Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Body of Proof. Saison 1. Episode 4.

13 Avril 2011 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2011-04-13-19h41m09s185.png

 

Body of Proof // Saison 1. Episode 4. Talking Heads.


Contraitement à Scream où le coupable n'est pas tout désigné dès le début, Body of Proof c'est tout ce qu'il y a de plus prévisible. On dirait même parfois que tout est écrit et que j'ai pu tout lire avant dans le résumé. Bref, l'épisode était ridicule mais on voit que les scénaristes tentent des choses. C'est toujours mieux que de rester à ne rien faire coller à son siège. La série tente de bouger et surtout d'offrir une humanité débordante à Megan après l'avoir rendu plus exécrable. C'est minable car en fait j'ai l'impression que la série s'excuse de rendre son personnage salaud en le rendant tout mou comme une chique à la fin. Mais où va le monde.

La fille de Megan a un projet pour son école et filme un peu tout le monde dans les bureaux de sa mère afin de mieux apprendre le métier qu'elle fait et donc passer du temps avec elle. Cette partie drama est moyenne. Disons que l'on sent Dana Delany froide et distante tout au long. Son long monologue sur les morceaux de cadavre, censé humaniser sa profession, tout était surfait et mal joué. En fait j'arrive pas à croire à ce que Dana veut me faire croire quand elle se la joue femme au foyer complètement désespérée. C'est bien beau de vouloir faire des courbettes à la ménagère en manque d'ABC mais voilà quoi, on ne peut pas le faire sans rien.

La scène d'ouverture de l'épisode sur fond vert était vraiment gratinée. J'ai l'impression que la série n'a pas les moyens de se faire des scènes extérieurs. J'avais l'impression d'être dans des toilettes auto-lavante, coincé dedans pendant qu'ils se lavent. Franchement, pas du tout la meilleur chose qu'il puisse arriver. Enfin, la dernière scène de l'épisode m'a rappelé un peu le journal de bord d'Alice dans le dernier Resident Evil ou un peu le pilot Virtuality. Autant dire, trop de javel tue la javel, aucun sentiment ne ressort. Pire que de vivre dans un congélateur.

Note : 3/10. En bref, l'affaire n'est pas passionnante car elle est prévisible et manque d'entrain, Megan qui tente la saloperie avant l'émotion, encore raté. La relation mère/fille pourrait être tellement meilleur...

Commenter cet article

delromainzika 13/04/2011 22:47



Oui, elle est affigeante dans cette série et malheureusement j'ai peur pour B&S moi aussi



monstertrio 13/04/2011 22:24



C'est clair! Je trouve que Megan ne laisse pas bien transparaître les émotions...! C'est affligeant! Pourtant Dana Delany en était bien capable dans DH!


Cette série va enterrer pour de bon B6S! =((