Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Elementary. Saison 1. Episode 3. Child Predator.

21 Octobre 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Elementary

vlcsnap-2012-10-20-22h34m52s237.png

 

Elementary // Saison 1. Episode 3. Child Predator.


Je n'ai jamais été anti-Elementary comme beaucoup de fans de la version de Steven Moffat. J'ai même trouvé le premier épisode plutôt correct malgré de gros défauts de la part de son héros. Le second épisode avait corrigé quelques défauts de la série, en adoptant notamment une nouvelle mise en scène beaucoup plus appétissante. Avec "Child Predator" on enclenche véritablement la troisième et c'est réussi. Ce nouvel épisode m'a beaucoup plu. Il est à la fois malin et malicieux. C'est toujours cocasse et efficace et puis le héros commence à se faire à son personnage ce qui à mon sens aide beaucoup à l'apprécier un peu plus. L'alchimie entre Lucy Liu et Johnny Lee Miller est bien plus contrastée dans cet épisode notamment lors de la petite scène des étirements. On sent que les deux personnages comment à partager quelque chose et à mon sens c'était le premier but à franchir pour la série. On ne pouvait pas rester avec ce côté pas toujours très chaud entre Watson et Sherlock. En temps normal les deux personnages devraient trouver le moyen de nous amuser et c'est ce qu'ils font efficacement dans cet épisode.

L'autre réussite c'est le cas de la semaine. Cela peut paraitre étrange mais j'ai beaucoup aimé cette affaire qui nous fait remonter en 1995 alors qu'un jeune enfant était kidnappé, abusé, et ensuite formé à devenir lui aussi un tueur de premier rang. L'enquête s'est plutôt bien déroulée et nous a offert quelques bons passages dès le départ. J'ai bien aimé le côté très simple pour Sherlock de faire des rapproches que personne d'autre que lui ne pourrait faire (je pense notamment à la bouteille de vin). La mise en scène et le bagout du héros ressemblent beaucoup à la version moderne de Moffat, mais peu importe car finalement ce n'est pas du tout la même interprétation du personnage, ni le même lieu. Du coup la série exploite assez bien New York et ses ruelles. La réalisation est toujours aussi léchée, preuve encore une fois que Elementary est une belle production. Je n'ai pas à me plaindre de ce point de vue là alors que beaucoup de séries manquent de sensibilité sur ce point. A mon sens la mise en scène c'est la présentation du plat. Un plat peut être bon, si il n'est pas appétissant on en garde un arrière goût amer.
vlcsnap-2012-10-20-22h51m50s197.pngElementary n'oublie pas non plus de cadrer son personnage. Celui d'Aidan Quinn qui incarne l'autorité de la police dans cette série tente de remettre en place Sherlock quand il dépasse les bornes. Je trouve cela intéressant car un personnage trop en roue libre ce n'est jamais bon non plus. Par cet aspect on retrouve un peu ce qui a fait le sel de The Mentalist. Pas que ce soit une mauvaise comparaison bien au contraire. Le cadre est donc bien prédéfinie. Il va falloir cependant nous offrir maintenant un bon fil rouge car Elementary en manque cruellement. Ce n'est pas quelques idées éparpillées par Sherlock qui vont réellement nous donner envie d'en savoir plus. La faiblesse de la série est donc de ne pas encore aller bien loin. Elle attend surement d'avoir une base solide de fidèle et quelques épisodes dans le ventre pour se risquer un peu plus à quelque chose de nouveau. Maintenant que Elementary s'est plutôt bien débrouillée, je pense que l'on peut dire que cet épisode était assez réussi dans son ensemble.

Note : 6.5/10. En bref, un bon épisode de Elementary que je n'avais pas vu venir. Il équilibre assez bien les personnages et les intrigues.

Commenter cet article