Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Crisis. Saison 1. Episode 6. Here He Comes.

22 Avril 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Crisis

vlcsnap-2014-04-22-19h31m06s147.jpg

 

Crisis // Saison 1. Episode 6. Here He Comes.


Encore un épisode de Crisis qui brasse pas mal d’air. C’est bien dommage car je suis persuadé que Crisis aurait très bien pu utiliser tout ce qu’elle met en place dans cet épisode afin d’en faire quelque chose de beaucoup plus efficace en son genre. Il y a des problèmes de partout, à commencer par le personnage de Meg. Ce que je ne comprends pas c’est que la série semble vouloir donner à ce personnage un intérêt différent de la partie FBI mais il ne se passe pas suffisamment de choses pour que l’on ait réellement l’impression qu’elle fait évoluer son histoire. La discussion qu’elle a avec le directeur de la CIA Widener était ridicule. Sans compter sur ces flashbacks niais à souhait. C’est terriblement bête de voir qu’une série avec une base aussi intéressante tombe dans tout un tas de clichés pas possibles. J’ai vraiment cru que Meg était un très bon personnage dans cette série, notamment car il ne fallait pas qu’elle nous ennuie. C’est plus ou moins le contraire qui se déroule et le téléspectateur que je suis se sent vraiment pris à la gorge. Car maintenant j’ai envie de voir où est-ce que tout cela peut nous emmener. L’autre problème c’est le kidnappeur Francis Gibson.

Ce personnage est à la fois ennuyeux mais aussi inintéressant. Tout ce qu’elle tente de mettre en oeuvre tout au long de l’épisode n’a aucun vrai intérêt et le téléspectateur que je suis à l’impression que le but n’est pas de rendre ce qu’il fait intéressant mais plutôt le reste : la rébellion qui se prépare chez les jeunes. Car ce sont eux les héros de Crisis et non pas tous les personnages adultes. Les ados sont pour certains plus intelligents que certains adultes de la série alors forcément, je suis beaucoup plus intéressé par ce qu’elle a dire de ce côté-ci. Crisis se fourvoie donc pas mal dans de grandes élucubrations peu originales et surtout peu passionnantes avec Gibson. Sa place dans la série a beau être définie, je n’ai pas l’impression qu’il soit le grand méchant loup. Au contraire, on sent que c’est presque un pion. Quant à sa relation avec sa fille, il n’y a pas grand chose à sauver là non plus. Le problème c’est que je n’aime pas du tout l’idée que le père ait une relation aussi proche avec sa fille et soit un kidnappeur. C’est presque antinomique dans une série comme celle-ci. J’aurais apprécié que la fille ait une relation plus complexe avec son père histoire de créer le doute et le conflit.
vlcsnap-2014-04-22-19h17m47s86.jpgEnfin, le dernier problème c’est le FBI. La série tente constamment de nous offrir de nouveaux éléments afin de créer de la tension autour de l’enquête que le FBI est en train de penser. Dunn et Finley tentent d’être beaucoup plus intéressants que les autres sauf que rien ne fonctionne. Mis à part quelques courses poursuites sympathiques donnant un peu plus de rythme à l’épisode, j’ai été assez déçu de voir que cela s’arrête plus ou moins là. Finalement, ce nouvel épisode de Crisis ne fait pas avancer grand chose dans la grande histoire de cette saison mais il ne permet pas non plus d’aller suffisamment loin. Je ne sais pas du tout ce que le prochain épisode de Crisis pourrait bien nous raconter et je ne suis même pas sûr d’avoir envie de le savoir. Pourquoi ? Tout simplement car il y a de gros problèmes scénaristiques qui font que j’ai plus l’impression de m’ennuyer que de voir l’histoire réellement avancer. Cela me rappelle un peu les gros problèmes que pouvaient avoir Hostages ou encore la saison 2 de The Following. Enormément de remplissage pour peu de bons ingrédients. Et pourtant, il y a de bons ingrédients au premier abord c’est vraiment ça qui me désole.

Note : 2/10. En bref, navrant de bout en bout.

Commenter cet article