Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : The Thing (2011), la chose qui venait du froid...

26 Novembre 2011 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critique Ciné

19825652.jpg

 

The Thing (2011) // De Matthijs van Heijningen Jr. Avec Mary Elizabeth Winstead et Joel Edgerton.


Jouer au remake d'une oeuvre de Carpenter, il fallait s'y frotter. Rob Zombie avait réussi son pari avec Halloween, Martthijs van Heijningen Jr réalise ici un prequel et remake étonnement surprenant. Je m'attendais pas à aimer. Disons que la bande annonce promettait du film d'horreur classique à petite dose, un genre de Whiteout, ni plus ni moins qu'un grand ennui. Si je ne suis pas fan non plus des films d'horreur à créature - quoi que la saga fantastique des Predator ou encore d'Alien m'a beaucoup plu -, j'ai trouvé ce The Thing plutôt bon et ce malgré un casting assez douteux d'inconnus. D'un certain côté cela permet de mieux rentrer dans l'histoire du film et de ne pas se dire le sempiternel "Mais je l'ai vu dans ce film, elle jouait mal" … The Thing version 2011 a aussi un petit problème d'effets spéciaux manquant légèrement d'ambition. On comprend tout de suite que c'est ce qu'ils pouvaient faire de mieux avec le budget donné mais tout de même. On s'attend à en prendre plein la vue. Si la fin est prévisible, comme la plupart des films d'horreur, elle surprendra pas son ambition de changer quelque chose et d'ajouter une certaine notion de cliffangher réussi.

La paléontologue Kate Lloyd part en Antarctique rejoindre une équipe de scientifiques norvégiens qui a localisé un vaisseau extraterrestre emprisonné dans la glace. Elle y découvre un organisme qui semble s'être éteint au moment du crash, de multiples années auparavant. Mais une manipulation élémentaire libère accidentellement la créature de sa prison glacée. Capable de reproduire à la perfection tout organisme vivant, elle s'abat sur les membres de l'expédition, les décimant un à un. Kate s'allie au pilote américain Carter pour tenter de mettre fin au carnage. Aux confins d’un continent aussi fascinant qu’hostile, le prédateur protéiforme venu d’un autre monde tente de survivre et de prospérer aux dépens d’humains terrorisés qu’il infecte et pousse à s’entre-tuer. The Thing sert de prélude au film culte de 1982, réalisé par John Carpenter, dont il reprend le titre.

Quand je vais voir un film d'horreur, j'attends de sursauter dans mon fauteuil. The Thing parvient à ce résultat. Le début du film est parfois chaotique ce qui le reste excessivement moyen et long à la détente, mais l'ensemble sonne malgré tout assez juste. On place l'ambiance de façon très simple, et surtout sans se soucier du détail. Ce côté scénario grossissant parfois les traits de caractère des personnages aurait pu être plus intéressant mais bon, on est pas dans un film d'acteur studio. Je ne suis pas déçu du voyage, et pourtant tout indiquait le contraire. Je suis également très surpris de la sobriété de l'oeuvre en elle même. C'est sage, on ne va pas dans l'excès de monstre, on ne diffuse que ce qui est nécessaire à l'histoire tout en restant cohérent avec l'horreur. Même si la plupart des scènes de tension sont prévisibles je suis surpris à être surpris. Autant vous dire que les mécanismes de l'horreur, je les connais bien maintenant, fort d'avoir un bon millier de films de ce genre là.

L'entrée du film est bonne, la fin un peu étrange mais suffisante, la réalisation est moyenne mais une fois de plus permet de faire le boulot demander. Les acteurs c'est pas les meilleurs que l'on connaisse mais ce n'est pas les pires et tout ceux qui avaient peur d'un remake à la mord moi le noeud, c'est loin d'être le cas dans ce film. Parfois, même les choses les plus originales donnent lieu à des trucs sympathiques et corrects dans l'ensemble. Les amateurs du genre saliveront, baveront, devant ce film qui réalise le pari de faire un remake d'un film culte, et qui parvient à reste honorable et humble en faisant ce que l'on attend de lui : remettre au goût du juste et surtout aux effets du jour un film qui a dépassé l'âge. Efficace du début à la fin, jusque même à la paranoïa que le film instaure autour des dents de divers personnages. Voilà ce que j'aime des fois dans le cinéma d'horreur, la surprise avait été aussi bonne avec Halloween ou encore La Dernière Maison sur la Gauche. Comme quoi, il ne sert à rien de diaboliser tous les remakes.

Note : 6/10. En bref, étonnant exercice de style, un remake/prequel réussi malgré quelques erreurs minimales. Les amateurs du genre seront servis.

Commenter cet article