Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Esprits Criminels. Saison 7. Episode 12.

26 Janvier 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Esprits Criminels

dina-meyer-on-csi_506x338.jpg

 

Esprits Criminels // Saison 7. Episode 12. Unknown Subject.

 

Pour son 150ème épisode, Esprits Criminels se devait de frapper fort. En effet, la série se permet de nous livrer un bon épisode (et surtout c’est le second à la suite du précédent, ce qui est rare cette saison). Je ne me suis pas ennuyé et puis il faut dire qu’ils ont sorti de la guest star aussi comme Dina Meyer (que j’avais adoré dans Point Pleasant, oui, on en revient toujours à cette série – mais elle avait aussi fait les beaux jours de Beverly Hills l’original dans le rôle de la terrible Lucinda Nicholson si mes souvenirs sont encore bons). L’épisode a également invité Jay Karnes dans le rôle d’un potentiel méchant (il est connu pour son rôle de détective Wagenbach dans The Shield ou encore l’agent Joshua Kohn dans la première saison de Sons of Anarchy). Deux guest intéressantes pour une intrigue qui avait pas mal de potentiel dès le début. A.J Cook était toute content de l’annoncer : l’épisode 150 de Esprits Criminels ne va pas décevoir les fans de la série. Je ne suis pas ce que l’on appelle un fan à proprement parler, mais j’aime bien ce cop-show (malgré le fait que le changement de direction pour l’hommage aux direct to DVD gore m’ait moins plu).

 

L’épisode nous raconte donc l’histoire d’un violeur (il a violé 12 femmes) qui utilise une chanson à chacun de ses crimes. Il est surnommé « The Piano Man » et la BAU est à sa recherche quand ce dernier refait surface pour hanter de nouveaux ses anciennes victimes. Ce qu’il y avait d’assez intéressant avec cet épisode c’est que jusqu’à la dernière minute, on ne sait pas clairement qui est « The Piano Man ». On doute jusqu’à la dernière seconde. J’étais content que le chemin que l’épisode empreinte ne soit pas aussi prévisible qu’à l’habitude. C’est tout de même intéressant de voir que la série peut aussi être prenante et captivante comme au bon vieux temps. Esprits Criminels nous offre également un petit moment de paranoïa quand on apprend que les femmes ont été droguées par une cigarette. En gros, si vous demandez une cigarette à quelqu’un dans la rue, vous n’êtes pas à l’abri de tomber sur un malade qui va vouloir vous droguer. Le personnage de l’épisode c’est clairement Regina Lampert, celle qui va kidnapper celui qu’elle pense être le fameux violeur en série. Dina Meyer est effrayante et fun à la fois. Toute la scène sur du Bonnie Tyler c’était quand même grandiose.

Criminal-Minds-715-A-Thin-Line-Promo-Picture-1.jpg

Et justement, le jeu que l’épisode a avec la musique est pas mauvais du tout. J’ai trouvé que ça collait parfaitement avec l’esprit même de l’épisode. Rien que l’introduction était très surprenante et bonne. Dès que j’ai vu que c’était une intro cool, je n’avais plus de doutes sur la qualité de cet épisode. Il ne s’arrête cependant pas au cas de la semaine, le scénariste nous propose également de plonger dans la psychologie encore dérangée de Prentiss qui ne semble pas avoir fait le deuil de ce qu’elle a perdue quand ses ami(e)s l’on enterrée la saison passée. L’histoire se suit plutôt bien en trame de fond, et surtout Prentiss est un peu mise en avant alors qu’elle avait été très en retrait depuis le début de la saison. Elle ne sait plus comment faire et gérer ses émotions. Elle se sent pourtant sereine dans son travail, puisqu’elle n’a pas a regarder derrière son épaule pour savoir si quelqu’un la suit ou non. Ainsi, ce nouvel épisode d’ Esprits Criminels était de bonne facture. J’aurais aimé que toute la première partie de la saison ressemble à ce genre d’épisodes. On reste toujours dans ce système de ce que je pense être un hommage non avoué aux direct to DVD notamment par la réalisation dégueulasse et les musiques de transitions vomitives.

 

Note : 8/10. En bref, Esprits Criminels enchaîne avec un bon épisode (après le sympathique épisode de la semaine dernière). En même temps celui-ci est son 150ème, il fallait donc sortir les violons.

Commenter cet article