Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Crisis. Saison 1. Episode 9. You Do Not Know War.

26 Mai 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Crisis

vlcsnap-2014-05-26-15h04m49s237.jpg

 

Crisis // Saison 1. Episode 9. You Do Not Know War.


Maintenant que Crisis a été annulée, j’espère que l’issue de la saison ne s’achèvera pas sur un cliffangher. En effet, lors de sa présentation, Crisis avait été présentée comme une sorte de 24 heures chrono nouvelle génération. Donc une série avec des intrigues bouclées chaque saison. L’idée n’était pas mauvaise mais la série n’a malheureusement pas réussi à nous convaincre complètement. Dans ce nouvel épisode, le Président Devore (incarné par John Allen Nelson, pas ce qui se fait de mieux en acteurs charismatiques pour jouer un Président des Etats-Unis) rend une petite visite aux agents du FBI afin de voir où en est l’enquête. Olsen, le directeur du FBI va alors demander à Dunn et Finley de partager leur théorie au sujet de cette affaire de kidnapping. Dunn et Finley forment un duo qui peut par moment être efficace mais qui a toujours du mal à sortir de la mécanique trop huilée de la série. On se retrouve donc généralement avec des choses qui ne sont pas toujours aussi efficaces que l’on ne pourrait le souhaiter. Le problème de ce duo d’agents c’est qu’il me donne l’impression que la série ne cherche pas vraiment à évoluer dans une direction ou bien une autre. Ils sont là, se retrouvent souvent dans le feu de l’action mais il ne se passe presque rien.

J’ai envie d’apprécier cette série mais il faudrait peut-être qu’elle prenne le temps d’en faire beaucoup plus. Du coup, ce qui fonctionne le mieux dans cet épisode ce sont encore une fois les adolescents. Ceux-ci vont peut-être trouver un moyen de donner un nouvel intérêt à leur histoire. En effet, Ian a trouvé une entrée secrète vers le centre de commande des kidnappeurs installé dans la cuisine. Tout cela permet donc de voir des choses qu’ils n’auraient pas du voir mais qui vont aussi pouvoir leur donner une longueur d’avance. Les adolescents sont de toute façon plus ou moins les seuls à pouvoir s’en sortir. C’est en tout cas ce que j’ai l’impression de voir dans cette série. Il y a du potentiel pour créer de nouvelles ambiances et de nouvelles choses avec les kidnappeurs mais ceux-ci sont un peu trop effacés dans cet épisode. Surtout que dans cet épisode nous avons l’occasion de mettre en scène l’un des parents dans une affaire qui pourrait amener les Etats-Unis à faire la guerre à la Chine. Je me demande d’ailleurs si au fond le but n’est pas de créer une nouvelle guerre mondiale. Ce n’est pas bête et cela aurait bien plus de sens que de découvrir des choses secrètes qui ne semblent pas faire évoluer grand chose. Car la série a toujours du mal avec sa trame de fond.
vlcsnap-2014-05-26-14h58m59s66.jpgQue veut-elle réellement nous dire ? Personnellement j’en ai strictement aucune idée et je me demande si j’ai vraiment envie de le savoir. Gibson dans tout ça manque cruellement de charisme et se fait toujours voler la vedette ailleurs. Je me demande si au fond c’est le méchant que l’on aurait pu souhaiter avoir. Il n’a pas grand chose d’intéressant et me donne l’impression de voir quelque chose qui ne sait pas du tout comment évoluer. Finalement, « You Do Not Know War » ne permet pas de retrouver l’énergie de certains épisodes précédents. On retombe dans les travers de la série à mon plus grand regret. J’aurais tellement aimé qu’ils creusent peut-être un peu plus l’histoire des adolescents au risque de ne pas trop parler de Finley et Dunn avec le Président. Ce dernier n’est pas le genre de personnages qui semblent réussir à la série (et pourtant, vous savez très bien qu’un Président est le personnage le plus important quand il s’agit de prendre des décisions). Il y a encore tellement de choses à faire pour que Crisis devienne une bonne série même si cela est trop tard (il ne reste que quatre épisodes avant la fin de la série).

Note : 4/10. En bref, dommage que certaines intrigues manquent cruellement d’intérêt.

Commenter cet article