Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Détectives. Saison 1. Pilot et Episode 2. (France).

29 Mai 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2013-05-29-12h17m05s174.png

 

Détectives // Saison 1. Episodes 1 et 2. Convictions Intimes / Jeu de piste.


France 2 a toujours lancé de nouvelles séries. Et je trouve ça intelligent de leur part. Mais parmi ces séries, rares sont les pépites. Ou bien elles sont annulées comme des mal propres. En attendant de retrouver Inquisitio, ou encore Les Hommes du Pouvoir, France 2 lançait une nouvelle série policière. Car oui, il ne faut pas se voiler la face, c'est mieux de lancer une série policière que d'avoir l'audace de proposer quelque chose de neuf. Détectives reprend donc de vieux adages policiers que l'on connait tous pour les mettre au goût du jour au travers d'un duo composé de Philippe et Nora. Un duo pas nécessairement mauvais mais qui aurait clairement pu prendre un peu plus de risques. Nous ne sommes pas face à ce que la France peut faire de moins bon, mais ce n'est pas non plus ce qu'elle peut faire de meilleur. J'ai décidé de regarder ces deux premiers épisodes, avec un peu de retard j'en conviens, mais il n'est jamais trop tard pour donner son avis non ? Surtout que ces deux premiers épisodes de Détectives ne sont pas totalement dénué d'intérêt.

A la tête de l'agence de détectives privés fondée par son père, Philippe choisit les affaires au coup de cœur. Pas question pour lui de prendre une affaire juste pour faire tourner l'agence. Aussi Maxime, le père, décide d'intervenir pour remédier aux difficultés financières, imposant à son fils Nora, une ex de la DGSE spécialisée dans l'espionnage industriel.
vlcsnap-2013-05-29-13h37m44s185.pngEnfin, en apparence. Disons que l'on peut très bien se laisser avoir par la sympathie que dégage son duo. Mais ce duo n'a rien de bien novateur dans le genre. Nous avons du (trop) grand classique sous les yeux. Le premier épisode, "Convictions Intimes" tente de faire une introduction efficace mais très étroite de la rencontre de ses deux héros. Le fait que Sara Martins (Meurtre au Paradis, Caïn, Signature), abonnée France 2, s'en sort plutôt bien. Et puis son duo avec Philippe Lefebvre (Les Tuche, Mais qui a retué Pamela Rose ?) n'est pas totalement raté. Je ne sais pas vraiment comment. Mais il fallait le noter. Ce premier épisode tente donc de placer les personnages. Au milieu de tout ça nous avons de gros cabots qui ne savent pas jouer la comédie. C'est dommage car du coup la crédibilité que Détectives tente de se donner est réduite à néant dès qu'un comédien joue mal. Le fait est que le ton humoristique que veut se donner Détectives n'est jamais incisif. C'est donc très plat et beaucoup trop bienveillant pour que le téléspectateur se sente attaché au tout.

Alors certes, les deux créateurs, Marc Eisenchteter (P.J) et Stéphane Kazandjian (Modern Love, Scalp) veulent surement avant tout nous plonger dans quelque chose de léger, sans prise de tête car au fond les gens n'ont pas envie de voir la même chose qu'ils peuvent voir chez les américains. Sauf que l'on est en droit d'attendre beaucoup plus d'une telle série. Elle avait de quoi donner sérieusement envie. C'est dommage de vouloir une telle régression policière dans le monde des séries. Mais bon, je suppose que c'est regardable (j'ai été au bout des deux épisodes). Bien que je ne sente pas une envie indéniable de revenir pour les épisodes suivants. Dans le premier épisode l'enquête, assez classique et à la mécanique un peu rouillée, nous plonge dans l'affaire de la mort d'un jeune ouvrier. L'enquête prend une nouvelle tournure dans "Jeu de piste", un épisode tout de suite plus consistant. C'est peut être même ce qui a réussi à Détectives. Le côté conspirationniste que le début du second épisode tente de développer m'a plu, mais rapidement tout replonge dans quelque chose d'une banalité sans véritable envergure.

Note : 4/10 et 5/10. En bref, un ensemble banal, malgré un duo qui fonctionne plutôt correctement et une Sara Martins pas mauvaise.

Commenter cet article