Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Esprits Criminels. Saison 7. Episode 22.

10 Mai 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Esprits Criminels

rossi-stresses.png

 

Esprits Criminels // Saison 7. Episode 22. Profiling 101.

 

Ce n’est pas la première fois que Criminal Minds utilise le principe de la conférence devant des étudiants pour un épisode et c’est souvent le moyen d’enfin revenir aux racines de la série. Un choix éditorial que j’ai donc beaucoup apprécié dans ce nouvel épisode de la série. « Profiling 101 » raconte une histoire qui met avant toute chose Rossi en scène. Ce dernier était à la tête d’une enquête sur un tueur en série qu’il n’a jamais réussi à arrêter. Il a tué au moins 40 victimes, mais cela pourrait facilement dépasser les 100 étant donné que seulement depuis 1992 des corps ont été retrouvés. L’intrigue était assez bonne, elle est à suivre au travers de flashback sympathique donnant un côté oldschool assez bon à la série. Même si tout n’est pas parfait, j’ai bien aimé cette reconstitution. Et surtout, il y a la présence de l’équipe lors de cette conférence afin d’établir un profil et de mieux analyser le comportement de ce serial-killer. Mon seul problème avec l’épisode c’est son incohérence avec l’intrigue même de la série. En effet, en 2005, Jason Gideon était dans l’équipe de la BAU, et évidemment, on a un flashback en 2005 avec Rossi et l’équipe. J’ai trouvé cette pirouette scénaristisque un peu trop grossière.

 

En effet, jusque là l’épisode se suivait sans aucun problème, et je dirais même qu’il était très inspiré. Sauf cette partie en 2005 casse complètement le réalisme de l’enquête qui est menée. Gideon a vraiment été effacé de la série, comme si il n’avait jamais existé. Je veux bien que les producteurs de la série soient rancuniers vis-à-vis du départ de Mandy Patinkin (je le suis moi aussi), mais il faudrait que l’on évite d’aller un peu trop rapidement en besogne. De plus, quand on fait revenir Rossi au FBI dans la saison 3, cela faisait plusieurs années qu’il avait pris sa retraite, et pas uniquement 2/3 ans. En gros, l’épisode est basé sur de grosses incohérences, comme si les scénaristes avaient complètement oublié toutes les saisons précédentes et encore pire, le pilote même de la série. Bon, malgré ces grosses ficelles dans le scénario, on s’en sort globalement assez bien. « Profiling 101 » revient donc aux racines même de Criminal Minds et cela fait plaisir à voir. Les personnages enquêtent, et analysent le personnage. Surtout que ce cas d’école est d’autant plus intéressant qu’il n’a jamais eu de solution (pour le moment). Je ne serais pas surpris que le double épisode final de la saison se porte sur ce personnage où que dans une prochaine saison on y revienne dessus.

CRM3430_640x480_2230755867.jpg

Chacun apporte sa pierre à l’édifice dans le scénario, truffé de dialogues de profiling et l’on se régale. Moi ce que j’attends de Criminal Minds, bien plus que d’une série qui tourne au torture-porn, c’est vraiment des analyses des comportements, que l’on nous donne des profils types, des serial-killer qui sont fous dans leur tête certes mais qui calculent leurs faits et gestes. Bref, des vrais tueurs comme l’on peut voir dans cet épisode. Je ne recherche pas tous ces méchants dont les traits sont volontairement poussés à l’extrême pour tenter de séduire le téléspectateur. Outre le point faible de la cohérence, j’ai une certaine réserve vis-à-vis de la scène d’interrogatoire. Je n’ai pas trouvé que c’était très convaincant. Il manquait peut être un peu d’originalité sûrement. Au final, Criminal Minds nous offre ce qui est pour moi le meilleur épisode de la saison. Assez bien documenté sur ce qu’il tente de raconter, et surtout avec ce côté « on livre nos connaissances sur le sujet » m’a beaucoup plus. C’est assez bien foutu aussi niveau image, loin de ces couleurs protubérantes qui nous donne l’impression d’être face à un direct to DVD dégueulasse.

 

Note : 7/10. En bref, un épisode inspiré et se rapprochant de ce que la série pouvait faire à ses débuts.

Commenter cet article

VK Serie 13/05/2012 17:17