Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : American Horror Story - Asylum. Saison 2. Episode 13.

24 Janvier 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2013-01-24-07h42m39s190.png

 

American Horror Story : Asylum // Saison 2. Episode 13. Madness Ends.


American Horror Story avait déjà achevé la plupart de ses intrigues précédemment. Elle se devait donc de nous faire l'état des lieux plusieurs années plus tard et surtout de revenir sur ce que tout le monde est plus ou moins devenus. Lana avait promis à Jude de faire fermer Briarcliff et donc de la sauver de cet enfer sauf qu'elle ne l'avait pas fait. Son ambition et surtout son côté malsain (car finalement, tout le monde en a un, même ceux que l'on pensait être des gens biens comme Lana Winters). J'ai trouvé fascinant ce dernier jet du chapitre Asylum. Il m'a d'un côté fait un peu pensé à une sorte d'Odyssée que Stephen King aurait pu écrire. Il y avait une certaine note de désespoir à tous les coins de page et puis cette prédominance de l'horreur jusqu'au dernier moment. A la fin de l'épisode précédent, le fils de Lana et Thredson avait pour intention de faire ce qu'elle a fait à son père qui avait tant d'amour à donner : la tuer. Nous sommes donc 70 ans plus tard, Lana a écrit plusieurs best-seller et a réussie à faire fermer Briarcliff (même si Jude avait disparue au moment où elle y était retourné).

L'intérêt était donc d'arriver au bout de la bouche. Avec pas mal d'efficacité je dois avouer. Le ton de l'épisode était intéressant, intriguant et surtout fascinant. J'adore la manière dont l'épisode raconte les choses. Ce n'était pas décousu mais très littéraire. On sent qu'American Horror Story est une vraie série, construite avec un début et une fin prévue depuis le début. Tout se recoupe à la fin finalement. Par ailleurs, Lana va donner une interview, une sorte de repentance où elle va confesser l'un des mensonges qu'elle garde enfoui au fond d'elle depuis plusieurs années maintenant : le fait que son fils n'est pas mort en couche mais bel et bien vivant, quelque part dans ce moment. L'épisode joue astucieusement avec les rebondissements jusqu'aux dernières secondes de l'épisode. Surtout que je ne m'attendais pas du tout à ce que Lana s'en sorte vivante de cet enfer et encore moins qu'elle sache à quoi ressemble son fils de nos jours réellement. Du coup, en plus du jeu particulièrement convaincant de Dylan McDermott (c'est là que l'on voit à quel point il était mal exploité l'an dernier), nous avons une Sarah Paulson encore plus perverse et folle que lui.
vlcsnap-2013-01-24-07h55m33s241.pngLana Winters va surprendre tout le monde jusqu'au bout. Du point de vue de la mise en scène, American Horror Story s'amuse elle aussi comme depuis les débuts de la série. J'aime bien cela change de ce que l'on peut voir habituellement dans le monde des séries. Ce n'est pas nécessairement proche d'un univers cinématographique en particulier (quoique certains passages, et je pense à celui où Kit raconte comment il a sauvé Jude et comment il a tenté de s'en occuper le reste de ses jours, ressemblait énormément à du cinéma de chez Terrence Malick). Une inspiration assez flagrante mais réussie. Car au fond, American Horror Story empreinte beaucoup de choses à ce que l'on connait. Aussi bien en termes d'horreur qu'en d'autres termes plus logiques. Kit est donc parvenu à ses fins en sauvant Jude de Briarcliff. Il lui a permis de vivre plus longtemps et surtout d'avoir une fin réellement heureuse. Même si les aliens vont encore avoir à jouer dans cet épisode (de façon suggérée), je trouve cela assez passionnant finalement et fait avec beaucoup de malice et d'ingéniosité.

L'ambiance était si joviale et invite alors le téléspectateur au bonheur. La mort de Jude finit donc par émouvoir le téléspectateur alors que la séquence du baiser de l'Ange de la Mort joue encore sur le côté conceptuel de la série. L'enchainement permet aussi de conclure l'intrigue de certains personnages comme le Monsignor qui va se suicider peut après avoir été harcelé par Lana sur ses agissements au sein de Briarcliff (on apprend même que Lana a été très critiqué pour cela et surtout accusé de l'avoir poussé au suicide). Finalement, je ne pouvais pas rêver mieux en guise de season finale. Alors que celui de la première saison était un peu bâclé, celui ci, encore plus pervers et cinglé, abuse mais abuse bien des effets de style afin de délivrer ce que l'on peut attendre de mieux de la part de cette série. Je suis donc ravi.

Note : 10/10. En bref, brillant.

Commenter cet article

carine 27/01/2013 10:35


Je suis encore sur le cul, cette série m'a scotchée à chacun des épisodes. Ce final (qui se passe 40 ans après comme Lana le mentinne et non 70 ans, sinon le fils de bloody face aurait 70 ans)
répond vraiment à mes attentes. J'adore la question de Kit "qu'est-ce que 6 mois de bonheur face à une vie d'horreur?".

delromainzika 26/01/2013 00:15


C'est une scène que l'on avait déjà vu au début de la série qui permet de nous montrer que Jude avait prévenue Lana que quand on cherche on trouve. Et ici chercher le mal :)

NAGETE 25/01/2013 23:51


J ai pas  compris la derniere scene quelqu un peu m expliquer merci

Marissa 25/01/2013 12:20


Je suis d'accord  sur le fait que ça aurait été vraiment fort de voir à la toute fin que Lana en manque de gloire ait tout inventé, mais bon, ça reste excelllent quand même !


Sinon en lisant le commentaire je réalise aussi que le seul petit défaut scénaristique que j'ai trouvé c'est le fait que le diable soit parti juste parce que Mary Eunice a été tué ... 

KitWalker 24/01/2013 19:23


Nooon ! Je vois ça un peu sur tumblr aussi, la dernière séquence était un flashback, Sarah Paulson a aussi confirmée sur son twitter à une fan que non tout ne venait pas de son imagination

Ce qu'il faut voir c'est que Jude l'avait prévenu.