Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Desperate Housewives. Saison 7. Episode 14.

14 Février 2011 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Desperate Housewives Chronicle

vlcsnap-2011-02-14-14h20m05s171.png

 

Desperate Housewives // Saison 7. Episode 14. Flashback.


Un épisode de Desperate Housewives qui me laisse comme un goût bizarre dans la bouche me fait me demander ce que j'ai bien pu faire pour que ça arrive. Car je l'ai à la fois détester et plutôt aimer. Avec seulement deux petites intrigues sympathique et une autre ridicule, pendant que la dernière rame tant qu'elle peux, rien de bien intéressant au pays du mascara grossier et des enfants cachés. Je dois d'abord vous avouez que j'avais presque oublié que la série revenait hier soir aux Etats-Unis et donc, à cause de cela, je me suis senti comme pris au dépourvu, rien n'était vraiment prévu.
Tout débute avec l'intrigue la plus mâchée de l'épisode : celle de Susan. Pire qu'une machine grippée, elle colle son intrigue de rein jusqu'à la fin de la saison. Je souffre, j'en peux plus. Sauvez moi. Quand un ancien camarade de lycée lui propose son rein et en échange veut un peu plus de Susan car il ne l'a pas vu depuis des années mais est surtout toujours amoureux d'elle. Le coup du petit livre photo ou de la réaction de Renée c'était marrant mais c'est tellement mal mené et mal fichu que j'ai eu du mal. L'épisode dissimulait le fait qu'il faut attendre la fin de la saison pour que le personnage redécole encore une fois. C'est dommage, son histoire de rein aurait pu être vite terminée et hop, on passait à être chose mais non. Ca sentait le mauvais fromage au lait tourné. Susan hérite des séjours en hôpital quand même après la saison 2 et son histoire avec le docteur Ron pour sa rate ectopique ou "la rate qui se balade".

vlcsnap-2011-02-14-13h58m04s14.pngMais super Lynette est là pour tenter de sauver tout le monde. Elle arrive à être sympa grâce aux petites scènes avec sa mère qui est riche maintenant ou encore aux quelques répliques pimentée de Larry Hagman dont le personnage va mourir sur le sofa des Scavo. Ce qui aurait pu être bien c'est qu'en fait il ne soit pas mort et qu'au petit matin, la mère de Lynette qui faisait déjà des plans sur la comètes retombe dans la dépression la plus totale. Mais non, on garde un peu moins  de ce côté assez frais de tapisserie, on retourne aux bons vieux manteaux de fourrure et aux colliers de grand mère. Non mais franchement, les goûts de la mère de Lynette sont bons à être enfermés dans un cercueil. C'est d'une laideur sans nom.
Mais Bree permet de gagner dans le ridicule un peu plus. En effet, l'autre mère du fils de Keith (qu'il ne connait pas) refait une apparition. Mais qu'est ce que c'était pas subtile. On savait dès le début que Keith allait savoir la vérité et j'aime pas trop le côté pathos qu'on veut nous faire avaler. On n'est pas des pompes, faut pas trop nous en demander non plus. Voilà et comme l'humour venait à manquer, forcément Bree soufrait. J'ai peur pour la suite maintenant et je sens que l'on va mourir de rire devant le ridicule de la fin de Bree et Keith. Je ne sais pas vous, mais moi j'ai déjà prévu d'avoir le hoquet d'un fou rire.

vlcsnap-2011-02-14-14h32m27s163.pngCependant, notre petite Gaby était là pour amener un peu de gaieté dans l'épisode. Son histoire de thérapie m'a fait décrocher quelques rires et sourires. J'avoue que j'adore Gaby et que quand elle est drôle, elle me fait souvent rire. Même si cela aurait pu être bien meilleur dans le sens écriture, les répliques était là et le personnage aussi. Il y a un potentiel certain et moi j'aime bien la Gaby qu'on a vu là. Elle se confie enfin à quelqu'un d'autre sur son enfance et son beau père qui a abusé d'elle (on reprend donc un vieux sujet déjà abordé dans une saison précédente avec délicatesse).
Et enfin, Mike et Paul qui vont jouer les papas pour Zach. Zach a tiré sur Paul, on le sait. Zach n'a plus du tout d'argent. Les flashbacks du début étaient là pour nous le rappeler (d'où le nom de l'épisode ? j'espère pas). Paul va semble t-il se ramollir dans la suite de la saison, j'aime pas ça. Son alliance de fin d'épisode avec Mike me fait vraiment peur. J'ai peur pour la suite même si le tout ne m'a pas non plu totalement déplu. Au final, cet épisode jongle entre le ridicule total et raté, le ridicule assumé et les bons petits tuyaux usés mais qui fonctionnent toujours sur moi. Il faudra juste que la série redresse le tuyau dans l'épisode prochain sinon elle risque bien de perdre ses fans dans quelque chose de trop convenu et passable.

Note : 5/10. En bref, un épisode moyen qui s'inscrit dans une sorte de dépression avant l'orage. J'espère que ce dernier arrivera pour pimenté un peu les intrigues. J'aime pas trop le calme plat.

Commenter cet article