Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Elementary. Saison 1. Episodes 23 et 24.

19 Mai 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Elementary

vlcsnap-2013-05-19-12h21m10s228.png

 

Elementary // Saison 1. Episodes 23 et 24. The Woman / Heroine.
SEASON FINALE


Après le cliffangher de l'épisode précédent, je me suis demandé ce que Elementary pouvait encore nous réserver et c'est "The Woman" qui nous offrira une très jolie surprise supplémentaire : Irene Adler est… Moriarty. La première partie de ce double épisode final s'achevait donc sur cette révélation et le moins que l'on puisse dire c'est que j'ai eu du mal à comprendre tout de suite pourquoi. Mais c'était intelligent de nous mettre face à quelque chose de ce genre là car cela permettait de faire en sorte que Elementary ne ressemble pas totalement à ses homologues anglais. Mais au fond, elle ne pouvait pas être Moriarty. Un peu comme Red John à la fin de la saison 3 de The Mentalist. Il y a quelques similitudes assez intelligentes dans cette histoire finalement. Mais l'épisode juxtapose de façon très juste ses divers twists. Surtout que le premier du nom que je vous ai cité plus haut ne pouvait pas être un but en soit. Irene ? Moriarty ? Qui est qui. En tout cas, l'histoire de Sherlock n'est donc pas très différentes de celle que l'on peut connaitre bien qu'Irene soit un personnage particulièrement bien traité.

De plus, le moins que l'on puisse dire c'est que Natalie Dormer est tout simplement brillante dans ce rôle. Elle m'a beaucoup fait frissonner au rythme des révélations que l'épisode tente de faire au fil du temps. Le scénario parvient à mettre son talent en avant. C'est surtout grâce à son talent que ces deux épisodes sont réellement bons. Elle incarne ces deux épisodes avec une telle aisance, une telle prestance. Je pense que Elementary avait de toute façon tout à y gagner à ne pas tuer réellement Irene Adler. Ce personnage sera cependant assez cabossé durant ces deux épisodes alors que l'on va nous révéler tout un tas de choses sur elle. La première partie, "The Woman" se concentre dans un premier temps sur les retrouvailles des deux tourtereaux, le tout parsemé de quelques très bons flashbacks qui nous permettent de mieux comprendre la relation qu'ils avaient auparavant à Londres. L'idée était clairement de mettre en avant le fait qu'ils se sont aimés mais qu'elle reste encore pour Sherlock quelqu'un de très important.
vlcsnap-2013-05-19-13h41m12s114.pngL'épisode s'amuse donc avec quelques coups de cuillères à pot avec ses dialogues savoureux, et surtout la prestation de ses deux personnages. On oublie donc presque la présence de Watson à côté. Mais ce que l'on peut saluer avant toute chose c'est dans "'Heroine", le face à face entre Irene et Watson. Je m'attendais à ce qu'il y en ait un étant donné qu'elle est là pour protéger Sherlock, mais ce qu'il y a de plus pervers c'est finalement que Irene est revenue uniquement parce qu'elle voulait mettre une nouvelle fois Sherlock en vrac après qu'il ait miraculeusement réussi à se sortir de la drogue et a commencé à aller mieux. Les deux épisodes jouent beaucoup avec les personnages. J'ai beaucoup aimé la manière dont Watson a évolué durant cette première saison. On est passé d'un sidekick à quelqu'un de réellement important dans la vie de la série et des personnages. Je ne m'attendais pas du tout à m'attacher autant au personnage, surtout incarné par Lucy Liu (bien qu'elle ait prouvé son talent d'enquêtrice dans SouthLAnd auparavant).

C'est donc une bien bonne surprise. Surtout qu'elle reste encore là pour Sherlock. Je veux que leur histoire reste comme cela et je ne veux pas de relation amoureuse (cela serait clairement tuer les personnages à mes yeux). Je trouve que Robert Doherty est parvenu à insuffler quelque chose de nouveau dans les procéduraux. Autant dire que ce n'était pas simple mais il a relevé le défit avec une grande réussite. Le tout est en plus de ça très bien réimaginé pour coller à l'univers de nos jours alors que le personnage de Sherlock n'est pas quelqu'un de moderne à la base. Alors certes bien moins connecté que la version de Moffat (et ce n'est pas plus mal), Elementary s'amuse donc plus avec le talent de son casting. J'ai maintenant hâte de voir ce que Elementary nous réserve encore pour la saison prochaine, surtout avec les divers enjeux qu'ils nous ont balancé, jusqu'à l'identité de Moriarty que l'on va enfin voir.

Note : 9/10. En bref, un excellent double épisode, doublé de la présence d'une Natalie Dormer brillante.

Commenter cet article