Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Boss. Saison 2. Episode 1. Louder Than Words.

19 Août 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2012-08-19-00h03m57s6

 

Boss // Saison 2. Episode 1. Louder Than Words.


Sensation de la rentrée dernière, Boss était de retour pour une seconde saison toute neuve. Renouvelée avant même que la première saison ne soit diffusée, Starz avait mis de réels espoirs en cette série et on peut dire que du point de vue de la qualité, elle le lui rend bien. Sauf aux Emmy, puisque Kelsey Grammer a tout simplement été snobé. Pourquoi ? Aucune raison valable n'a été donnée. Cette nouvelle saison se devait donc de conserver cette qualité d'écriture et d'interprétation. Sur le dernier point, on peut dire que la série a encore une fois réussie son pari. Kelsey Grammer va nous faire vivre la vie du Maire Kane avec beaucoup de simplicité mais aussi de coeur. Ce personnage a au fond une certaine sensibilité. Cela rend le tout un peu plus amusant, vous ne trouvez pas ? Dans les moments un peu étranges de l'épisode, il y a évidemment ces fois où Kane se retrouve dans un état second dans ce désert. Kane refuse la réalité de sa condition médicale. Il ne veut pas penser que sa maladie gagne du terrain de plus en plus rapidement.

Du coup, il continue de se prouver à lui même qu'il n'est pas malade. Qu'il est fort et qu'il peut battre l'imbattable. Evidemment, tout cela va impacter sur son travail à la Mairie et sur les décisions qu'il doit prendre. Dans le reste de l'épisode, Kane commence aussi à reconstruire quelque chose. Alors qu'Ezra Stone et Kitty O'Neill sont écartées, nous avons l'arrivée de Ian Todd incarné par le très charmant Jonathan Groff (Glee). Ce dernier est un personnage assez intéressant, un jeune garçon qui veut réussir mais qui ne connait pas encore toutes les ficelles du métier. Son mot d'ordre est de faire tout ce qui est en son pouvoir pour que son travail soit fait. Il veut prouver à Kane qu'il peut être quelqu'un de confiance et quelqu'un qui peut travailler à ses côtés. L'épisode a donc introduit ce nouveau personnage avec vivacité et surtout pas mal d'intérêt. J'ai envie de voir ce que la série a encore en réserves de ce point de vue là.

vlcsnap-2012-08-19-00h19m46s19.png

Dans un registre différent, Lennox Gardens pourrait bien devenir un nouveau projet immobilier pour Kane sauf que cela fait débat. L'épisode parvient à rendre cette intrigue plutôt bonne dans son ensemble (malgré les faiblesses générales de la série dans ce qui est les cas de la semaine). Les dialogues sont bons, convaincants et surtout intéressants. Boss a une certaine vertu de documentaire sur le monde de la Mairie (de Chicago). On en comprend les rouages et les coulisses. C'est un peu ce que Boss a empruntée de Gus Van Sant. On retrouve encore sa patte dans la réalisation (même si ce n'est plus lui qui est chargé de réaliser les épisodes de la série). J'ai également apprécié toute l'histoire qui se trame autour d'Emma, la fille de Kane qui est en prison. Le fait que son petit ami, Darius Morrison s'associe avec Trey (incarné par T.I) pourrait permettre des faces à faces détonnant avec Kane.

Enfin, le retour de Kitty chez sa mère n'était pas non plus le meilleur moment de l'épisode. Kitty était un excellent personnage de la saison précédente, mais je pense qu'il serait plus judicieux de mettre le personnage dans le feu de l'action. En retrait comme ici elle n'est pas très passionnante. Au final, ce nouvel épisode de Boss trouve le moyen d'amuser le téléspectateur encore une fois. On conserve un certain niveau de qualité même si tout n'est pas parfait et que certains défauts ne permettent pas à l'épisode de vrombir suffisamment. Je sais que la première saison avait débutée doucement pour exploser et nous offrir un dernier épisode particulièrement passionnant et surprenant. Je n'ai donc pas de mal à imaginer que cette seconde saison fera de même, et sûrement encore mieux.

Note : 6.5/10. En bref, un retour passionnant et bien géré pour l'une des révélations de l'an dernier.

Commenter cet article