Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Esprits Criminels. Saison 7. Episode 15.

23 Février 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Esprits Criminels

criminal-cause-for-concern_500x333.jpg

 

Esprits Criminels // Saison 7. Episode 15. Ignorance Isn’t Bliss.

 

Bon, allons y, encore une bonne partie d’ennui pour un épisode répétitif et aucunement inventif. Bien que Criminal Minds ne soit pas spécialement connue pour son sens aiguisée de l’originalité, elle n’en restait pas moins une bonne série policière divertissante sans prise de tête alors de devenir de barnum dégueulasse bourré de dialogues sans fond, d’intrigues survolées et de personnages dilettantes. Alors que la semaine dernière on nous annonçait une terrible nouvelle et que dans l’épisode seul J.J qui joue à la bad ass était intéressant, alors cette semaine Esprits Criminels ne fait pas mieux, voire pire. L’épisode n’était pas moins. La base est simple : un partisan aryen tue des gens dans des belles maisons et fait passer ça pour des crimes de gangs. Le lien avec un politicien qui a bien manipulé le pauvre adolescent dérangé qui tue, afin de gagner la campagne car il est au plus bas dans les sondages et qu’il est prêt à tout perdre pour gagner, alors ça aussi c’était grandiose dans le sens intrigue tordue mal fichue. La cohérence n’est pas le maitre mot de l’épisode. Bien trop intéressé par raconter des inepties, la série se perd et s’enlise dans un épisode aussi creux qu’une crevasse. Malheureusement.

 

Cet épisode m’a aussi appris que Paget Brewster est fin prête à quitter la série et aller faire sa vie dans une telenovela au Mexique. Elle nous démontre dans cet épisode qu’elle se débrouille très bien en espagnol, alors à quoi bon attendre, qu’elle court dans cette série mexicaine à Cancun où la cohérence sera encore moins de mise que dans Esprits Criminels en général. D’un côté au moins, cela permet à la série de ne pas se ridiculiser avec un accent très mauvais. Maintenant je veux entendre Rossi parler italien. On peut toujours rêver j’ai l’impression non ? Vous ne pensez pas ? Toute la partie politique aurait pu être très fun, mais non, elle est chiante et même, le pire étant que les dialogues sont tellement mauvais qu’on a l’impression de regarder un vieux téléfilm de vendetta avec Steven Seagal. Et ce n’est pas flatteur. L’épisode nous présente également son meurtrier aryen sur les bords. Là aussi c’était très mauvais. Et pourtant, cela ne débutait pas si mal. La scène d’ouverture, reprenant le classique de la home invasion était très bien foutu pour un épisode de Esprits Criminels. Car bon, il ne faut pas pousser non plus.  Mais le souci c’est que la série ne semble pas capitaliser sur cette bonne intro.

 

La suite manque de cachet et d’intérêt tout de suite. On s’enlise inévitablement dans une intrigue sans véritable sens. Plus l’épisode avance plus on sent que les scénaristes ne savent plus raconter et inventer pour que le téléspectateur reste devant son écran et se dise : oulala, j’ai peur maman. Esprits Criminels était une série qui était sensée nous présenter les pires criminels sauf qu’elle est devenue depuis quelques années sa propre parodie et c’est donc très mauvais. Ce n’est pas ce que je veux de cette série. Parfois des épisodes très mauvais au niveau esthétique et présentation peuvent avoir un bon scénario et vice versa, sauf que celui là ne fait aucun effort des deux côtés et évidemment, cela se fait ressentir. J’étais joyeux lors du retour de la série en janvier car elle enchainait les 2/3 bons épisodes à la suite les uns les autres, mais là on plonge une nouvelle fois dans la catastrophe que la série peut être en général. Je suis déçu et je ne peux même pas me consoler en me disant que la suite pourrait être un tantinet potable car de cette septième saison, tout ou presque est à jeter.

 

Note : 2/10. En bref, je pense que ce retour à la grande débandade d’Esprits Criminels va bien me saouler une nouvelle fois. Préparez vous à des critiques rageuses encore…

Commenter cet article