Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : A Gifted Man. Saison 1. Episodes 4 et 5.

22 Octobre 2011 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2011-10-22-15h48m45s213.png

 

A Gifted Man // Saison 1. Episodes 4 et 5. In Case of Separation Anxiety / In Case of Memory Loss.


Une série médicale par définition est médicale, et souvent c'est bien dommage que l'on innove pas dans un genre qui se perd de plus en plus (Grey's Anatomy et son spin off sont les derniers survivants - House se clôturant à mon avis cette année -). A Gifted Man aurait pu être une digne descendante des séries de ce genre, bien que son classicisme fait froid aux yeux. Au début, avec le pilote que j'ai trouvé sans plus mais plein d'émotions, je me suis dit qu'on aurait une série avec une jolie réflexion derrière et que tout n'en serait pas forcément tout blanc. Sauf que voilà, la série est moralisatrice, et va notamment trouver le moyen qu'une jeune femme et son enfant qui doivent être déportés dans "In Case of Memory Loss" ne puisse pas être soignés sur le sol américain. C'est beau, car une fois de plus les Etats-Unis, et surtout Michael sont vu comme des héros. Le scénario aurait pu être bien plus virulent et imposer une sorte de micro réflexion sur ce problème là, Michael allant au Mexique - ou je sais plus où - pour les soigner. Ca aurait pu être fun comme escapade, mais non.

"In Case of Separation Anxiety" n'a pas vraiment réussi à se connecter avec moi pour deux raisons. La première c'est le retour du personnage de Julie Benz, là pour manger des nouilles chinoises avec Michael. En effet, elle ne sert à rien, juste à enfoncer les dialogues pour que toute l'histoire soit plus simple et que l'on ait explication de tout. La seconde c'est la sophrologie. Je trouve ça ridicule. On se serait cru dans un vieux rituel dans je ne sais trop quelle série de seconde zone sur les rituels vaudous et autres. Franchement, ça aurait pu être bien plus classe sans ce rafouin autour de l'histoire. Donc le patient entend des voix, va voir Anton pour de l'aide. Je me demande des fois si la série doit être réaliste. Il y a pas mal d'incohérence et celle ci est une parmi tant d'autres. Car ce n'est pas tout mais Kate ne réussie pas son premier jour à la clinique. Bien sûr, Kate c'est pas mon personnage préféré (Rachelle Lefevre, même avec une nouvelle couleur de cheveux me rappelle trop son personnage merdique dans Off the Map).
vlcsnap-2011-10-22-16h13m44s104.pngvlcsnap-2011-10-22-15h51m56s80.pngMais petit à petit et plus accessoirement dans "In Case of Memory Loss" j'ai réussi à apprécier le personnage qui veut se mettre en avant et apporter des choses à la série, et surtout à cette clinique qui jusque là n'avait qu'un intérêt majeur. Car c'est là aussi que la série se distingue des autres. On ne voit pas souvent un médecin qui jongle entre une clinique pour les gosses de riches de l'Upper East Side (donc ici le patient qui entend des voix, puis la jeune fille qui couche - prend la pilule - est fixée sur un écran) et pour les gens plus démunis (donc ici une jeune déportée et son garçon qui a des problèmes de reins - …). Si l'on regarde bien, les cas les plus riches en terme médical sont deux qui vienne des quartiers pauvres. Etrange ? Non, la série veut juste la compassion des téléspectateurs et je le comprend vraiment. Cependant le temps d'antenne est bien plus ressenti pour les plus riches. Encore un paradoxe.

Donc Michael travaille 10 heures pour la clinique des pauvres désormais, peut être que ce n'était pas nécessaire de le faire remarquer. Disons que maintenant j'ai l'impression de trouver la série trop mécanique, alors que justement, quand Michael allait à la clinique, ce n'était pas forcément trop voulu. Au final, je trouve que parmi ces deux épisodes il y a du bon certes mais aussi quelques côtés du scénario qui sont à la fois trop simplistes et classiques, ce qui ne permet pas forcément de se connecter avec une série médicale pas vraiment différente dans l'univers qu'elle traite. Alors que l'ex femme est toujours présente, cette dernière ne sert plus à grand chose maintenant, peut-être serait-il temps de changer de fantôme aussi car j'ai peur que la série s'enferme dans cette roue pour hamster que beaucoup trouver confortable mais pas moi.

Note : 5.5/10 et 6/10. En bref, deux épisodes corrects qui gagnent beaucoup par la sympathie qu'inspire les personnages, car l'étouffant moralisme nuit à la série…

Commenter cet article