Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Twixt, Coppola s'amuse et c'est assez réussi...

8 Juin 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Twixt-affiche.jpg

 

Twixt // De Francis Ford Coppola. Avec Val Kilmer, Bruce Dern et Elle Fanning.


Digne d'une adaptation de Stephen King et de la série B à la fois, Twixt est une plutôt bonne surprise. Francis Ford Coppola n'oublie pas d'où il vient et renoue avec ce qui avait fait son charme à ses débuts, ces petits films de seconde zone. Twixt nous place dans une petite ville, avec un écrivain (incarné par un Val Kilmer toujours à la hauteur de sa réputation) presque raté qui tente de revenir sur le devant de la scène. Tous les thèmes explorés par Twixt sont des thèmes qui sont chers à Stephen King et au début, j'ai eu un doute. Bien que je sache pertinemment qu'il n'a pas participer ou de près, ou de loin à Twixt, il y avait un arrière goût du grand écrivain. Notamment dans le début du film, avant qu'il ne prenne cet envol soudain vers son histoire de vampires. D'ailleurs, Coppola tente de s'amuser avec ce qu'il a et comme un peu. Dans un genre assez efficace, le film fonctionne donc comme un thriller de seconde zone avec le regard d'un cinéaste de talent. Je ne peux pas défendre tous les derniers films de Coppola, notamment celui sorti juste avant celui ci qui est une véritable purge, mais Twixt, bien qu'il ne soit pas très accessible, réserve de bonnes choses.

Un écrivain sur le déclin arrive dans une petite bourgade des Etats-Unis pour y promouvoir son dernier roman de sorcellerie. Il se fait entraîner par le shérif dans une mystérieuse histoire de meurtre dont la victime est une jeune fille du coin. Le soir même, il rencontre, en rêve, l’énigmatique fantôme d’une adolescente prénommée V. Il soupçonne un rapport entre V et le meurtre commis en ville, mais il décèle également dans cette histoire un passionnant sujet de roman qui s’offre à lui. Pour démêler cette énigme, il va devoir aller fouiller les méandres de son subconscient et découvrir que la clé du mystère est intimement liée à son histoire personnelle.

La première chose qui vient à l'esprit une fois que l'on a vu Twixt c'est le mot déroutant. Le film est construit d'une façon peu conventionnelle. C'est ce que j'ai dans un premier temps aimé. On a un départ très classique, avec des éléments qui rappellent les films à suspense (voire même l'univers de Hitchcock et cie), mais petit à petit nous plongeons dans une histoire terrifiante (enfin, ça ne fait pas peur mais c'est la manière de découvrir l'histoire), dans cette petite bourgade un peu zinzin des Etats-Unis. J'ai beaucoup aimé le parti pris au niveau de la réalisation, et de ce jeu des lumières et des couleurs. Coppola dans toute sa splendeur s'amuse comme un gosse. Twixt c'est un peu un film où il se fait plaisir et laisse tomber tous les carcans du cinéma. Il est donc totalement imparfait, loin de montrer le réalisateur sous son meilleur jour (surtout quand on a vu l'excellente trilogie du Parrain) mais voilà, c'est suffisamment efficace et bien foutu pour réjouir les fans de la première heure de ce réalisateur. Je ne dirais pas que j'en suis un inconditionnel, l'ayant découvert avec son oeuvre la plus connue.

Le récit de Twixt est complexe, sûrement un peu trop. Il y a tellement de niveaux de lectures que l'on s'y perd et le twist final (le titre du film, Twixt, est sûrement en rapport avec le mot twist, étant donné que l'on parle d'un livre et de sa fin) est presque grotesque. Mais finalement, le film de Coppola enchaine le burlesque et le grotesque à longueur de temps. Les scènes avec le shérif par exemple, ou encore avec son éditeur, ne sont pas dénuées d'un certain humour. Sans compter l'excellente Elle Fanning, toujours là où l'on ne l'attend pas et cela fait grandement plaisir. Val Kilmer, maintenant connu pour jouer dans des téléfilms de l'après midi trouve ici du réconfort dans un film suffisamment correct pour être accrocheur. Attention, il faut bien suivre et surtout ne pas décrocher lorsque la seconde partie du film commence (la plus faible). Au fond, il y a aussi un vent de nostalgie qui frappe ce film de plein fouet. Celui d'une époque maintenant révolue.

Note : 6.5/10. En bref, un thriller horrifique bardé de défauts qui ne fond que donner un vent de nostalgie sur le film à suspense des années 50 mélangé à du fantastique qui s'est perdu… Sans compter la grosse référence à Stephen King.

Commenter cet article