Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Brooklyn Nine-Nine. Saison 1. Episode 11. Christmas.

9 Décembre 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Brooklyn Nine Nine

vlcsnap-2013-12-04-20h45m18s14.jpg

 

Brooklyn Nine-Nine // Saison 1. Episode 11. Christmas.


Juste après Thanksgiving, c’est déjà Noël dans Brooklyn Nine-Nine. Si d’un point de vue planning ce n’est pas trop ça, j’ai bien aimé « Christmas » comme la plupart des épisodes de Brooklyn Nine-Nine depuis le début de la saison. Comme dans l’épisode précédent, celui-ci cherche encore une fois à développer la dynamique entre Holt et Peralta. Je trouve que les deux fonctionnent toujours aussi bien ensemble. Bien que contrairement à l’épisode de Thanskgiving cette intrigue partagée par les deux personnages aurait très bien pu se dérouler dans n’importe quel épisode de la série, ce n’était pas un problème. Surtout que finalement la série ne cherche même pas à se servir de Noël. Le nom de l’épisode est presque un prétexte pour dire que nous sommes en pleine période de Noël. Malgré tout, quelques intrigues comme celle de Santiago, parviennent à donner un sens à cet épisode d’un point de vue de la fête qui lui donne son nom. Encore une fois Peralta et Holt font le show et pas seulement d’un point de vue des dialogues (“Nobody cares about canine diabetes.” “They can’t give themselves shots. They have fat paws!”) c’est aussi une complicité de plus en plus palpable entre les deux acteurs que j’aime beaucoup.

Mettre Peralta responsable de la protection de Holt est presque une blague. Holt ne fait pas confiance à Peralta. Non pas qu’il doute de ses qualités ou encore de sa gentillesse et de son humour, mais disons que justement c’est un garçon qui préfère faire le pitre et Holt a des raisons d’avoir peur. Enfin, en apparence car cet épisode va encore une fois permettre aux deux personnages de se retrouver élégamment dans des situations efficaces et cocasses. Ecrit par Dan Goor, l’un des co-créateur de la série, cet épisode fait transpirer ce que la série a tenté de faire évoluer depuis son premier épisode. Je pense que Dan Goor tente de nous démontrer que Peralta et Holt sont là pour s’apprécier au fil des épisodes. L’amitié qui se dégage des deux personnages est bel et bien présente ce qui me donne confiance en la suite. Surtout que j’ai adoré le Holt du passé. Le flashback était tellement drôle. Aussi bien d’un point de vue physique pour le grimage de Andre Braugher que d’un point de vue de la scène et des dialogues. Tout fonctionne à la perfection. C’était tout simplement jouissif à souhait.
vlcsnap-2013-12-04-20h51m47s66.jpgPour ce qui est de Terry, ce dernier peut nous faire rire avec pas grand chose et c’est l’une de ses grandes forces. Du coup, ses petites apparitions dans l’épisode font tout de suite mouche et l’on en veut encore un peu plus. Cet épisode semble vouloir conclure la première partie de la saison de Brooklyn Nine-Nine avec une certaine efficacité. Diaz et Boyle ont eux aussi de leur côté drôle à quelques bons moments. Finalement, cet épisode était bon. Notamment pour Andre Braugher. Ce dernier nous offre chaque semaine un truc qui nous permet de voir plusieurs autres de ses talents d’acteurs. Je suis d’ailleurs surpris de voir que Brooklyn Nine-Nine exploite aussi bien les personnages de la série alors qu’au début, j’avais presque peur que cela devienne répétitif mais la dynamique évolue constamment. Cela a d’ailleurs de quoi rappeler Parks and Recreation qui change son style assez souvent et racontent les histoires différemment.
« I say Marco, you say Polo. Punk. »

Note : 8/10. En bref, toujours un prétexte pour nous faire rire, comédie de l’année.

Commenter cet article