Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Crossing Lines. Saison 1. Pilot et Episode 2.

24 Juin 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Crossing Lines

vlcsnap-2013-06-24-10h01m24s35.png

 

Crossing Lines // Saison 1. Episodes 1 et 2. Pilot (Part 1) / Pilot (Part 2).


Crossing Lines est une co-production internationale avec notamment TF1. NBC a décidé d'acheter les droits de diffusion de cette petite série européenne afin de mettre un peu d'inédits dans son calendrier. Comme les personnages l'indiquent au beau milieu de l'épisode, ils veulent devenir la Ligue des Justiciers européenne. Encore faudrait-il que les européens sachent ce que la Ligue des Justiciers est réellement si l'on en croit ce petit échange de dialogues :
"It's like we're the Justice League or something"
"Justice League ?"
"That's an american comic book about a team of super heroes"
Cela ne dira pas grand chose aux américains mais Crossing Lines me rappelle une autre série de TF1 : Interpol. Cette dernière n'était pas totalement ratée mais bien trop mécanique et obsolète.

Une unité d’élite composée des meilleurs spécialistes européens est formée pour traquer les criminels les plus dangereux. Grâce à une disposition particulière du tribunal pénal international, ils ont le pouvoir d’appréhender les criminels partout en Europe et de les présenter à la justice.
vlcsnap-2013-06-24-09h47m11s213.pngCe que l'on a envie de voir dans une série qui se veut internationale c'est une vraie conivence entre ce que l'on voit à l'écran et ce qu'il pourrait se passer dans la réalité. Et malheureusement je ne suis pas certain qu'il y ait grand chose à attendre de Crossing Lines de ce point de vue là. Tout est plus ou moins peu croyable. On pourrait avoir des personnages surnaturels que cela ne me surprendrait pas. Prenons dans un premier temps le personnage de William Fichtner. Il incarne donc Carl Hickman, introduit de façon assez peu maligne par la série. On le retrouve à Amsterdam, sert de voix off introductrice à l'épisode, ... jusqu'à ce qu'il nous révèle que sa main droite est invalide. C'était assez peu passionnant. Le personnage est sensé apporter le petit plus de la série. Alors certes, parfois il y a des éclats intéressants chez ce personnage. Notamment dans sa manière de déduire les choses. C'est efficace. Mais au fond, cela ne change pas beaucoup de certaines formules déjà vu ailleurs.

Et je pense notamment au Docteur House. Cet ancien flic de la NYPD, accro à la morphine, ... qui est était devenu ramasseur d'ordures dans un carnaval à Amsterdam. Pendant ce temps nous suivons Daniel Louis incarné par Marc Lavoine, un inspecteur qui gère toute cette petite équipe. Son personnage est plutôt correct dans le sens où Marc Lavoine l'incarne de façon assez convaincante. Je ne pouvais pas demander mieux de la part d'un tel personnage finalement. Mais dommage, car j'aurais tellement aimé que l'on force un peu plus les traits et que l'on ait alors l'occasion de voir une série plus ambitieuse. Surtout que pendant ce temps, Hickman sert de moteur humoristique à la série (“Well, that was a very impressive use of Google.”). Crossing Lines est bourrée de défauts. Durant ces deux premiers épisodes on retrouve ce que les productions de TF1 font souvent. Cette manière de réaliser qui n'a rien de bien exceptionnelle et qui m'ennui terriblement. Visuellement, alors que l'on aurait pu mettre en avant les divers lieux, on se retrouve avec quelque chose de pompeux.
vlcsnap-2013-06-24-09h46m39s148.pngDe même que la musique d'ambiance qui manque clairement de finesse. On a l'impression que l'on veut constamment nous entretenir dans cette musique ronronnante. On a pourtant envie d'une chose : que cela s'arrête. Peut être que le créateur de Crossing Lines avait un devoir envers le compositeur de la musique. Crossing Lines pourrait par ailleurs ressembler à ce que l'on va prochainement voir dans Le Tunnel, une série de Canal + adaptée de Bron (une série suédo-danoise) qui nous raconte l'histoire de la relation entre deux inspecteurs, l'un anglais, l'autre français, afin de résoudre des crimes frontaliers. Ici les criminels passent les frontières. Comme je vous le disais, Crossing Lines me rappelle donc Interpol de TF1. C'était une série bien plus intéressante dans le sens où il y avait au moins des scènes de course poursuite, d'action, ... pour entretenir le téléspectateur dans cette envie de ne pas s'endormir.

Je doute réellement de la possibilité de Crossing Lines d'être un succès. Plombée par l'ennui, la série peine souvent à se renouveler. On a constamment l'impression de voir la même chose. Les relations entre les personnages sont assez médiocres dans le sens où ils ne parviennent pas à créer l'alchimie. Il ne se passe pas grand chose entre tous les personnages alors la dynamique de groupe reste un problème important. Pourtant, chaque personnage est développé par le scénario. Il y a donc des histoires à suivre, et notamment au travers de David Louis et sa relation avec Michel Dorn, son mentor (incarné par Donald Sutherland que j'adore et qui mérite bien mieux que cette sous production). Ou encore Carl Hickman et ses troubles, ses anciens démons, ... Fichtner fait même du Fichtner. Sauf que je préferais ce dernier en forme et courant dans tous les sens dans Prison Break. Le reste des personnages brille difficilement derrière ces têtes d'affiche.
vlcsnap-2013-06-24-09h56m58s194.pngEnfin, j'ai remarqué quelque chose. Dans Interpol ou encore dans The Spiral (une série européenne de Arte), les personnages parlaient la langue du pays dans lequel ils allaient. Dans Crossing Lines, tout le monde parle en anglais, même les flics français... Tout cela est encore plus désolé.

Note : 3/10. En bref, ca patauge sévère et c'est bien dommage. Avec un casting pas trop crado, au bout du compte nous avons une série aux antipodes. Ennuyeuse et pleine de tics de séries françaises que l'on aurait bien envie d'oublier...

Commenter cet article

robin 24/06/2013 19:09


toujours pareil ces séries françaises !