Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Community. Saison 3. Episode 8.

18 Novembre 2011 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Community

vlcsnap-2011-11-18-07h03m16s251.png

 

Community // Saison 3. Episode 8. Documentary Filmmaking.


Chaque semaine Community arrive à trouver de nouvelles histoires farfelues et excentriques sans que cela n'arrive - ne serait-ce qu'une fois - à être mauvais. Cette saison efface donc les non-réussites de la saison précédente de façon très intéressante. Le tout c'est sans compter les délires des personnages et le renouvellement des dialogues. Je me souviens encore de mai dernier quand Dan Harmon, créateur de la série avait annoncé ne pas avoir d'idées sur comment orienter cette troisième saison. Sauf que quand on voit le travail il est fait, on est en droit de se demander si il nous avait pas menti. NBC a annoncé au début de la semaine sa grille de la mi-saison. Pour les fans de Community comme moi c'est avec grande déception que l'on a appris l'absence de la série de la grille de la chaîne. Il y aura bien 22 épisodes, NBC a promis qu'elle serait de retour très vite… Mais quand ? Telle est la question.

Abed - "Some flies are too awesome for the walls".

Dans cet épisode, le Dean se voit confier un budget de 2000 dollars pour moderniser la publicité de Greendale. Cette dernière est assez vieillotte, toute droit sortie des années 70. Pour rafraîchir tout ça, le Dean demande au groupe d'étude de Jeff et Cie de jouer dans ce spot. La publicité n'a jamais été traité de cette façon dans Community, et surtout tout le processus créatif du Dean en lui même qui va petit à petit devenir complètent cinglé, dépassé par ses idées et le budget qu'on lui avait confié. L'épisode est d'ailleurs l'occasion de mettre en avant le personnage et sa démesure. Contrairement à m'épisode "God" d'Abed l'an dernier, celui ci arrive à faire du Dean un personnage égocentrique mais attachant malgré tout. On va passer par tous les principes du réalisateur fou, du réalisateur méchant qui veut tout diriger - le rapport avec la cravache et le Dean par exemple -. La série arrive à nous donner de très bonnes scènes, limite digne de références par la suite.
vlcsnap-2011-11-18-06h58m33s233.pngLe Dean va aussi pouvoir réaliser son rêve : faire jouer son propre rôle par Jeff. Ce dernier va imiter le Dean à la perfection, jusqu'à même le confondre de part son faux crâne chauve et ses lunettes. Jeff Winger est un personnage qui peut être impressionnant. Alors que l'an dernier on l'avait enfermé dans sa relation avec Britta, cette année tout a bien changé et il est tout d'un coup plus fun et puis libre de ses mouvements. En parlant de Britta, cet épisode a permis de lancer la future relation entre elle et Troy. Je vois pas comment ce ne serait pas possible, toute cette histoire de câlins anodinement amicaux transforme l'épisode en véritable boule d'énergie, tout en attendrissant le propos. La relation entre les deux est tellement bien avancée que cela permet de redynamiser la série. La présence de Luis Guzman dans l'épisode était une fois de plus un grand moment. Cet acteur, actuellement excellent dans How to make it in America, arrive à faire rire de sa présence.

Abed est très peu présent dans cet épisode puisqu'il est derrière la caméra qui fait un documentaire du tournage de ce spot publicitaire. Au final, on se retrouve donc devant le génie des scénaristes une fois de plus. Même le délire de diva de Pierce qui veut une caravane-loge pour lui tout seul. La chute de l'histoire est excellente justement par rapport à Pierce. Il offre une dernière scène mémorable non, mais géniale oui. Community se surpasse cette année pour allier les bons points de la première et de la seconde saison. Une performance assez remarquable, au delà même des images et des dialogues, voilà une série qui sublime à la fois ses personnages et son univers, unique dans ce monde des séries télé. L'imagination est donc bel et bien là, sans jouer dans la surenchère, ce qui avait failli à la précédente saison.

Note : 9.5/10. En bref, un épisode excellent du début à la fin, jouant sur l'exotisme de la série au travers du personnage du Dean.

Commenter cet article