Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : The Dinner, un remake de bas étage du Dîner de Cons

20 Décembre 2010 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critique Ciné

19571393.jpg

 

The Dinner // De Jay Roach. Avec Steve Carrell et Paul Rudd.

 

Le réalisateur de Mon Beau Père et Moi revenait avec l'adaptation américaine de notre film très français : Le Dîner de Cons. Et je dois l'avouer, c'est un remake très moyen. Ce n'est pas que c'est mauvais car beaucoup de gags fonctionne, c'est tout simplement que le film est trop américanisé et que bien sûr, l'idée tombe à la flotte. Mais où sont passé les bons moments que j'ai pu passé à rire des tonnes et des tonnes de fois devant Le Dîner de Cons ? Je sais pas, mais ils ne se sont pas transposés ici.
The Dinner, c’est l’histoire de Tim, un homme auquel presque tout sourit. Seule une chose lui manque pour faire de sa carrière un plein succès : trouver l’invité idéal au dîner annuel organisé par son patron, événement à l’issue duquel celui qui présentera l’invité le plus excentrique à son hôte sera désigné comme le grand gagnant de la soirée. C’est alors qu’il rencontre Barry, un type qui réalise des reproductions d’oeuvres d’art avec des souris…
Oui. The Dinner c'est une comédie américaine, banale. Il n'y a pas meilleur mot pour décrire le problème viscéral du scénario. C'est déjà vu et ça rogne sur des grands succès du box office. A vrai dire, c'est bien dommage car il y avait tant de matière de départ (le film original) qu'ils ont transformé l'ensemble en un rocking chair des années 90, là où la comédie américaine fleurissait comme un pustule sur le visage d'un ado.
Je dois l'avouer, le pauvre Paul Rudd que j'avais adoré dans I Love You Man se retrouve ici dans un rôle très mauvais. Il ne lui va pas tellement à la peau et il manquait vraiment de prestance. Et puis bien sûr, il y avait Steve Carrell qui est un acteur que j'adore mais là, c'était trop. Certaines scènes étaient pire qu'une intolérance au lactose. Rien que son regard de pervers, il avait toute la panoplie pour effrayer les enfants. Ca cabotine, ça rame et ça pignoche. A vrai dire, à un moment du film, j'en pouvais plus de ses singeries à deux francs. Je retiens cependant quelques scènes comme celle du dîner final mais aussi celle du dîner au restaurant et du chat au début du film. Le reste était trop moyen pour que je m'en souvienne.
Alors voilà, ce film est aussitôt vu, aussitôt oublié. C'est dommage dans un certain sens car il aurait pu être bien meilleur, notamment avec la pair d'acteur en tête d'affiche mais non. Je ne vous le conseille pas, surtout si vous adorez et riez à en pleurer devant Le Dîner de Cons français.

Note : 3/10. En bref, une comédie sans saveur qui se perd dans des gags parfois drôles mais d'autres dont la lourdeur donne des indigestions de Steve Carrell.

Commenter cet article