Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : The Town, moyen et maître de la beaufitude

17 Septembre 2010 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critique Ciné

19489279.jpg

 

The Town // De Ben Affleck. Avec Ben Affleck, Rebecca Hall, Jon Hamm et Blake Lively.

 

Ben Affleck était de retour avec un second film et le moins que l'on puisse dire c'est que c'est ni raté ni réussit, c'est mou, bourré de blagues en dessous de la ceinture, vrai film de beauf avec en héros, un acteur qui est très limité dans son talent. Sauvé in extremis par trois scènes dont une course poursuite bien filmé, soigné et certainement la scène chef d'oeuvre du film. C'était donc moyen et même des acteurs a qui l'on reconnaît du talent n'arrive pas à faire jouir le téléspectateur. Ainsi, Jon Hamm, l'acteur principal de Mad Men avait tous les attraits du beauf, de l'acteur bidonné.
Doug MacRay est un criminel impénitent, le leader de facto d’une impitoyable bande de braqueurs de banque qui s’ennorgueillit de voler à leur gré sans se faire prendre. Sans attaches particulières, Doug ne craint jamais la perte d’un être cher. Mais tout va changer le jour où, lors du dernier casse de la bande, ils prennent en otage la directrice de la banque, Claire Keesey. Bien qu’ils l’aient relâchée indemne, Claire est nerveuse car elle sait que les voleurs connaissent son nom… et savent où elle habite. Mais elle baisse la garde le jour où elle rencontre un homme discret et plutôt charmant du nom de Doug….ne réalisant pas qu’il est celui qui, quelques jours plus tôt, l’avait terrorisée. L’attraction instantanée entre eux va se transformer graduellement en une romance passionnée qui menacera de les entraîner tous deux sur un chemin dangereux et potentiellement mortel. (Allociné)
Voilà, je sors déçu de ce film. Bon, je partais pas très confiant non plus il faut dire. Ben Affleck a la réalisation, Ben Affleck héros du film, cela ne pouvais qu'être moyen. Voilà, l'intrigue du film était bâclée car l'idée de départ est bonne, l'idée du quartier de Boston où se profile le crime et les braquages de banque, ... J'aimais bien cette idée et puis la bande annonce avait l'air rythmé. Sauf... que le film est rythmé à la moitié par une histoire d'amour entre les personnages de Ben Affleck et Rebecca Hall, une histoire un peu façon syndrome de Stockholm, pas très réussit car assez ennuyante. Bien que ce ne soit pas laid, durant la première moitié du film, on s'ennuie vraiment. Pour le reste, il y a quand même les braquages, un au début qui passe vite, trop vite, qui était assez sympa et puis la course poursuite du milieu du film, maîtrisé. C'est d'ailleurs là que Ben Affleck le réalisateur m'a époustouflé. Il a réussit a utilisé d'autres atouts de la caméra pour réalisé sa scène, une bonne idée. La scène d'action de la fin était correct, disons que tout est misé sur le bruit des balles qui ruisselles, tombent en pluie plus qu'à une cohérence certaine mais c'était aléatoire.
Pour ce qui est des personnages et des acteurs. Ben Affleck est très limité. Ca se voit une nouvelle fois dans ce film et alors la scène finale avec un Doug McRay (son personnage dans le film) en mode Robinson barbu dans sa cabane au bord des Everglades, c'était too much, même beaucoup trop. Il passe pour le héros mais c'est un lâche au final, il n'a même pas vraiment tenter de sauver ses amis alors qu'il prône l'amitié dès le début du film, le quatuor inséparable. Bref, si l'on met ça de côté, on a quand même une belle histoire avec la morale chrétien "Dieu nous a sauvé" au début du film ou encore la morale de la fin. C'était très américain et on ne peut pas en vouloir en film. Ainsi, The Town est un film décevant. Il est loin d'être bon ou correct, il est même pas sauvé par Hamm qui fait le beauf par excellent, "Mr 15 cm" comme le disait Blake Lively, qui sert à rien d'une part et de deux qui fait vulgaire, on dirait presque une prostituée, j'y ai cru au début avec son maquillage dégoulinant. Dégoulinant de bons sentiments, voilà un polar guimauve si vite vu, vite oublié.

Note : 3/10. En bref, pas de quoi sauter au plafond.

Commenter cet article