Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Desperate Housewives. Saison 8. Episode 17.

19 Mars 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Desperate Housewives Chronicle

desperate-housewives-funeral_600x429.jpg

 

Desperate Housewives // Saison 8. Episode 17. Women and Death.

 

Je pense qu’il va falloir penser avant que la série ne s’arrêter à sponsoriser la série par Kleenex. Ce serait bien vous ne pensez pas. En tout cas, quel moment tragique et surtout larmoyant que furent les funérailles de Mike Delfino. Je n’aurais jamais pensé pleurer pour ce personnage qui nous aura bien embêté tant de temps par sa presque inutilité. Mais bon, derrière cet épisode qui est un des grands classiques de la série (et souvent assez mauvais dans son dernier), se dégage malgré tout cette idée que l’an prochain, Desperate Housewives n’existera plus et du coup, on commence à être moins dur avec ce genre d’épisodes. C’est vrai que les épisodes des funérailles des personnages de la série n’ont jamais été totalement réussis, surtout parce que l’on nous raconte des histoires à grands coups de flashbacks ridicules et inutiles. Mais c’est la dernière saison, et il faut revoir les anciens personnages de la série (Mama Solis, Rex Van de Kamp, Tom et sa frange – autant dire qu’il avait une avance sur Justin Bieber –, et puis l’histoire drôle et ridicule du Paradis). Certes, tout n’était pas une franchement réussite mais quand même. J’ai été satisfait de ce qui s’est déroulé dans l’épisode car je n’en attendais pas plus.

MV5BMTM0MTkwNTUyNF5BMl5BanBnXkFtZTcwMTQyNDU1Nw--._V1._SX640.jpg

Pourquoi cet épisode était ridicule ? Tout d’abord parce que le début de l’épisode était déjà ridicule. Franchement, le coup du coup de feu que l’on entend dans tout le quartier alors que tout le monde est au téléphone (et je parle des meilleures amies de Susan). Cela me rappelle l’horrible cri de Karen quand Julie s’était fait étrangler. Cette scène était catastrophique mais forçait au moins les zygomatiques. J’ai donc bien ri une nouvelle fois mais moins quand je me suis dit : c’est le dernier épisode de Mike dans la série non ? Et justement, afin de se souvenir de l’impact que Mike a eu sur leurs vies, et donc de ce qu’était le mariage de chacun des personnages de la série. Et cela commence par Gaby et son mariage avec Carlos qui était plus une question d’argent qu’autre chose au début pour l’une, et une question de sentiments pour l’autre. J’ai trouvé la scène de la robe de mariée assez drôle en son genre, même si c’est un grand classique de Desperate Housewives et que la série ne trompe plus personne. La suite de ce flashback remontera au fil des années afin de comprendre comment Gaby et Carlos ont évolués et surtout comment ils ont surmontés les épreuves de la vie. Mais c’est avant tout pour comprendre le fait que Gaby est devenue plus humaine au fil des ans et qu’elle a appris a aimé au-delà de l’argent.

 

C’est beau, c’est moralisateur, mais bon, je n’en veux pas à Desperate Housewives. De plus, on va introduire Mike dans le flashback, afin de comprendre aussi pourquoi il a impacté leurs vies même si je ne suis pas certain de l’efficacité de celui-ci. Vient ensuite Bree. Et là on se rend compte combien Mike n’a pas servi à Bree et surtout que le flashback est surtout là pour faire revenir Rex. Mais ce que l’on nous explique avec Bree c’est comment elle est devenue cette personne froide qui ne montre jamais ses émotions. On revient alors à son enfance et sa relation avec sa mère qui lui a appris à porter ce « masque » en toute circonstance. Je crois que le flashback de Bree est le pire de tous. Ce n’est pas qu’il n’est pas utile mais qu’est ce que c’était nul quand même non ? On avait cette impression que tout était écrit au kilomètre, comme si il fallait obligatoirement trouver quelque chose à lui faire rire. Reste alors une scène entre Rex et Bree, où Rex fait comprendre à sa femme qu’elle peut lui montrer son vrai visage. Evidemment, elle ne va pas le faire. Puis vient le tour de Lynette et de son horrible coiffure qui est là pour la montrer plus jeune. Je n’ai jamais compris les soucis capillaires du couple Tom / Lynette.

