Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Braquo. Saison 2. Episodes 3 et 4.

29 Novembre 2011 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2011-11-29-23h52m57s9.png

 

Braquo // Saison 2. Episodes 3 et 4. Tous pour un / Chèvres et chacals.


Des séries polars, il y en a peu en France alors que l'hexagone est un vivier pour ce genre là. On est quand même des pros dans le domaine. Olivier Marchal est arrivé à créer ce monde des séries polars en France, avec une facilité déconcertante, puisqu'en seulement deux ans il livrait deux oeuvres (en 2007 Flics pour TF1 et en 2009 Braquo pour Canal +). Braquo est sa plus grande réussite, notamment parce que les moyens sont mis par Canal + pour que la série ne soit pas ridicule et qu'elle entre parfaitement dans aucun moule. Car le but de la chaîne c'est de faire des séries originales, et uniquement originales. Quoi que XIII… Bref, parlons pas des choses qui fâchent sûrement Canal + dans leur processus créatif. L'épisode précédent nous laissait avec un Caplan pensif, pensif à son sort mais aussi au gens qu'il aime. La mort de Mercks, sauvagement tué lors d'une descente a permis d'apporter un petit plus à la série, non négligeable puisque "Tous pour un" apparaît comme un excellent épisode. Il est bien mieux maîtrisé que les deux premiers de la saison, surtout là pour nous remettre dans le bain, et moins que le second épisode de cette petite soirée, car bien plus rythmé et avec plus d'enjeux différents. Caplan doit donc trouver un moyen de rentrer en contact avec les Invisibles.
vlcsnap-2011-11-29-22h53m22s98.pngCe qu'il va faire dans "Chèvres et Chacals" où il sera torturer pour le forcer à avouer sa responsabilité dans la mort de Mercks. Caplan apparaît donc une fois de plus excentré dans ce dernier épisode par rapport aux autres personnages. Même si l'intrigue est liée, il n'est pas trop en bande. Contrairement au premier épisode où ils vont devoir faire un casse afin de "fumer" Lemoine. Car depuis la première saison, ce que l'on sait c'est que Caplan et les autres veulent tuer Lemoine. Ce n'est pas un problème à première vue, mais Théo est impliqué indirectement dans la mort de la femme de Lemoine ce qui en fait une nouvelle cible potentielle. Et justement, c'est bien pour sauver Théo qu'ils veulent tuer Lemoine. Dans ce premier épisode c'était très bien géré, notamment avec l'arménien, et le reste. La scène d'action, et les divers momentum de Lemoine sont excellents. Ce dernier n'a pas perdu de son piment. Et c'est ce que j'aime aussi, que cette série dépasse les limites sans se soucier des conséquences. J'aime une série qui prend des risques et Braquo en et une. Une bien bonne. Par ailleurs, l'arménien est un personnage qui apprend à se faire connaître. Même si il est plus passionnant dans le premier épisode, dans le second il était tout aussi bon dans sa vendetta contre Lemoine.

Le rôle de Myriam, la soeur de Mercks est très en retrait et pourtant dans le premier épisode c'est la seule piste de Caplan pour rencontrer les Invisibles (qui sont des anciens militaires revenus d'Angola pour se venger). Myriam est là d'être celle que je préfère, elle manque de poigne, elle est beaucoup trop sensible pour une femme qui est sensée gérer un business. Malgré tout, je suis certain qu'elle pourra apporter des réponses. Les divers face à face avec Caplan sont justes, voire solidement écrits. Le scénario de Braquo est sûrement ce qui lui réussi le plus. Le scénario est écrit par celui à qui l'on doit Un Prophète, film récompensé aux Césars. On peut donc forcément faire confiance. Un Prophète est un très bon film qui se permettait pas mal de choses, il arrive à reprendre des personnages torturés sans problème, et arrive à en créer d'autres, un peu cinglés sur les bords comme les Invisibles. Ces anciens militaires sont très mystérieux mais aussi des guerriers hors pair qui prouve au fur et à mesure de la saison qu'ils sont pour le moment intouchable.
vlcsnap-2011-11-29-22h44m38s234.pngLe seul truc avec lequel j'ai un vrai problème durant les face à face entre Caplan et le chef des Invisibles c'est que c'est toujours trop facile. Ils sont très vite devenu cul et chemise dans le second épisode. Alors certes Dantin est convaincu de la sincérité de Caplan grâce à sa réputation de flic ripou mais la série aurait pu être bien moins facile, jouer sur les regards entre les deux personnages. Dommage. C'est une petite déception car Braquo reste pour le coup superficielle. Pendant ce temps, on suit les aventures des Invisibles qui tentent de trouver un acheteur pour leurs 400 kilos d'or (à ne pas confondre avec les 400 kilos d'or de Clovis Cornillac - ceux qui ont vu le film me comprendront -). Ils vont rencontrer madame Arifa et ses fils Latif et Daniel. Arifa je l'aime bien. Elle n'a pas l'air de la plus grande femme à poigne de la série, mais elle a beaucoup de principes dans son business et c'est ce que j'aime. Elle a un côté parrain féminin - marraine ? - que je trouve très bien géré. Le scénario ne se prive de rien avec Arifa, et surtout ni de la menacer de tous les côtés. Elle va devoir trahir Lemoine et le tuer, tenter de faire un deal avec d'autres, de sauver son argent.

Le cliffangher final du dernier épisode de la soirée, avec la mort de Lemoine m'a beaucoup plu. J'ai hâte de voir ce que la suite pourra nous apporter. Mais mon problème reste quand même qu'il va falloir remplacer Lemoine et aucun des nouveaux personnages n'a réellement montré de force comme Lemoine. Ce dernier était presque un des emblèmes de Braquo. Mais au moins les enjeux sont là, et la série n'a pas peur de perdre un personnage aussi important. Le reste des intrigues se concentre sur Roxane et le reste de l'équipe de Caplan, avec plus ou moins d'intensité. Walter a des problèmes mais ils ne sont pas encore mis en avant. Bien sûr j'ai hâte. Le fait que la petite amie de Théo soit enceinte de lui, ajoute un enjeu supplémentaire à la saison. Au final, j'ai hâte de voir la suite, et il ne reste pas beaucoup d'épisodes à se mettre sous la dent puisqu'on est déjà à la fin de cette seconde saison.

Note : 8/10. En bref, une maîtrise totale du sujet pour une scénariste de Un Prophète.

Commenter cet article