Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Boardwalk Empire. Saison 2. Episode 6. The Age of Reason.

6 Novembre 2011 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Boardwalk Empire

vlcsnap-2011-11-06-13h39m02s101.png

 

Boardwalk Empire // Saison 2. Episode 6. The Age of Reason.


Chaque semaine le sentiment de Boardwalk Empire s'étoffe peu à peu. Cette série est raisonnable dans ce qu'elle entreprend et c'est bien pour ça qu'elle en devient excellente. Je me souviens pas d'avoir vu quoi que ce soit de cette seconde saison dans la première. Aucune redite, que de nouveauté. C'est pourquoi ce genre de séries est efficace, car on ne revient pas sur le passé pour reprendre des choses qui fonctionnaient bien. Alors certes on a la bataille dans la foret dans cet épisode, celle des coups de feu entre la bande à Jimmy et celle de son ennemi. Elle me rappelle l'échange de coup de feu du pilote, sans vraiment faire la même chose. Du coup, on pourrait bien dire que la série ne se copie pas. De plus les enjeux sont très différents et on est pas là pour les mêmes raisons que dans le pilote de la série. L'affaire de Nucky est toujours en cours. Cette affaire fédérale pourrait bel et bien être le début de sa fin à Atlantic City en plus de la prise du pouvoir par Jimmy à venir mais pour le moment il tient debout.

Etonnamment, Nucky ne semble pas trop se faire de soucis pour lui. Cet épisode se concentre sur la communion de son fils à venir, et sur le fait qu'il doit d'abord entièrement se confesser. Margaret va faire la même chose ce qui semble ne pas trop plaire à Nucky si elle dévoile des choses répréhensibles contre lui en confession. Toutes les scènes familiales de Nucky étaient très bonnes, et je dirais même excellente. Le fait que Margaret se pose des questions sur l'amour que lui porte Nucky est déjà une idée bien intégrée à l'épisode, qui va bien avec la foi et le reste. La religion est semble t-il corrompu, enfin, Nucky le voit sous cet angle et par rapport à la sanctification de la parole en confession. Nucky pendant ce temps tente toujours de faire du business et cette fois c'est une livraison risquée à Philadelphie. L'histoire aurait pu être plus importante mais elle permet surtout à Jimmy d'avancer ses pions et notamment de voir un plus Leander Whitlock, ce boucher que l'on connait bien.
vlcsnap-2011-11-06-13h49m15s88.pngPour en revenir à l'affaire de Nucky, toute la partie tribunal n'était que trop courte. Dommage car justement on n'a pas d'idée du comment la justice se faisait à l'époque à mis part en achetant des gens. Mais là une fois de plus on laisse ça de côté alors que Nucky pourrait très bien le faire. Retour à Jimmy et à son duo avec Leander. La scène dans la cave de ce dernier était un peu longue, quoi qu'intéressante également pour la suite. Jimmy tue pour sceller un pacte avec le Diable finalement. J'espère qu'il va s'en bruler les doigts. Par rapport à l'épisode précédent Al Capone manque. Ce dernier est un des personnages emblématique de l'époque et pourtant on a l'impression qu'il n'est pas trop présent dans les diverses affaires des protagonistes que l'on connaît. Je trouve que c'est bête de ne pas trop l'utiliser. Sauf si la série se le réserve pour la prochaine saison par exemple.

Autre registre, Lucy se sent seule, et alors qu'elle perd les eaux dans sa cuisine, elle se voit accoucher toute seule, sans aide puisque Van Alden tente de faire cas de conscience à l'hôpital face à un malade qui semble le reconnaître. Le parallèle des deux histoires étaient bien, mais je préfère Lucy car les scènes avec elle sont bien plus cruelles et réalistes. Par ailleurs Van Alden était à son sommet, et il revient dans la série en forme. J'aime bien ce personnage pour ses intrigues - mais pas son caractère en lui même - . Ainsi, ce nouvel épisode se caractérise par une sorte de religion, de rédemption omniprésente. Je ne pense pas ça en mal car bien au contraire c'était intéressant et plutôt bien foutu. Je dirais même que la série gagne quelques galons avec les intrigues. L'absence de Richard est un fait, mais les deux derniers épisodes ayant pleinement utilisés le personnage m'avaient déjà comblés.

Note : 8/10. En bref, voilà qu'une fois de plus la série s'en sort à merveille. Van Alden revient en force.

Commenter cet article