Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : White House Down, le héros qui a sauvé l'Amérique

12 Septembre 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

21017526_20130731153915065.jpg

 

White House Down // De Roland Emmerich. Avec Channing Tatum et Jamie Foxx.


La première chose que j'ai adoré dans White House Down c'est la référencement à un tout autre film de Roland Emmerich faite lors de la visite guidée de la Maison Blanche : "That's the one they blew up in Independence Day". Car oui, Independence Day est un autre film de Roland Emmerich. White House Down se veut divertissant mais il met cependant un peu de temps à réellement démarrer. J'ai trouvé le premier quart d'heure assez mou du genou. Fort heureusement que la suite prend une ampleur tout à fait différente. Une fois l'histoire mise en oeuvre, il est difficile de ne pas faire de rapprochement avec Olympus Has Fallen ou La Chute de la Maison Blanche en français, de Antoine Fuqua. Un film fun et barré qui nous jouissait dessus et nous éclaboussait du début à la fin. J'étais donc conquis. White House Down c'est un peu plus long, un peu plus sérieux aussi (notamment sur l'histoire de la Maison Blanche) mais on va dire que Roland Emmerich gagne quelques points grâce à l'autodérision dont son film fait preuve. Entre le cliché afro-américain (le Président et ses Jordan) ou encore les quelques blagues vaseuses mais amusantes ici et là on en a pour notre argent.

Membre de la police du Capitole, John Cale vient de se voir refuser le job dont il rêvait : assurer la protection du président des États-Unis. Espérant éviter à sa fille une déception lorsqu’il lui apprendra la nouvelle, il l’emmène visiter la Maison-Blanche. C’est à ce moment qu’un groupe paramilitaire lourdement armé attaque le bâtiment. Alors que le gouvernement américain sombre dans le chaos, Cale va tenter de sauver sa fille, le président, et le pays tout entier…

Mais White House Down c'est avant tout un film à grand spectacle. On veut avant tout nous en mettre plein les yeux et cela fonctionne plutôt bien. Entre les explosions à profusion, la visite de la Maison Blanche de fond en comble et un Channing Tatum absolument fabuleux en héros américain, je dois avouer que j'ai tout de même passé un très bon moment devant ce divertissement qui se veut peut être un peu trop exceptionnel par rapport à ce qu'il est réellement. C'est assez loin d'être le meilleur film du réalisateur mais il est tout de même bien meilleur que sa prosaïque dystopie. L'association entre Channing Tatum et Jamie Foxx fonctionne à merveille et je pense que c'est une vraie question de casting. Au fond, White House Down n'offre pas grand chose de nouveau par rapport à ce que Roland Emmerich a déjà fait (il aime détruire tout sur son passage et notamment les beaux monuments - et il commence par le Congrès américain dans celui-ci) mais la fraicheur provient d'un casting moderne et efficace qui ne cherche pas à se prendre la tête et qui amuse alors le spectateur. D'un James Woods diminué mais vicieux comme il fallait à un Jamie Foxx cool, représentant à merveille ce que l'on attend d'un Président américain d'aujourd'hui (comme l'est Barack Obama finalement).

Le second degré du scénario fait son boulot la plupart du temps quand ce n'est pas la tension qui parvient à nous tenir en haleine. Le but n'est clairement pas de trop nous faire réfléchir et ce n'est pas ce que je demandais à White House Down. Un blockbuster assez efficace qu'il ne faudra pas aller voir en espérant trouver un chef d'oeuvre. J'ai aussi beaucoup aimé Emily Cale, la fille de John Cale. Outre le fait qu'elle est une tête d'ampoule, il s'agit du personnage le plus patriotique de l'histoire de White House Down (son héros c'est le Président et pas son père, elle adore la politique et est calée sur le sujet - notamment les conflits chiites et sunnites au Moyen Orient -, elle voue un culte à la Maison Blanche - même si Wikipedia, comme l'a dit très bien Aaron Sorkin dans The Newsroom ne peut pas devenir une source d'information -, a joué le porte drapeau dans la pièce annuelle de son école et devient héroïne nationale). White House Down est donc peut-être plus intelligent grâce à la subtilité de son patriotisme qui ne se cache pas derrière son héros mais derrière un personnage plus secondaire.

Note : 6.5/10. En bref, un blockbuster comme il fallait s'y attendre. A regarder avec pas mal de second degré et d'amusement.

YOP : Solidarité masculine

Commenter cet article