Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : The Numbers Station, thriller léthargique

14 Avril 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

20470930.jpg

 

The Numbers Station // De Kasper Barfoed. Avec Malin Akerman et John Cusack.


John Cusack est abonné aux films douteux ces derniers temps. Après le très mauvais The Factory, film ultra prévisible, il revient avec The Numbers Station et le moins que l'on puisse dire c'est que ce n'est pas plus folichon. C'est dommage car j'avais envie d'être tenu en haleine du début à la fin par un petit thriller en ce dimanche après midi. Le problème de The Numbers Station c'est qu'il ne se passe pas grand chose et que le rythme est d'une lenteur à faire pâlir un tracteur. Ce n'est pourtant pas faute d'avoir un pitch qui laissait désireux de bonnes petites courses poursuites et de scènes d'action. Sauf que ce n'est pas du tout ce qui va arriver durant l'heure et demie de film. Bien au contraire, tout ce qu'il se passe c'est le décodage d'un code, la tentative de protection d'une jeune femme et bien évidemment beaucoup trop de dialogues emmerdants et ne servant pas vraiment à grand chose.

Un ancien agent d'élite de la CIA, qui a pour mission de protéger une jeune femme, doit lutter avec elle pour leur survie après une attaque surprise...

En voilà donc un bon film léthargique qui ne sert strictement pas le genre. Et pourtant, ce n'est pas faute de faire appel à Kasper Barfoed, un réalisateur danois pour mettre en scène un scénario particulièrement plat et navrant. Du réalisateur je ne connais que Dem son Draeber, une série danoise que j'avais trouvé assez sympathique dans son ensemble mais pas transcendante. Bref, The Numbers Station manque donc énormément de rythme. Rapidement le sujet s'engouffre dans le grand guignolesque ne cherchant pas midi à quatorze heures. Nouvelle erreur puisque l'on se rend bien vite compte que les choses ne sont pas aussi drôle qu'il n'y parait. John Cusack pédale dans la semoule pendant que Malin Akerman cabotine. La jeune femme est bien mieux dans des comédies à la mord moi le noeud comme Les femmes de ses rêves plutôt que des films sérieux comme The Numbers Station.

Pourtant, c'est un film anglais. Et c'était l'une des autres raisons pour lesquelles j'étais tenté, en plus de la présence de Liam Cunningham (bien qu'avec cet acteur cela soit à double tranchant étant donné qu'il a joué dans la mini série toute dégueulasse Titanic Blood and Steel. Finalement, il n'y a pas grand chose à sauver de ce petit film qui se perd donc rapidement en noyant son identité dans une accumulations de choses et d'autres. D'autant plus que le twist final est déjà prévisible lors des premières minutes du film. Qu'attendre donc de The Numbers Station ? Rien du tout. C'est dommage car derrière ce film complètement raté aurait pu se cacher un vrai divertissement amusant et fun. On aurait notamment pu voir John Cusack conduire une limousine pendant la destruction du monde avec des effets spéciaux douteux. Cela ne vous dit rien ? Bon ok.

Note : 1/10. En bref, durant l'heure et demie de The Numbers Station le film se cherche une identité entre thriller, film d'action, polar et film d'espionnage. On passe par tous les registres mais l'on s'ennui terriblement. Le scénario lobotomisé n'aide pas un John Cusack aussi expressif qu'un Maneki-neko.

Commenter cet article