Critiques Séries : Esprits Criminels. Saison 7. Episode 5.

vlcsnap-2011-10-21-18h51m32s73.png

 

Esprits Criminels // Saison 7. Episode 5. From Childhood's Hour.


Cette nouvelle saison d'Esprits Criminels a le don pour enchaîner les merdes. Après le plutôt sympathique épisode de la semaine dernière, cette fois c'est un épisode qui m'aura presque fait dormir qui nous ait livré. Il vaut quand même le coup, pour les scènes de Rossi et de sa première femme - à croire que CBS n'a pas voulu que la maison de Rossi soit créer sans la sur-exploitée à fond puisque en deux épisodes c'est la seconde fois qu'on la voit - et elle a quelque chose d'important et de très émouvant à lui dire puisqu'elle est atteinte de la sclérose en plaque. Ce nouvel épisode de la série policière de CBS n'a pas vraiment réussi a avoir l'impact qu'il aurait voulu sur moi. Disons que l'affaire de la semaine était tellement laborieux qu'il était difficile de se connecter avec tout ce sentimentalisme qui ne se cache pas, et surtout qui impose des gros plans sur les visages de Rossi et son ex femme afin de faire monter l'émotion, sans que pour moi la sauce est prise. Et pourtant je suis client de ce genre de choses.

L'affaire de la semaine se concentre sur la disparition de jeunes enfants dont la mère est un peu dérangée. Au début l'épisode prend une forme assez classique du format de Criminal Minds et malgré les grosses ficelles j'aurais cru qu'on aurait un divertissement correct. On ne déplace plus les montagnes depuis pas mal de temps de toute façon. Mais ce n'est pas le cas, tout était très précipité et forcément, quand on veut se la jouer à la hâtive on se retrouve avec un épisode qui ressemble plus à une merde bien ennuyeuse pondue par CBS qu'une série qui est sensée livrer de l'action. Alors ça cabotine. Et l'affaire, alors qu'elle aurait vraiment pu prendre ses ailes plonge petit à petit dans l'incompréhension et surtout les scènes lourdes, mal écrites dont le scénario ressemble presque à un jouet Fisher Price. Il y a aussi la mère un peu dérangée, la première, qui était tellement ridicule que j'ai pouffé sans me pose de questions.
vlcsnap-2011-10-21-18h55m21s61.pngVient alors la suite de l'épisode, peu subtile. Le côté profiling sent le réchauffer, comme si les dialogues venaient tout droit d'un épisode déjà bien mauvais de la série (car il y a en a une petite flopée aussi il ne faut pas croire). J.J a de plus en plus de place, juste pour justifier son retour j'ai bien l'impression, et pour Emily c'est un peu moins le cas. Les scènes entre les différents collègues sont de plus en plus proches. Ca fait plaisir à voir cette synergie de groupe, et ça me fait un peu penser à Bones d'ailleurs (et je ne serais pas surpris que les scénaristes s'en soit inspirés de ces rendez vous entre amis/ collègues). Au final, voilà encore un épisode raté cette année, je pense qu'on est plus à deux près, et vu que l'on joue aux montagnes russes, le prochain épisode devrait être sympa… Enfin, j'ose espérer car sinon je pestifèrerai encore une fois, et pas qu'un peu.

Note : 2/10. En bref, un épisode laborieux, ennuyeux… Seul les personnages sauvent la face.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article