Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Scott Pilgrim, un bouillon de culture "geek"

8 Novembre 2010 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critique Ciné

19533844.jpg

 

Scott Pilgrim // De Edgar Wright. Avec Michael Cera et Mary Elizabeth Winstead.


Je ne peux pas dire que je suis accro aux films du genre "geek" mais j'aime bien quand c'est bien fait. J'avais entendu des éloges impossibles sur Scott Pilgrim, comme une sorte de nouvelle référence de la nouvelle génération "geek". Content de me dire que j'allais voir un bon film de ce genre, à la sortie, je n'ai pas été déçu. Loin de là, c'est même un très bon film. Michael Cera remonte ainsi dans mon estime après ce que j'ai pris comme un mauvais film cet été : Be Bad.
Scott Pilgrim n’a jamais eu de problème à trouver une petite amie, mais s’en débarrasser s’avère plus compliqué. Entre celle qui lui a brisé le cœur – et qui est de retour en ville – et l’adolescente qui lui sert de distraction au moment où Ramona entre dans sa vie - en rollers - l’amour n’a jamais été chose facile. Il va cependant vite réaliser que le nouvel objet de son affection traîne les plus singulières casseroles jamais rencontrées : une infâme ligue d’ex qui contrôlent sa vie amoureuse et sont prêts à tout pour éliminer son nouveau prétendant. À mesure que Scott se rapproche de Ramona, il est confronté à une palette grandissante d’individus patibulaires qui peuplent le passé de sa dulcinée : du mesquin skateur à la rock star végétarienne en passant par une affreuse paire de jumeaux. Et s’il espère séduire l’amour de sa vie, il doit triompher de chacun d’eux avant que la partie soit bel et bien « over ».
Bourré de références, ce film est un bouillon de culture geek à lui tout seul. Dans le rôle principal ? Michael Cera. Il est talentueux l'acteur et prouve ici qu'il est très bon. Derrière ce "Ave" à ce monde incompris par certain, il y a des histoires d'amour. Pas qu'un peu, on plonge donc dans les relations d'un jeune geek, vivant au crochet de son meilleur ami, gay. De quoi être intéressant pour une fois. Décrit comme l'une des meilleures nouveautés au cinéma de ces derniers temps, je dois l'avouer, qu'on en prend plein les yeux. C'était à la fond plein de bons sentiments et de bonne humeur, le tout, communicative
Derrière un scénario transcendé de référence au genre, aussi bien Guitar Hero, que le générique Universal en 16 Bits, que la petite référence à Cellular, et encore à des tas de programmes geek dont je n'ai pas forcément la connaissance. Je pense notamment à ces combats, tout droit sortir d'un trip sous acide, j'étais comme altéré dans un monde parfaitement bien foutu. Ce film était d'ailleurs très soigné derrière un casting rempli de guest. Je noterais la présence de Jason Schwartzman qui était tout simplement génial. Je l'adore. Mais voilà quoi. Un geek qui combat les ex de la fille qu'il aime donc moi je dis oui. C'était savoureux et géant. Un bon film qui traite avec finesse de l'univers geek.

Note : 8.5/10. En bref, une vraie révélation. Excellent film, Scott Pilgrim est une sorte d'oeuvre inclassable qui en séduira plus d'un. Courez le voir...

Commenter cet article

Vince R' 08/01/2013 22:02


En farfouillant un peu sur ton site, je viens de retomber sur la critique de Scott Pilgrim et même s'il est un peu tard, je dois dire que je suis étonné ! =O


Deux points me turlupine : D'abord, je crois que tu détiens le record du monde d'utilisation du mot "geek" en quatre paragraphe ! Ensuite, tu arrives a boucler une critique de Scott Pilgrim sans
même avoir abordé sa BO !


 


D'accord le film et la BD donnent une place très importante à l'univers vidéo-ludique et plus spécialement au retro-gaming ! (Le pitch de base semble tout droit sortie d'une borne d'arcade). Mais
la musique n'en reste pas moins la deuxième influence majeur ! 


Scott est tout de même bassiste ! Un mauvais... Certes... Mais un bassiste ! Un héros bassiste... Tellement rare ! x) (il joue d'ailleurs sur une Ricken-Backer 5001 ! Instrument de légende !
Georges Harrisson, Ed O'Brien, Pete Townshend... Il y en a tellement !) Ce qui au passage, montre bien que Brian Lee O'Maley sait parfaitement de quoi il parle.


Tous ses t-shirt ! (plus flagrant dans la BD, dans le film il n'a que celui de Plumtree... Même si je reste intimement convaincu que son t-shirt "Zero" est une référence caché aux smashing
pumpkins)


Et enfin... La track list ! Metric (The clash at demon head) Beck (Sex Bob Omb) Broken Social Scene (Crash and the Boys) Blood Red Shoes (succint mais présent =) ) Plumtree, Beachwood Sparks,
Franck Black... C'est parfait du début à la fin ! 


C'est rare que je trouve une de tes critiques indigeante, mais pour le coup ne pas avoir au moins mentionné la BO est juste impardonnable ! =p 


C'est quand même de la formule :


Geekeries + Rock = Scott (ont pourrait rajouter aussi "Loose"... x) )


Qu'est né ce monument ! 


Oui... J'ai beaucoup aimé...

Vince R' 08/01/2013 21:59


En farfouillant un peu sur ton site, je viens de retomber sur la critique de Scott Pilgrim et même s'il est un peu tard, je dois dire que je suis étonné ! =O


Deux points me turlupine : D'abord, je crois que tu détiens le record du monde d'utilisation du mot "geek" en quatre paragraphe ! Ensuite, tu arrives a boucler une critique de Scott Pilgrim sans
même avoir abordé sa BO !


 


D'accord le film et la BD donnent une place très importante à l'univers vidéo-ludique et plus spécialement au retro-gaming ! (Le pitch de base semble tout droit sortie d'une borne d'arcade). Mais
la musique n'en reste pas moins la deuxième influence majeure ! 


Scott est tout de même bassiste ! Un mauvais... Certes... Mais un bassiste ! Un héros bassiste... Tellement rare ! x) (il joue d'ailleurs sur une Ricken-Backer 5001 ! Instrument de légende !
Georges Harrisson, Ed O'Brien, Pete Townshend... Ce qui montre bien que Brian Lee O'Maley sait parfaitement de quoi il parle =D)


Tous ses t-shirt ! (plus flagrant dans la BD, dans le film il n'a que celui de Plumtree... Même si je reste intimement convaincu que son t-shirt "Zero" est une référence caché aux smashing
pumpkins)


Et enfin... La track list ! Metric (The clash at demon head) Beck (Sex Bob Omb) Broken Social Scene (Crash and the Boys) Blood Red Shoes (succint mais présent =) ) Plumtree, Beachwood Sparks,
Franck Black... C'est parfait du début à la fin ! 


C'est rare que je trouve une de tes critiques indigeante, mais pour le coup ne pas avoir au moins mentionné la BO est juste impardonnable ! =p 


C'est quand même de la formule :


Geekeries + Rock = Scott (ont pourrait rajouter aussi "Loose"... x) )


Qu'est né ce monument ! 


Oui... J'ai beaucoup aimé...