Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Cleaners. Saison 1. BILAN.

6 Mai 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critiques Séries

Emily-Osment-Cleaners-Trailer.jpg

 

Cleaners // Saison 1. 6 épisodes.
BILAN


Crackle s’est illustrée dans la production de série grâce à Chosen (déjà 3 saisons au compteur et une saison 4 en cours de préparation). Mais elle a aussi d’autres ressources. Notamment Cleaners, cette série d’action mettant en scène deux tueuses professionnelles. Avec un tel pitch, nous avons la promesse de voir une série d’action et des scènes de combat particulièrement jouissive. C’est plus ou moins. En effet, il y a bien des scènes d’action assez efficaces (notamment dans le season finale un combat à mains nues qui pourrait rivaliser avec Banshee) mais d’un autre côté je trouve le scénario parfois un peu lourd et pas toujours très intéressant. Durant toute cette saison, Roxie et Veronica vont devoir protéger une petite fille et vont donc être pourchassées par la police mais également par d’autres tueurs à gages. Voilà une autre promesse de la série de nous offrir de l’action en continue. Les six épisodes de cette première saison s’engloutissent assez rapidement et facilement. On en veut même un peu plus (c’est bien puisqu’une saison 2 a été commandée par Crackle). L’issue de la saison est assez étrange, notamment car je m’attendais à quelque chose de beaucoup plus dantesque.

Roxie et Veronica sont deux magnifiques jeunes femmes, mais surtout deux tueuses professionnelles, ultra entraînées. En plein travail pour leur patronne, elles font une déplaisante découverte dans le coffre de leur voiture. Le duo fatal se retrouvent alors pourchassé par les autorités et d'autres tueurs à gages.
maxresdefault.jpgCréée par Paul Leyden (48 heures chrono et accessoirement acteur dans Les Feux de l’Amour), Cleaners met donc en scène deux femmes très charmantes mais à qui il ne vaut mieux pas demander des comptes. Pour incarner ce duo nous avons Emmanuelle Chriqui (Situation amoureuse c’est compliqué, Mentalist) et Emily Osment (Hannah Montana, Le Chihuahua de Beverly Hills 2 et 3). Un duo presque improbable mais qui fonctionne terriblement bien. En effet, les deux actrices changent de registre et rien que pour ça, cela vaut son pesant d’or. Notamment le fait de voir la meilleure amie d’Hannah Montana en tueuse professionnelle capable de se battre comme une folle. Bien entendu, ce ne sont pas les seuls membres du casting de la série. Il y a d’autres têtes connues comme par exemple Clifton Collins Jr (The Event) dans le rôle d’un tueur à gage sans pitié (qui va finalement ne pas être aussi sans pitié que ça) ou même David Arquette (Scream). L’histoire de Cleaners n’est pas ce qu’il y a de plus rechercher et le scénario manque cruellement de profondeur.

Disons que le but de cette charmante petite série en six épisodes de vingt minutes c’est de nous plonger dans une course poursuite où le but est de se faire plaisir. Car de ce point de vue là, Paul Leyden s’est vraiment fait plaisir. Que cela soit en se rinçant l’oeil devant la plastique parfaite de toutes les femmes de la série mais également car il y a du sang et de l’action à profusion. On ne sait même plus où donner de la tête. C’est le genre de séries qui fonctionne très bien car justement elle ne nous laisse pas le temps de réfléchir et de nous dire que finalement ça ou ça pourrait être beaucoup plus travaillé. On a qu’une seule envie : binge-watcher les épisodes sans faire attention au reste. C’est ce que j’ai fais et une fois arrivé au bout je dois avouer que l’on est légèrement en manque. On a envie d’en voir un peu plus de cette bande de fous furieux. L’univers créé est aussi très coloré et pop. La mise en scène de Paul Leyden y est pour beaucoup. Je ne suis pas fan de tous les effets caméra qu’il utilise, ce n’est pas tant ce qu’il y a de plus intéressant finalement.

Le truc avec Cleaners c’est que cette série n’a strictement rien à faire de tout ce qui peut faire une bonne série et choisi donc de se faire plaisir sans rechigner. Mine de rien, la sauce prend. Comme quoi. Enfin, j’étais tout de même très heureux de retrouver Nathan Keyes (The Kings of Summer) même si son rôle dans Cleaners n’est pas très intéressant. Crackle ne produit pas ici quelque chose d’aussi mystérieux et finaud que Chosen mais peu importe, il en faut pour tous les goûts et notamment ceux qui veulent de l’action sans réfléchir.

Note : 5.5/10. En bref, une série d’action sans réflexion mais assez jouissive par moment et qui se déguste sans pouvoir s’arrêter d’épisodes en épisodes.

Commenter cet article