Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Doctor Who. Saison 6. Episode 4.

20 Mai 2011 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : UK

vlcsnap-2011-05-20-22h47m32s190.png

 

Doctor Who // Saison 6. Episode 4. The Doctor's Wife.


C'est sûrement l'un des épisodes les plus surprenant que j'ai pu voir ces derniers temps dans Doctor Who. C'est une vraie petite pépite. Cette histoire, cette ambiance Burton-ienne proche du nirvana fantasmé d'un épisode de ce genre. En tout cas, on voit qu'il y a des moyens mis en oeuvre et c'est tellement beau visuellement, le scénario est tellement bon et juste avec une petite touche d'émotion à la fin. "The Doctor's Wife" évite l'univers fantasque de Moffat pour placer une sorte d'ambiance noire et sombre comme les meilleurs films de Burton. C'est cette ambiance crasseuse, étoilée et enchanteresse qui me rend joyeux. Je crois même avoir un peu revu de Jean Pierre Jeunet dedans. Ces multiples influences me font penser à un parfum aux belles essences.

L'idée de base de l'épisode était pourtant bancale. Le Docteur reçoit un courrier d'un autre Time Lord qui lui demande de l'aide mais la rencontre qu'il fera sera toute différente. En effet, il va rencontrer… son TARDIS. Mon dieu, qui dit Tardis, dit quand même "personnage" (si l'on peut dire) emblématique de la série. Je suis totalement fan de cette intrigue. Au début je me suis dit : la série jump-the-shark et nous propose un épisode qui va finir sans dessus dessous mais rien, quenini. L'allégresse de la rencontre et son émotion qui en ressort, c'était si beau. J'aurais peut être voulu que cela dur même plus longtemps. Cet épisode aurait sûrement mérité d'être un double au vu de la rencontre. Certes ça coûte cher mais quand même.
vlcsnap-2011-05-20-21h56m17s153.pngJe crois que l'épisode doit tout à Susanne Jones et au Docteur. Franchement, c'était parfait et les larmes de Matt Smith, un grand moment. C'est un des meilleurs épisodes que j'ai pu voir de la nouvelle ère avec le nouveau Docteur. C'était beau, triste et sensiblement bien écrit. On sent la plume qui tambourine derrière les petits dialogues pétillants. C'est saisissant et même parfois drôle car forcément la série garde aussi son attache. Du côté d'Amy et Rory j'ai trouvé ça un peu moins passionnant mais quand même bien développé. Cela allait de mise avec l'intrigue du Docteur. Rory est un peu le personnage défouloire de la série j'en ai bien peur. En tout cas, il résiste comme un roc et c'est appréciable.

Au final, voilà un épisode magique. J'ai presque rêver pendant cet épisode. Comme si moi aussi je faisais parti de ce monde. C'est beau et bien écrit avec le casting au poil. L'idée de mettre en avant la rencontre entre le Docteur et son Tardis était donc bonne et surtout en proie à de l'émotion. C'est grandiose et fascinant à la fois. L'univers est ici comme contrebalancé dans quelque chose de sensoriel. Pas mal du tout. L'intrigue fil rouge de la saison reste en filigrane tout fin, c'est pas tellement intéressant pour le moment. J'attends toujours de voir.

Note : 9/10. En bref, un épisode à la fois rêveur, magique, mystique et totalement bon (oui, je prolifère en hyperbole).

Commenter cet article