Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Borgen. Saison 1. Episodes 9 et 10. SEASON FINALE

15 Mars 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critiques Séries

borgen.jpg

 

Borgen // Saison 1. Episodes 9 et 10. Divise et règne / Premier mardi d'octobre.

SEASON FINALE


Après l'excellent épisode centré sur Kasper (1.08), la série ne pouvait que monter en puissance et c'est ce qu'elle va faire avec beaucoup d'intérêt et surtout, de grandiloquence. C'est merveilleux cette série, même grandiose finalement. Borgen est une surprise comme on a peu en terme de séries. Elle allie la politique au drama familiale avec une aisance folle. Cette première saison ne compte que dix épisodes, mais je suis sous le charme depuis le pilote, véritable coup de coeur, et surprise. Ces pays du Nord peuvent être froid mais également excellents en terme de fictions et nous émouvoir par la même occasion. Je pense qu'aucune série cette année m'a autant touché que Borgen. Merci Birgitte il faut dire. dans "Divise et règne", Birgitte a entériné la commence de nouveaux avions de combat bien que le ministre de la Défense ait pris l'initiative sans la consulter au préalable. Evidemment, Birgitte ne compte pas se laisser faire comme ça et va tenter de comprendre pourquoi on est passé par dessus son autorité. Cette annonce ne fait évidemment pas l'unanimité. Mais bon, Birgitte prouve qu'elle n'est pas là pour se faire des amis mais uniquement pour faire ce qui est juste pour son pays. Ce qui va la mettre dans une position peu confortable.
Borgen-007.jpgEn effet, au même moment, les médias lancent une offensive contre certains parlementaires et le mari de Birgitte qui semble impliqué dans une sombre affaire alors que ce dernier vient d'accepter un poste important. Il va devoir refuser ce poste, démissionner, parce qu'il est marié à la Premier Ministre du Danemark et que cela ne se fait pas d'être impliqué dans un scandale. J'ai adoré toute la partie où Birgitte confronte un parlementaire face à ses actes parus dans la presse : il aurait été soudoyer avec des armes d'une valeur assez peu substantielle pourraient-on dire. En tout cas, j'ai adoré comment le scénario se moque du personnage, et tente encore une fois de mettre Birgitte au beau milieu de l'histoire. C'est d'une efficacité redoutable et je n'ai rien à redire sur le sujet si ce n'est que j'avais hâte de voir la suite. Sans compter que la relation entre Birgitte et son mari se détériore dans cet épisode, et on va avoir des scènes de couple fabuleuse, malgré leur côté déchirant. Car ce que j'avais adoré dans Borgen aux débuts c'était cette vie de couple rangée mais aussi très libre (on a des scènes olé olé quand même et on parle de sexe sans aucun complexe, ce qui permet de tempérer avec les productions américaines, trop lissées sur ce sujet, surtout en politique finalement).

Par ailleurs, Katrine, qui pensait enfin pouvoir aller de l'avant entre en conflit avec son patron, Torben, qui va ouvertement lui dire qu'il n'est pas d'accord avec ses méthodes de travail. La fameuse interview qui dérape dans l'épisode permet de donner une scène assez bonne entre Katrine et Torben. J'adore le personnage de Katrine, car elle n'était pas grand chose au début de la série mais l'assurance qu'elle a pris au fur et à mesure des épisodes est ingénieuse. Je ne pouvais pas demander mieux de toute façon. Par la suite, "Premier mardi d'octobre" est là pour faire le bilan de cette première saison. Un épisode charnière de la série qui remet en cause certains éléments mais qui permet également de se satisfaire de ce que l'on a vu, sans aucun soucis. La série reste humble et disparaît par la grande porte malgré tout. Et une fois la saison achevée, on a qu'une envie : ne pas attendre la seconde saison qui parait assez loin maintenant (je pense que je vais outrepasser la diffusion sur Arte de toute façon, enfin, on verra car j'ai été content de la suivre en France aussi). Dans ce second épisode et dernier de la saison et à l'aube d'une nouvelle année au poste de Premier Ministre, le monde de Birgitte s'effondre.
Borgen_scarf.jpgIl y a eu une scène très marquante durant cet épisode, je pense évidemment au moment où Birgitte s'énerve dans son bureau, mais ce n'est pas tout, je pense aussi à son discours final qui ouvre les nouvelles discussions parlementaires danoises. Excellentes scènes et marquantes. Je suis stupéfait par le jeu de l'actrice. Alors que la côte de popularité de Birgitte voit sa cote de popularité s'effondrer dans les sondages, elle va alors prendre des mesures pour retrouver la confiance du peuple danois. En effet, le parti travailliste a le vent en poupe, et exige d'être davantage représenté dans les décisions du gouvernement. Birgitte va alors donner un poste de ministre des finances à un membre de ce parti. Pendant ce temps, la vie privée de Birgitte se détériore puisque son mari veut divorcer. La rupture des deux personnages était très bien tenue, sans compte qu'effectivement, Borgen s'en sort à merveille dans les dialogues. Car si il y a bien une chose pour laquelle cette série est reine, c'est bien les dialogues.

Même si la vie privée de Birgitte se détériore, la presse s'y intéresse aussi de près, ce qui ne cesse d'inquiéter la premier ministre du gouvernement danois. Et je peux la comprendre en même temps. Par ailleurs, Kasper est pris dans un étau qui se ressert et il a conscient de ne plus être vraiment maitre de sa vie. J'ai trouvé les passages de Kasper très juste et très finement écrits. Alors qu'ils étaient intenses il y a peu (1.08), désormais on tente de lui donner un équilibre intéressant dans sa vie, tout en restant sur le côté bancal de sa personnalité. Enfin, Katrine a une opportunité de relancer sa carrière professionnelle, mais cela risque bien évidemment de ne pas être de tout repos. J'ai hâte de voir la suite car je suis certain qu'il y a de grandes choses qu'elle peut faire maintenant. Reste à voir ce que Katrine apportera à la série dans sa seconde saison. Au final, une saison à la hauteur des espérances mais aussi des exigences. Autant dire que le niveau des séries politiques est maintenant très élevé avec cette série.

Note : 10/10. En bref, deux épisodes parfaits en leur genre...

Commenter cet article