desperate-housewives-8x17-women-and-death-photo-8.jpg

En effet, on revient sur leur rencontre, sur l’achat de la maison des rêves de Lynette (c’est l’une des maisons les plus moches de Wysteria Lane mais c’est la maison de ses rêves ? Je ne comprends pas là. Sans parler de la couleur vert moisi de sa devanture). Ce flashback était mignon, permet de se rappeler les moments difficiles du couple mais qu’ils ont toujours su y faire face, grâce à Mike sur la fin. Enfin on termine sur Susan qui se souvient de la nuit de son mariage où elle était bourrée et demandait un poème à Mike (j’ai eu honte pour elle), mais aussi une scène où Mike racontait sa version du Paradis à son fils. Pour lui c’est le diner avec les meilleurs burgers qu’ils mangeaient en famille mais aussi quand il allait pêcher avec son fils, … Des trucs complètement ridicule et bazardant au complet l’intrigue même de l’épisode, mais bon. Reste alors ce qui se passe dans le présent et les funérailles. Un moment tellement éprouvant et déchirant. J’ai versé des larmes, des quantités de larmes assez impressionnantes. Je n’y peux rien, j’y suis tellement attaché à cette série. C’est un fait. Il faut vivre avec.

 

Si on remarque bien, toutes les « housewives » ont un mari mort sauf… Lynette. Gaby a eu le sénateur mort dans l’épisode de la tornade, Bree a eu Rex mort d’une crise cardiaque à cause de George et Susan elle est gâtée car deux maris sont morts (Karl par le vieux avion moisi qui s’était croûté dans la petite maison de Wysteria Lane et maintenant Mike…). Lynette a été épargné, puisque Tom est toujours en vie. Reste dans cet épisode l’intrigue du meurtre d’Alejandro et de la police qui va questionner Bree suite à la lettre reçue. Evidemment, elle va se montrer stoïque comme un balai et froide comme un glaçon. J’ai bien aimé car on suit enfin la suite de cette histoire. Bree va donc être accusé du meurtre d’Alejandro mais que va-t-il réellement advenir du reste ? Telle est la question finalement. Car ses empreintes sont sur le corps, ok. Et les autres ? Au final, ce nouvel épisode de Desperate Housewives était décevant mais j’en suis arrivé à me résoudre à le trouver correct. Ce n’est pas le pire épisode de la série, peut être le pire de la saison.

 

Note : 4/10. En bref, l’épisode était loin d’être bon mais je suis arrivé à l’apprécier pour tout ce qui s’est déroulé dans le présent et parce que je suis indulgent : c’est la dernière saison tout de même.

Commenter cet article

handy 20/03/2012 19:19


Et bien moi , j'ai litteralement adoré cet épisodes , surtout les flashback qui m'ont vraiment tous captiver ! j'adore lorsqu'ils rajeunisses les personnages , c'est tellement bien fait ! 
et puis revoir , rex , mama et l'enfance de Bree etait vraiment bien .


L'enterrement etait vraiment tres emouvant , et j'ai adoré la fin lorsque les amies de susan propose chacune , les services de leurs maris respectif .


Cette saison 8 est vraiment parfait et pour l'instant me satisfait grandement pour le final

marissa 19/03/2012 23:06


Jaime tellement cette série et jai été très émue de la plupart des scenes, j'ai cru que l'épisode passait en cinq minutes, tellement je n'ai pas vu le temps passer, donc je serai + indulgente que
toi.. Mike faisait souvent potiche et là d'un coup je réalise que ça va drôlement me manquer de ne pas le voir dans le final.


Susan qui en règle générale m'inssuporte, m'a surprise, tout en justesse. Tres émouvant.


 


Je me demande bien ce que peut nous réserver le final

Vincent 19/03/2012 22:11


Comme d'habitude, dès qu'il y a un épisode "flash-back", c'est complètement raté. Je suis à moitié déçu car je sentais la catastrophe arriver à la fin de l'épisode précédent. Marc Cherry aurait
dû faire appel aux scénaristes de Lost pour que le flash-back soit génial et passionnant.