Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Arrow. Saison 1. Pilot.

11 Octobre 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Arrow

vlcsnap-2012-10-11-12h56m07s101.png

 

Arrow // Saison 1. Episode 1. Pilot.


Après l'arrêt de Smallville, The CW se lance dans l'adaptation d'un autre personnage de l'univers DC Comics : Green Arrow. Un personnage emblématique et mystique. J'avais hâte de voir ce premier épisode, tout simplement parce qu'il y a beaucoup de potentiel derrière le personnage. Alors que l'on avait déjà eu la relecture de ce personnage dans Smallville sous les traits de Justin Hartley, il était temps que The CW tourne la page et offre le rôle à quelqu'un de différent et peut être plus mature physiquement. C'est pourquoi Stephen Amell (Hung, Queer as Folk) s'est imposé comme l'acteur qui prêterait ses traits au héros. Un acteur efficace mais perfectible, comme le reste de ce premier épisode. Arrow a au moins l'honneur de rapidement tout mettre en place. Il fallait rapidement tout introduire, au risque plus tard d'y revenir avec quelques flashbacks (je sais que même les épisodes entièrement dédié au flashback se font encore comme peut en témoigner la première saison de Revenge par exemple). Pour ne rien vous cacher, j'ai beaucoup aimé ce premier épisode, mais ça c'était la tâche la plus facile.

Les nouvelles aventures de Green Arrow/Oliver Queen, combattant ultra efficace issu de l'univers de DC Comics et surtout archer au talent fou, qui appartient notamment à la Justice League. Disparu en mer avec son père et sa petite amie, il est retrouvé vivant 5 ans plus tard sur une île près des côtes Chinoises mais il a changé : il est fort, courageux et déterminé à débarrasser Starling City de ses malfrats...
vlcsnap-2012-10-11-12h47m14s139.pngDurant les premières minutes nous sommes en mode Seul au Monde, sauf que Oliver Queen n'est pas Chuck Noland. En tout cas, tout se met assez bien en place malgré quelques facilités scénaristiques dans l'introduction. Mais il s'agissait aussi de quelque chose de logique. Alors que Smallville avait traité le héros dans un univers beaucoup plus lumineux et coloré, dans Arrow c'est la part sombre du personnage qui est traitée et forcément, elle est beaucoup plus intéressante. Bénéficiant de la réalisation de David Nutter (Game of Thrones), Arrow reste joli à voir. Malgré quelques fonds verts un peu dégueulasses (la faute à cette île vilaine), l'ensemble ne manque pas de peps. Le choix des couleurs est judicieux et le montage plutôt agréable (j'ai beaucoup aimé quelques transitions faite). Il y a donc une volonté de faire quelque chose d'efficace qui chaque semaine nous tiendra en haleine. L'action est presque omniprésente et Stephen Amell se débrouille plutôt bien dans l'art de manier ses poignets. C'était aussi nécessaire pendant que Justin Hartley dans Smallville jouait plutôt au mannequin qu'aux gros bras.

Peut être que Arrow met trop rapidement le téléspectateur en situation mais ce premier épisode me rappelle un autre pilote de The CW : celui de Nikita. Il y a le même traitement derrière et je pense que si Arrow suit le chemin de Nikita, alors on aura une série particulièrement jouissive à suivre prochainement. Dans le reste de ce premier épisode, nous avons évidemment l'introduction de Laurel, incarnée par la charmante Katie Cassidy (Melrose Place 2009, Gossip Girl) qui reste un atout de charme même en brune. Et puis la mère d'Oliver, Moira incarnée par Susanna Thompson (Kings, NCIS) qui nous offre un cliffangher logique et prévisible mais… intéressant. C'est sans compter sur la présence d'autres personnages gravitationnels comme au niveau de la police par exemple ou aux côtés de Moira avec David Ramsey (Outlaw, Blue Bloods) dans un rôle assez étrange pour le moment. Finalement, Arrow met son univers rapidement en place et c'est tout bénéfice pour elle. L'action est omniprésente et permet de ne pas s'ennuyer une seconde. De plus, le traitement sombre du personnage de Green Arrow est une excellente idée. Que demander de plus ?

Note : 7/10. En bref, un premier épisode certes facile mais joliment mis en scène et très efficace. Stephen Amell est convaincant sous les traits du héros de la série et l'univers bien définit. Ceci augure de bonnes choses pour la suite.

Commenter cet article

nikita007 16/10/2012 21:28


j'ai eu un coup de coeur pour cette serie j'ai hate de voir la suite

Benjamin 12/10/2012 23:43


J'ai bien aimé la petite référence à LOST. Vers 7 min 25 sec. 


C'est la deuxième que je remarque en ce début de saison, l'autre est dans le 9X02 de Grey's Anatomy vers 2m35s. 

delromainzika 11/10/2012 21:44


Moi aussi. Surement le cliffangher à venir du 13ème épisode :)

mp 11/10/2012 21:41


Je sens le twist de Sarah qui est en faite vivante.