Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Braquo. Saison 3. Episodes 1 et 2.

12 Février 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2014-02-11-19h51m52s214.jpg

 

Braquo // Saison 3. Episodes 1 et 2. Affliction / Nos funérailles.


Après deux ans d’attente, forcément le téléspectateur pouvait être déçu. Je l’ai été en partie, notamment car l’histoire met parfois un peu de temps à se mettre en place mais globalement on retrouve tout ce qui a déjà fait le succès de cette série durant ses deux premières saisons. Peut-être un peu mieux qu’avec la seconde saison qui, il faut bien l’avouer, avait déjà déçu par rapport à la toute première. Caplan est toujours sur tous les fronts, que cela soit celui de ses collègues ou encore de l’enquête qui va animer toute cette saison 3. Cependant, le personnage qui intrigue et qui vole la vedette à tous les autres personnages de la série c’est celui de Orianne Beridzé, incarné par Lizzie Brocheré (vu l’année dernière dans The Hour et dans American Horror Story : Asylum). Ce personnage est à la fois cinglé et imprévisible. On ne sait pas du tout ce qu’elle va faire tout au long des épisodes mais plus le temps passe et plus ses actions commencent à avoir des répercussions pas toujours très stables pour les personnages. Ce personnage oscille entre la fille mentalement instable et la gamine torturée. Cela fonctionne à merveille et une fois ces deux épisodes passé, on n’a qu’une envie : la voir dans la suite.

Car on finit presque par se moquer de ce qui se passe avec Theo, avec Caplan ou encore même avec Vogel. Ce dernier est devenu un reste sans grand intérêt désormais de la saison précédente. Vogel était le grand ennemi de Caplan et cie la saison passée. Il est maintenant surveillé de toutes parts par la DPJ. A l’issue de la saison précédente, Theo était dans une voiture en feu. On ne savait pas s’il allait s’en sortir ou pas et bien entendu, brûlé à près de 70% du corps, amputé d’un bras et attaché à une machine dans un hôpital, ce n’est pas une vie pour lui. Roxanne va même décider de son propre chef de le débrancher en faisant porter le chapeau à Vogel. Ingénieux mais les adieux à Theo sont tout de même très touchant. On sent que cette mort, qui ne doit pas être impunie, a mis le moral des troupes dans le guidon. L’introduction fonctionne bien puisque l’on nous replonge sans ellipse dans ce qui était la fin de la saison 2. C’est un moyen intelligent de faire remonter les souvenirs au téléspectateur sans passer par le processus du « Précédemment dans Braquo » durant plus de 5 minutes.
vlcsnap-2014-02-11-19h47m39s241.jpgCar j’avais oublié des trucs mais j’ai tout de suite réussi à replacer les personnages grâce à une série qui ne cherche pas à tromper le téléspectateur. Le but de Braquo est de raconter une histoire avec un début et une fin. Entre les deux il ne faut pas de temps morts certes mais aussi de coupures. L’enquête de la semaine va se porter sur une histoire de trafic. En effet, une ancienne connaissance de Caplan en liberté conditionnelle soupçonne la société de transports qui l’emploi de faire du trafic pas très sain. Ils vont donc se retrouver à enquêter et délivrer de la scène d’action au kilomètre durant le seconde épisode. « Nos Funérailles » était beaucoup plus rythmé que « Affliction » mais c’est aussi compréhensible dans le sens où, après deux ans, le téléspectateur n’a pas tout de suite envie d’être brusqué. Il faut donc prendre le temps de remettre les choses en place pour mieux les redétruire à la manière de Braquo. Cette histoire de pays de l’Es, de géorgiens et cie me plait. C’est le genre de méchants que l’on ne voit plus nécessairement (sauf dans Taken). Finalement, le temps passe tellement vite que l’on n’a même pas le temps de dire ouf.

Note : 6/10 et 6.5/10. En bref, un retour plutôt sympathique pour une série attendue.

Commenter cet article