Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Twelve, la jeunesse dorée dérivée à la drogue

10 Septembre 2010 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critique Ciné

19484733.jpg

 

Twelve // De Joel Schumacher. Avec Chace Crawford et Curtis "50 Cent" Jackson.


Un film racontant les aventures de la jeunesse dorée face à une drogue : la Twelve, autant dire que cela pouvait ressembler à rien sauf un Gossip Girl au cinéma. Surtout quand il y a Chace Crawford au générique et pourtant... La plongée dans cet univers de noirceur profonde, de la déchéance face à la drogue et restant terre à terre, cela n'avait donc rien à voir avec la série pour ado que les midinettes reconnaîtront.
Des adolescents riches et désabusés, des fêtes sans joie, des parents absents, un peu de dope pour le grand frisson et parmi eux, White Mike, jeune dealer qui vient de quitter son école privée de l'Upper East Side à New York. (Allociné).
Twelve ce n'est pas un film surprise, il n'est pas surprenant, restant dans ce qu'il y a de plus classique mais l'histoire teinté d'une voix off assez intrigante, racontant l'histoire de nos Upper Eastsiders (je vous rassure, rien à voir encore une fois avec Gossip Girl), une histoire pas forcément joyeuse allant d'incertitude au futur de ces lycéens dans des universités côtés du pays ou encore face à White Mike, le dealer d'herbe joué par Chace Crawford. Justement, ce personnage était à l'opposé de ce dans quoi j'aurais pu imaginer l'acteur. Un contre emploi assez convainquant bien que l'acteur ne sache pas tellement être le meilleur car même les jeunes actrices débutantes jouant à ses côtés arrivent à le surpasser parfois.
Au lieu de vouloir poussé le vice du film et d'aller encore plus profond, on reste en surface. C'est le seul point que je pourrais vraiment reprocher au film. Quitte a montré la vie d'une jeunesse rêvant de liberté, trouvée dans la drogue, une drogue présente tout du long du film, au coeur des discussions et des histoires, et même des mensonges que White Mike raconte à sa jeune amie. On sent comme une sorte de morale derrière tout ça, pas forcément que la drogue c'est mal mais simplement que ça cause des problèmes allant de se faire tuer (la scène finale était assez intense avec le frère enragé), nous faisant devenir celle qui couche avec tout ce qu'elle trouve sur son passage alors qu'elle fête ses 18 ans, nous faisant coucher pour avoir sa dose de Twelve.
Si cela aurait pu heurté la sensibilité des gens, il n'en ai rien, tout est assez sombre mais maîtrisé dans la dose montrée à l'écran. C'est loin d'être choquant. Mais voilà, Chace Crawford avait du mal à faire tourner le film parfois. Tentant d'être au dessus des autres, de les surpassé, il se heurte à ses propres faiblesses d'acteurs, arrivant pleinement parfois a satisfaire la clientèle du film et à d'autre moment beaucoup moins. Son jeu semble limité. Et les filles, pas de quoi crier pour aller voir le film, aucune scène topless pour vous mes chères.
Ainsi, si Twelve est une film correct et bien développé, il pâti donc d'une histoire pas assez assumée. Cependant, je n'irais rien reprocher aux petites nouvelles dans le monde du jeu d'acteur, que j'ai trouvé assez convaincante et ne manquaient pas de répartie, notamment cette bitch blonde qui fait de belles promesses. Bref, une intrigue sympa, développé à la limite du correct et un film sympathique sans être décapant et acide comme il aurait voulu l'être. Une peinture sympathique de jeunesse dorée, un autre côté, acerbe et assez poussé par rapport à Gossip Girl, qui au final reste bien plus réaliste.

Note : 5/10. En bref, n'oubliant pas que la drogue est le fin fond de l'histoire et qu'elle est sur toutes les lèvres, le film n'aurait peut être pas forcément du prendre le nom de cette nouvelle drogue à la mode, la Twelve, qui ne monopolise aucunement le film.

Commenter cet article