Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Detroit 1-8-7. Saison 1. Pilot.

22 Septembre 2010 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2010-09-22-15h06m44s159.png

 

Detroit 1-8-7 // Saison 1. Episode 1. Pilot.


Sgt. Longford - "Those who quit don't get no fish". Detroit 1-8-7 est un cop show dans la plus grand tradition du terme, sobre et briqué, très aseptisé et loin des plates bandes d'ABC. On sort donc des sentiers battus avec une série esthétiquement soignée, un coup de caméra et de zoom maîtrisés, si seulement il y avait de gros défauts. Sauf que voilà, ce cop show est bien visuellement. Là où le bas blesse c'est sûrement l'intrigue.
Les enquêtes d'une unité de la police de Detroit, dans le Michigan, l'une des villes les plus difficiles en terme de criminalité. Le quotidien de policiers qui font preuve de courage et d'héroïsme dans des quartiers défavorisés de la ville.
Je suis un fan inconditionnel de cop show et quand on en annonce un avec Michael Imperioli dans la peau d'un détective, le détective Louis Fitch, moi je tente. Alors, tout d'abord l'intrigue de l'épisode, ce qui est le moins réjouissant. Bénéficiant d'une intrigue classique mais un poil intéressante, la manière dont les éléments sont distillés est un peu trop septique, on à l'impression que les scénaristes sont sur la retenu, car oui, on est sur ABC. Peut être ont-ils eu peur de faire une série trop différentes, trop larges, et on en revient donc à l'élite de la chaîne. Vient un problème au milieu de l'épisode avec une scène d'un vrai ennui et d'une inutilité total. Louis Fitch nous la joue regard dans les yeux et franchement, c'était trop long, ils auraient pu coupé au montage ou je sais pas, réécrire la scène.
Ensuite, pour ce qui est de la réalisation de l'épisode, pas grand chose a redire. Je pense que l'abandon de l'aspect documentaire de la série était une bonne idée, enfin, je veux bien le croire. La caméra nous joue les zooms, pour donner plus de cachet à la série. Sans parler du fait que Detroit reste Detroit, qu'on n'abuse pas des projecteurs couleur soleil, qu'on ne veut pas être dans le clinquant et brillant de la chaîne. Detroit c'était la ville parfaite pour la série, et le pilote montre à quel point la sobriété, la différence des genres était une idée satisfaisante. Donc sans côté documentaire, la série garde le coup de crayon, pas une mauvaise idée.
Enfin, pour le casting. Imperioli casse tout sur son passage et même le reste du casting. Dans côté décontracté donne une dimension au personnage mais dans le reste il y a Damon qui est à l'origine à la fin d'un retournement de situation plus qu'innatendu. Et enfin, je dirais Maureen joué par Aisha Hinds, qui semble avoir quelque chose a raconté. Detroit 187 c'est une série qui tente de nous immerger dans un univers qui ne nous ai pas familier, c'est pas mal mais loin d'être aussi réussit que SouthLAnd. A suivre...

Note : 7/10. En bref, demande confirmation mais c'est déjà plutôt bon.

Commenter cet article

delromainzika 22/09/2010 23:16



En tout cas, c'est mieux que Chase. Mais je suis un grand fan de cop show donc pour moi c'est plus facile d'aimé les cop show. Si t'en ai fan toi aussi, je comprends pas car Detroit 187 c'est un
peu la série pour "cop show fans"



Gaetan 22/09/2010 23:07



Comme tu as pu le lire dans ma review, je n'ai pas été séduit du tout. Tu parles de sobriété mais moi j'ai plutôt vu ça comme un défaut, ça manquait vraiment de caractère, d'identité, tout était
trop lisse, même Michael Imperioli. Bref, je n'ai pas du tout adhéré mais je reconnais que ce n'est pas vraiment nul, c'est juste que ça m'a ennuyé et laissé indifférent et parfois c'est pire à
regarder qu'une série vraiment mauvaise car on peut au moins en rigoler.