Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Believe. Saison 1. Episode 7. Bang and Blame.

23 Avril 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Believe

vlcsnap-2014-04-23-00h18m25s249.jpg

 

Believe // Saison 1. Episode 7. Bang and Blame.


Je continue de croire en le potentiel de Believe et je fais bien d’y croire. Mélangeant certaines choses de façon assez savoureuse, la série évite parfois les accrocs. Après la révélation de l’épisode précédente où Tate découvrait qu’il était le père de Bo. Il faut pour le moment qu’il encaisse la nouvelle et la série nous offre donc un épisode légèrement moins rythmé mais teinté malgré tout de belles émotions. Le personnage de Bo est finalement devenu attachant au fil des épisodes. Je n’étais pas si convaincu que ça lors des quelques premiers épisodes mais petit à petit je trouve que Believe n’est pas une si mauvaise série que ça. Bien au contraire, c’est même une série assez mignonne avec une filet d’action à côté pour couronner le tout. Cet épisode met donc plus ou moins de côté ce qui se passe à Orchestra avec Skouras pour mieux se concentrer sur Bo et accessoirement sur son père. Je dois avouer que la mission « Sauver Bo » de l’épisode était plutôt bien ficelée et nous permet notamment de nous révéler quelque chose sur Channing. Je ne m’y attendais pas vraiment étant donné que Channing est certainement le personnage le plus transparent de tout Believe. Mais la série a tout de même de quoi nous surprendre par moment et ceci fait partie des belles et bonnes surprises.

Pendant ce temps, Tate et Winter tentent de sauver Bo. Cette dernière pourrait bien mourir. Le compte à rebours commence et forcément la série prend tout d’un coup le rythme d’une série qui n’a pas le temps de s’attarder sur ses personnages (et pourtant c’est ce qu’elle va faire avec une certaine efficacité). Mine de rien, le tout fonctionne terriblement bien et l’on a même envie d’en voir un peu plus. Surtout que le fait que la vie de Bo soit en danger (et que l’on sache qu’elle ne peut pas mourir) aurait pu rendre le tout assez décevant. Mais ce n’est pas le cas, fort heureusement. « Bang and Blame » est un épisode assez étrange tout de même dans le sens où il confond plus ou moins le téléspectateur dans quelque chose de différent. Je n’ai pas eu l’impression de revoir la même série que dans l’épisode précédent. L’équilibre est très différent. Est-ce à ce moment là que le showrunner a réellement pris ses fonctions et la direction de la saison ? Je ne sais pas trop. Je ne peux en tout cas pas lui faire de reproches étant donné que cet épisode était mené de façon assez droite, sans fausses notes (alors qu’il y avait largement de quoi tomber dans les clichés du genre et cela aurait été particulièrement décevant et mauvais bien entendu).
vlcsnap-2014-04-23-00h15m44s169.jpgPour ce qui est de la partie d’Orchestra et donc de Skouras, ce dernier va pousser Sean à contrôler ses capacités télékinésie ce qui va avoir des conséquences assez désastreuses. Mais le but est aussi pour Believe de nous permettre de comprendre comment tout cela peut réellement évoluer (l’environnement est tout de même sacrément tentant mine de rien). L’histoire de Sean permet de creuser ce que l’on n’a pas nécessairement le temps de voir avec Bo. Cette dernière est tellement trimbalée dans le eu de l’action que l’on n’a pas vraiment de le temps d’en voir beaucoup plus. Ce n’est pas un reproche que je fais à la série. Au contraire, c’est une bonne chose que de creuser quelque chose autour de ces capacités quand ce n’est pas fait avec le personnage principal. Cela permet de mieux comprendre les enjeux de tout ce que Believe tente de développer. Sans compter que plus la saison avance et plus les capacités de Bo sont fortes (ce qui promet à mon humble avis un final à la hauteur des attentes si le showrunner qui a repris par la suite n’a pas fait des mauvaises choses avec ce qu’il avait entre les mains au moment où il a repris la série).

Note : 6.5/10. En bref, un assez sympathique petit épisode de Believe. Jonglant entre émotions et tension avec une certaine dextérité, l’épisode fonctionne tout simplement.

Commenter cet article