Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : American Horror Story - Coven. Saison 3. Episode 10.

9 Janvier 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2014-01-09-14h47m13s56.jpg

 

American Horror Story : Coven // Saison 3. Episode 10. The Magical Delights of Stevie Nicks.


Je pense sincèrement que ce nouvel épisode de American Horror Story est le meilleur épisode de la saison. Je ne sais pas ce qui s’est passé entre les deux épisodes précédents et celui-ci mais j’ai l’impression tout d’un coup de voir une série qui reprend du poil de la bête. C’est bien vu car cela aurait été dommage de ne pas conclure les choses d’une bonne façon. Du coup, cet épisode parvient à délivrer ce que j’attendais de la part de American Horror Story cette année depuis le début, un épisode solide d’un point de vue dramatique qui n’oublie pas non plus les diverses références sans parler du côté complètement cinglé de la série. Est-ce grâce à l’excellent personnage que Lance Reddick incarne, Papa Ledga qui devient dans cette série Satan ? Je ne sais pas trop mais je dois avouer que j’ai tout bonnement adoré cette nouvelle addition. Au début, le téléspectateur en peut être que surpris de sa présence car l’on a l’impression que American Horror Story se dirige dans une toute nouvelle direction qui n’est pas celle qu’elle avait l’habitude d’emprunter.

Mais rapidement, on se rend compte que cela a beaucoup plus de lien que l’on ne pourrait le penser avec l’aspect vaudou et cie de la série. Stevie Nicks est donc introduit dans ce nouvel épisode. Si vous ne connaissez pas Stevie Nicks il s’agit d’une légende du rock aux Etats-Unis grâce à son travaille avec Fleetwood Mac, et elle incarne ici son propre rôle. J’ai adoré cette introduction. En tout cas, Ryan Murphy n’a pas dû avoir beaucoup de mal à la faire venir dans la série quand l’on sait que Glee, une autre série de Ryan Murphy, avait déjà fait un épisode entièrement dédié aux chansons du groupe (« Rumours » pour les intimes). Mais c’était aussi une introduction assez cocasse, notamment quand Stevie Nicks dit à Misty « You must be Misty. I’m Stevie Nicks ». Sauf que cette scène était l’une des meilleurs de l’épisode. A la fois drôle et terriblement fun. C’est aussi ce genre de choses complètement barrées que l’on aurait jamais pu croire voir dans American Horror Story qui font que cet épisode fonctionne très bien. Sans parler bien entendu du fait qu’il permet aussi de faire évoluer la mythologie de la série grâce à Papa Ledga et je ne m’y attendais pas du tout non plus.
vlcsnap-2014-01-09-15h07m08s224.jpgMais malgré le fait que la présence de Stevie Nicks soit assez étrange dans cet épisode, cela permet aussi de raccorder plus ou moins American Horror Story au réel. Sans parler de cette scène au piano qui était terriblement délicieuse. Je veux plus de musique dans American Horror Story d’ailleurs. Et de la musique comme ça que l’on pourrait croire entendre à la Nouvelle Orléans. Bien qu’il ne faille pas non plus que cette série devienne Treme. Cependant, il y a un problème dont je me suis peut-être plus rendu compte dans cet épisode que dans les autres de la saison : Sarah Paulson ne sert strictement à rien cette année. Contrairement à l’an dernier où elle servait plutôt bien le récit, je me rends compte avec ce nouvel épisode qu’elle ne sert pas à grand chose. Et cela me déçoit tout particulièrement car j’aurais tellement aimé qu’ils aillent un peu plus loin avec elle. Notamment dans sa confrontation avec sa mère, Fiona Goode. J’adore au contraire ce qui est fait avec Jessica Lange. En effet, cette dernière est pile poil ce que l’on peut attendre de sa part et son duo avec Angela Bassett dans cet épisode était brillant comme il faut.

Du coup, ce que la série tente de faire avec Cordelia c’est de la confronter avec Fiona sauf que cela dure quelques secondes (notamment la scène de la claque) et rien de plus. Et puis Angela Bassett est aussi l’une des raisons pour lesquelles cet épisode fonctionne terriblement bien. Le personnage de Marie Laveau a enfin un véritable sens et va dans tous les sens. Entre ce bébé, sa relation avec Fiona, les faces à faces avec Lance Reddick, etc. Tout fonctionne. Je me suis vraiment demandé si j’étais dans un rêve ou si la série fonctionnait réellement bien. Cet épisode, écrit par James Wong (Destination Finale, X-Files) est donc ce que American Horror Story a pu faire de mieux cette année. J’ai du coup hâte de voir la suite de la saison, surtout que tout ce qui est introduit ici est terriblement bon.

Note : 10/10. En bref, le meilleur épisode de la saison de American Horror Story. Cela méritait bien ça…

Commenter cet article