Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Crisis. Saison 1. Episode 2. If You Are Watching This...

29 Mars 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Crisis

vlcsnap-2014-04-05-16h08m35s225.jpg

 

Crisis // Saison 1. Episode 2. If You Are Watching This I Am Dead.


Rand Ravich s’est vraiment perdu avec Crisis. Je ne comprends pas du tout ce qu’il veut faire. Sa série est bordélique comme pas possible et représente un modèle de série complètement désuet. Sans parler du fait que la mise en scène, l’écriture, etc. tout est dépassé. On a l’impression de regarder les restes d’une série tournée au début des années 2000 qui n’avait pas encore été diffusée. Prise dans ce sens là, Crisis serait plutôt cool et amusante. Enfin, je suppose. Mais en 2014, cela représente tout ce que les séries ne devraient tout simplement plus être. J’avais tellement envie d’aimer Crisis. Pas seulement pour Gillian Anderson et Rand Ravich mais simplement car j’aime bien ces histoires tarabiscotées qui nous envoient dans des intrigues où la course contre la montre rythme le tout. Cet épisode tourne pas mal en rond. C’est dommage car je pense qu’ils auraient très bien pu changer la donne. Après un pilote à l’écriture massacrée et à la mise en scène ratée, je pense qu’ils avaient toutes les cartes en main pour donner un vrai élan à Crisis. Sauf que ce n’est pas ce qu’il se passe. Au contraire, l’épisode ne fait rien avancer et le téléspectateur que je suis commence à sévèrement s’ennuyer.

Tout commence avec Meg qui paye 25 millions de dollars avant de récupérer Amber, sa fille. Sauf que bien évidemment elle ne va pas la récupérer et va avoir une tâche à effectuer à la place. Gibson à côté est sensé jouer le rôle du méchant. Sauf que même si j’ai de la sympathie pour Dermot Mulroney, je trouve son personnage de plus en plus inutile et ridicule. On a l’impression que les kidnappeurs sont des bras cassés. Au moins, dans Hostages, ils avaient tout prévu (enfin, en apparence). Ici on a vraiment une histoire de complot qui ne fonctionne pas autant que l’on aurait pu le vouloir. C’est un peu la même chose avec Finley et Dunn. Après que Finley ait été innocenté dans cette affaire, lui et Dunn se mettent donc à la recherche des enfants disparus. Si cela pouvait être une bonne idée que d’associer ces deux personnages, la série ne cherche pas du tout à créer une relation de coéquipier mais simplement à faire exister l’intrigue. Du coup, on se moque complètement des deux enquêteurs et l’on a tout simplement envie de zapper. Je sais, vous allez me dire : mais pourquoi tu ne zappes pas. Bonne question.
vlcsnap-2014-04-05-16h08m36s240.jpgLa réponse est simple : Gillian Anderson. J’aime tellement cette actrice que je ne peux pas la laisser toute seule. Elle incarne un personnage tellement vide. Mais dans Crisis tout est plus ou moins vide. On a l’impression de déjà connaître le dénouement et qui sont les autres méchants de l’affaire. Car il y a forcément d’autres méchants dans cette histoire. Pour ce qui est des adolescents, leurs petites discussions sont assez aberrantes. Je me demande comment on peut avoir enfin d’écrire des dialogues sur deux adolescents qui se prennent la tête pour le prix d’une chemise. Où sont nous ? Je ne sais pas mais je dois avouer que c’est assez ridicule et que je n’ai pas vraiment envie de savoir ce qui se passe dans la tête de Rand Ravich (qui a aussi signé ce second épisode). Finalement, après un pilote raté, la série ne choisie pas le chemin le plus simple pour me séduire. Au contraire elle s’enfonce dans l’ennuie et le désintérêt le plus total. C’est navrant de voir comment une série correcte sur le papier (sur le format 24) finit en bouillie indigeste une fois à l’écran.

Note : 1/10. En bref, ça tourne en rond, les dialogues sont ridicules, tout est moche et ennuyeux.

Commenter cet article