Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Un Flic pour Cible, polar débile

11 Mars 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critique Ciné

19641089.jpg

 

Un Flic pour Cible (The Son of No One) // De Dito Monteil. Avec Channing Tatum, Al Pacino, Juliette Binoche et Katie Holmes.


Bon, tout d'abord il va falloir comment Katie Holmes choisie ses films. Peut être qu'elle suit Al Pacino aussi puisque la dernière fois que j'ai vu un film avec elle (Jack et Julie) ils étaient déjà ensemble dans le film. Bref, The Son of No One c'est quand même un polar bien raté en long et en large. En effet, le film tente des trucs qui auraient pu être intéressant mais se perd dans une élocution sérieuse dictée par un Channing Tatum qui rame dans son rôle et un Al Pacino qui vieilli toujours aussi mal cinématographiquement parlant. Mais les acteurs ne sont pas mauvais finalement quand on regarde le scénario, prévisible du début à la fin, sur cette histoire de meurtre qui remonte à la surface plusieurs années plus tard (et donc les années que l'on suit). Entrecoupé de flashbacks nous racontant le terrible secret caché, des flashbacks plutôt durs en leur genre finalement (on va avoir droit au racket sur mineur et même aux abus sexuels) mais voilà, trop de classicisme, trop de tentatives ratées pour obtenir un film convaincant. Le sujet est effleuré par le scénariste qui tente de nous plonger au coeur d'une affaire sale. Mais la réalisateur de Dito Monteil n'offre qu'un pâle panorama de ce que le film avait à offrir. 

Un jeune flic est affecté à un commissariat dans le quartier ouvrier où il a grandi. Dès lors, un vieux secret ressurgit et menace de détruire sa vie...

Le réalisateur et scénariste de Fighting retrouve donc son acteur prodige qu'est Channing Tatum dans un rôle différent puisqu'ici il est homme représentant de la loi, contrairement à Fighting où il se bâtait pour sa vie avec Terence Howard (un film correct si mes souvenirs sont bons). Le soucis c'est que The Son of No One n'exploite pas super bien l'univers glauque et sombre du réalisateur que j'avais pu découvrir avec son première film. Ici on sent qu'il se repose un peu trop sur ses lauriers, comme si il n'avait pas vraiment besoin de nous satisfaire d'un quelconque divertissement. Car justement, rien n'est réellement passionnant. Les personnages enchaînent le côté lancinant de leur histoire, à commencer par Ray Liotta qui est bien drôle dans son rôle de chef de la division, mais qui n'a rien de bien passionnant à offrir. Il ressemble plus à une bien lisse parodie de David Hasselhoff qui aurait pu faire un film policier ces dernières années. De toute façon, les deux "acteurs" ont un peu la même tête (ils ont le même chirurgien plastique non ? Je veux pas son numéro en tout cas vu le gros raté).

Reste également la petite frenchie Juliette Binoche qui incarne ici le rôle d'une journaliste qui tente de faire sortir l'histoire mais qui va se faire descendre en cours de route (la scène de sa mort était ridicule, tout comme le développement de son personnage, qui n'a pas grand intérêt finalement si ce n'est de réveiller le héros du film). On a aussi la pauvre Katie Holmes qui choisit aussi toujours bien ses rôles (c'est ironique évidemment). Elle a droit au rôle de la femme qui sert à rien. Une belle plante verte et je pense que c'est encore pire que de subir des blagues de pets dans Jack et Julie vous ne pensez pas ? Et puis Tracy Morgan qui n'est jamais pas drôle dans 30 Rock mais qui est encore pire en homme traumatisé… Au final, The Son of No One n'est pas un bon polar. Il manque clairement la dose survitaminée d'action qui va réveiller le spectateur au milieu du film. Le pauvre Channing Tatum que j'ai tendance à pas détester sert ici la soupe du pauvre dans un film chiant qui ne parvient même pas à surprendre. Le pire est quand même que plus les secrets se dévoilent dans ce film, plus ils sont ridicules et rendent le tout incohérent. Un comble.

Note : 2/10. En bref, avec un tel casting je pense que l'on pouvait espérer largement mieux...

Commenter cet article