Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : The Transporter - The Series. Saison 1. Episodes 4 et 5.

16 Décembre 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2012-12-16-01h44m04s154.png

 

The Transporter - The Series // Saison 1. Episodes 4 et 5. A l'aveugle / Requins.


Avec la série, The Transporter a perdue toute son âme. C'est un peu le problème des adaptations de sagas ciné en série. Je ne suis pas nécessairement contre mais le risque est de changer complètement la direction artistique et notamment les personnages. Frank Martin se devait (d'après le créateur) d'avoir des personnages régulièrement autour de lui. Mais des personnages autre que celui de Tarconi. Ce dernier ne sera d'ailleurs présent que dans cinq épisodes sur les douze prévus, autant dire que c'est presque une vraie arnaque. Depuis le début de la saison, The Transporter n'avait pas encore pris le temps d'introduire en bonne et due forme le personnage de Juliette Dubois incarné par Delphine Chanéac. C'est maintenant chose à moitié faite dans "Requins" où la belle se retrouve dans la voiture de Frank pour une petite escapade malheureusement lancinante. Cette partie de l'épisode ressemblait beaucoup à Wasabi (tiens, encore une production de Luc Besson). Mais commençons d'abord avec "A l'aveugle". Nous allons retrouver Jack, l'ancien instructeur de Frank et agent de la CIA.

La relation entre Jack, aveugle, et le personnage de Frank était assez bizarre. Disons que je n'avais pas l'habitude de voir Frank tailler une bavette dans les films avec des amis à lui. Bien au contraire, c'était un homme tellement mystérieux et solitaire dans son travail. Quoi qu'il en soit, The Transporter tente donc de nous introduire régulièrement des personnages que Frank connait. Un choix stratégique afin de rendre Frank beaucoup plus docile vis à vis des téléspectateurs. Maintenant, je me demande donc ce qu'il faut attendre de la suite de la série vis à vis de ces apparitions. Alors que depuis le début de la série nous étions en Europe, cette fois il se retrouve à Philadelphie. L'idée de coupler tout ça avec la CIA ressemblait drôlement à un épisode de Burn Notice bas de gamme. Certes les scènes d'action est bonnes (notamment quand il s'agit des chorégraphies de combat que Chris Vance maitrise assez bien) ou encore quelques explosions ici et là. Mais globalement, The Transporter transforme un peu trop le propos original en quelque chose de bien plus digeste.
vlcsnap-2012-12-16-02h16m31s163.pngvlcsnap-2012-12-16-01h39m33s253.pngPendant ce temps nous avons les aventures de Dieter, l'ami mécanicien qui doit se rendre à un mariage. C'est moi où cette histoire est inutile et donne envie de frapper les scénaristes de la série ? Digne des pires intrigues de nos amis les allemands, le problème est donc que The Transporter calque un peu trop de choses sur les voisins et bien moins sur ce que Luc Besson sait faire. Ce dernier aurait pu apporter beaucoup de choses à la série si seulement il s'était immiscé dans le travail de ceux ci. En tout cas, "A l'aveugle", malgré quelques bonnes scènes de combat et d'action, ou encore la CIA, le reste manque de charme. S'en suit "Requins" qui reprend une scène de la saga originelle avec le fameux barbecue de Frank que Tarconi se permet d'emprunter. Mine de rien c'était assez efficace cette petite discussion, mais dommage que cela ne dure que deux minutes dans un épisode de 45 minutes. Voilà encore une occasion ratée de travailler les deux personnages ensemble qui avaient une dynamique amicale intéressante dans les films. Et qui disparait ici.

Dans cet épisode, Frank est charger de livrer un million d'euros dans le sud de la France. Il va par ailleurs se retrouver à faire a course avec deux autres transporteurs d'élite. C'est là que la petite Juliette Dubois entre en jeu. Même si l'on ne sait pas encore ce qu'elle veut réellement à Frank (notamment par rapport à ce que suggère la scène finale de l'épisode), globalement c'était assez médisant. Le fait que Frank soit encore une fois le coureur de jupons (alors que dans la saga ciné il n'est pas du tout ce personnage abjecte mais bien plus respectueux). Mais Chris Vance n'étant pas Jason Statham…. malheureusement. Le contraste reste alors assez pesant et globalement l'épisode enchaine les catastrophes. Certes il y a de bonnes scènes d'action mais le tout est ruiné par des interludes dégueulasses comme ceux avec Dieter et son rendez vous galant à venir. Ou encore cet autre ancien ami à Frank qui se fera canarder quelques minutes après l'avoir rencontre.

Note : 4/10 et 3/10. En bref, des missions sans réflexion. De l'action présente certes mais le reste… bien absent.

Commenter cet article