aussi. Enfin, je n'avais jamais été autant ému par Don't Stop Believin (de Journey) que reprise dans ce film. Cela permet de clôturer le film sur une tension émotionnelle importante (cela a été le cas pour moi). Au final, Rock Forever arrive à faire rêver, voyager musicalement même si l'on aurait pu pousser la note un peu plus forte. Reste l'histoire globale, malheureusement bâclée mais c'est toujours un souci pour une comédie musicale à grand cast. Et Shankman ne pourra jamais refaire un Hairspray.

Note : 7/10. En bref, un divertissement musical agréable et déjanté. Tout en étant drôle, le film nous offre une prestation excellente d'un Tom Cruise qui a clairement retrouvé sa forme olympique.

Commenter cet article