Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Californication. Saison 7. Episode 3. Like Father, Like Son.

28 Avril 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2014-04-28-17h50m17s62.jpg

 

Californication // Saison 7. Episode 3. Like Father, Like Son.


Il est difficile de réellement savoir où cette saison de Californication veut nous emmener mais elle nous y emmène à son rythme. Un rythme étrange mais qui donne malgré tout quelques très bonnes scènes. Comme le face à face entre Karen et Hank au début de l’épisode au sujet du fait qu’il a déjà eu un enfant avec une autre femme et donc Karen n’est pas la première fois que Hank a engrossé. C’est en gros un peu ce qu’elle lui reproche. Je peux comprendre que Karen ait eu envie un jour d’être la première quelque chose pour Hank alors que pour lui le sexe est presque un jeu plutôt qu’un réel engagement. Encore une fois Californication tente son héros alors qu’il se retrouve face à une jeune femme tout en forme qui va lui proposer de téter ses seins ou encore de lui caresser le minou. C’est toujours aussi cocasse mais pour une fois Hank ne va pas accepter et c’est une bonne nouvelle car je n’ai pas envie qu’il foute en l’air encore une fois sa relation avec Karen car il a été bête. Il serait temps pour lui de grandir et de découvrir qu’il a un autre enfant au début de la saison a pu être un choc pour lui. Ce qui est assez amusant tout de même là dedans c’est le fait que Hank n’a de pitié pour personne et encore moins pour son fils.

La manière dont il va faire passer le petit message du « Tu n’es pas très beau » était sacrément drôle. Je ne m’y attendais pas du tout mais c’est une belle manière de faire évoluer l’histoire malgré tout. Notamment car Californication a toujours été une comédie avant d’être une dramédie. Levon ne comprend pas trop ce qui se passe de toute façon. Les relations de Levon sont catastrophiques et n’apportent rien du tout à la série. Certes, Hank est plus ou moins là pour l’aider mais ce n’est pas du tout le genre de choses que j’ai envie de voir dans cette série alors qu’elle est en pleine dernière saison. Surtout que l’on n’a pas l’impression de profiter de la relation entre Hank et Karen. Les deux ont beau plus ou moins se promettre de ne pas se quitter, c’est plutôt dommage de tenter de créer encore toujours le poncif du conflit. Je crois que cette saison 7 est presque la saison de trop dans la série. Ensuite nous avons Hank qui a son premier épisode à écrire pour le compte de Santa Monica Cop. Je trouve cette partie de l’épisode très mal exploité. On a l’impression encore une fois que Californication cherche à trop en faire et surtout à répéter ce qu’elle a déjà pu faire par le passé alors qu’il n’y a pas besoin de ça.
vlcsnap-2014-04-28-17h55m51s77.jpgDans ma tête une dernière saison n’a pas besoin de faire du remplissage et de nous donner l’impression que l’on tourne autour du pot. Sauf que c’est ce qui se passe encore une fois. Cela me rappelle un peu la dernière scène de Weeds par exemple, grosse déception qui ne renouvelait rien du tout du genre. Pendant ce temps, Charlie et Marcy nous offrent certainement ce qu’il y a de plus fun et amusant dans l’épisode. Leur relation est tellement bonne. Il faut dire que Pamela Adlon est l’une des actrices de comédie américaine que j’aime le plus. Peut-être même que Californication devrait être une série intégralement centré sur ce personnage. Je ne pense pas que ce serait une bonne idée. Finalement, Californication délivre ici un épisode décevant comme l’épisode précédent. Sans compter que je ne comprends toujours pas comment la série peut à ce point se servir aussi mal de Michael Imperioli. C’est un peu comme avoir de l’or entre les mains mais le jeter par la fenêtre en pensant ne pas en avoir besoin. C’est dingue. Finalement, Californication fait des choses frustrantes encore une fois mais me prouve malgré tout qu’elle peut aussi faire de bonnes choses.

Note : 4/10. En bref, cette saison est de plus en plus décevante. Malheureusement.

Commenter cet article