Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : 24, Modern Family et Chuck

28 Mars 2010 , Rédigé par Ca Deborde De Potins ! Publié dans #Critiques Séries

24-Season-8
24 // Saison 8. Episode 13. Day 8.

Voilà, 24 démarre vraiment à partir de ce 13ème épisode avec un épisode riche, très riche en rebondissement. Ca fait du bien de voir la série en aussi bonne forme même si son destin à la télé est déjà scellée (la série a été annulée). Dans ce nouvel épisode on tente de nous faire oublier les intrépides épisodes du début de la saison car il faut bien dire qu'ils n'étaient pas à la hauteur de la saison précédente.
La CTU en prend une nouvelle fois pour son grade entre guillemet et c'est CA qui fait que j'adore. La CTU est pour moi l'un des points d'encrage de la série, LA où tout à commencer. Mettre en avant Chloé dans ce nouvel épisode n'était pas une si mauvaise idée que ça même si j'aurais préféré que ce soit l'intrigue de Dana qui prenne un peu le pas car avec cet agent de probation, ca traîne vraiment la patte. Ouf qu'elle "sauve" son intrigue avec la fin de l'épisode et cette petite scène de combat déchaîné. Dana va très certainement avoir de gros gros ennuis. Enfin j'aime bien Brian Hastings depuis l'épisode précédent. J'ai l'impression qu'il a fait du travail pour y arriver et c'est une excellente nouvelle.
C'est pas pour me déplaire en tout cas, mais bon il y a toujours ces petites choses subversives et complètement anarchiques comme le coup du bouclier (vraiment horrible) ou le Jack qui se retrouve à portée de je ne sais combien de terroristes qui ne parviennent pas à le descendre..

Note : 8/10. En bref, 24 renaît enfin pour sa dernière saison. J'attends avec impatience la suite demain soir.

Modern Family // Saison 1. Episode 18. Starry Night.

Bon, cet épisode c'est le coup de mou de la saison car franchement, pas grand chose à se mettre sous la dent. Je ne dirais pas que j'ai détester mais j'ai pas non plus aimer au point de ne plus pouvoir écrire que des louanges.
Pour Jay Princhett et Mitchell. Voilà que l'on se retrouve avec Jay et Mitchell dans un duo père / fils avec son fils adoptif et je dois dire que je n'ai pas réellement retrouver le piquant de Ed O'Neill dans ce nouvel épisode. Loin de là, j'ai trouver le truc globalement lourd et épais, sans consistance. Dommage. Cette petite histoire de sortie dans les bois aurait pu être un excellente idée mais elle a été plus que mal exploitée.
Pour Claire et Phil Dunphy. Phil est certainement l'un des pères les plus fous de l'année car franchement, je ne pouvais m'empêcher de rire. A chaque fois qu'il fait quelques chose avec son fils, que ce soit la chasse au trésor sous la maison ou ce nouvel épisode, les scénaristes sont créatifs pour ces deux là et c'est tant mieux car le rendu est plus que bon. J'adore vraiment.
Pour Gloria et Cameron. Sortie de rigueur. C'est les 2 personnages que j'adore le plus dans cette série et cette alliance était plus ou moins une bonne idée. Une bonne car l'on se marre de Cameron tentant de sauver les apparences et de ne pas parraître raciste aux yeux de Gloria et de l'autre, on a des blagues de mauvais goûts et pas toujours bien placée ce qui rend le tout moins intéressant ou tout du moins, moins percutant.

Note : 6/10. En bref, certainement le moins bon épisode depuis le début de la série en septembre dernier mais pas de quoi s'affoler on se marre toujours.

Chuck // Saison 3. Episode 11. Chuck vs The Final Exam.

Chuck doit passer une évaluation, un test pour savoir si il peut être un vrai agent de la CIA. Entre temps, le tout est teinté de la romance entre Chuck et notre chère Sarah. Et aussi retour de Brandon Routh dans la série et Adam Baldwin finalement sous exploité désormais, depuis qu'il a été viré de la NSA car franchement, j'adorais ce personnage et les piques qu'il pouvait lancer.
Dans ce nouvel épisode, tout se barre et Chuck doit faire face à une vraie mission. C'est Sarah qui est chargée de le noter et son examen final se révèlera être un vrai succès grâce à Casey finalement qui était là pour le sauver. Chuck qui se retrouve déboussolé et au milieu de tous ces bad guy à flasher grace à l'Intersect qu'il détient dans sa tête, j'en ai peut-être un peu marre de voir ce programme de kung fu se lancer, je dois dire que cela fait kitsch.
Dans un autre registre, l'isolation de Chuck qui le mène à son rêve : être un vrai agent, qui d'ailleurs devient réalité à la fin de l'épisode, et bien je trouve ça persipicace mais bien trouvée car il faut bien le dire : c'est tellement jouissif de mettre "en danger" le personnage principal, qui, sans son entourage et surtout Sarah va devenir moins efficace et tout va rentrer donc dans l'ordre des choses à la fin de la saison, je le sens bien, comme tout bon happy end à l'américaine quoi.
Rien à dire de plus sur ce nouvel épisode pas si chargé que ça en péripéties mais qui à le mérite d'être dans une lignée de bons épisodes et d'une excellente saison. Merci Josh Schwartz.

Note : 7/10. En bref, un épisode bien sympathique avec tout ce qu'il faut de charisme et de suffisance. Sans être poussif, pari réussit.

Commenter cet article