Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Esprits Criminels. Saison 8. Episode 1.

26 Septembre 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Esprits Criminels

vlcsnap-2012-09-26-22h15m47s215.png

 

Esprits Criminels // Saison 8. Episode 1. The Silencer.


Et si le départ de Paget Brewster de Criminal Minds était ce qui pouvait arriver de mieux à la série ? Cela fait un bon bout de temps que je n'avais pas vu un épisode de Criminal Minds aussi agréable. La saison 7 était assez catastrophique (je n'ai pas pu sauver beaucoup d'épisodes, surement 2 ou 3) et l'annonce dut départ de Paget Brewster de la série m'avait encore plus rebuté à l'idée de débuter cette nouvelle saison. Mais l'arrivée d'une actrice chevronnée comme Jeanne Tripplehorn (Big Love) ne pouvait que me donner envie de voir par simple curiosité si Criminal Minds pouvait faire pire ou au contraire, redevenir la petite série policière psychologique qui parle réellement de profiling et qui va au coeur de l'action pour nous parler des problèmes des personnages. "The Silencer" fait donc une introduction assez brèche d'Alex Blake (le personnage que Jeanne incarne dans la série), on sait qu'elle vient de Seattle et qu'elle est prête à revenir sur le terrain (après un évènement dont nous connaitrons un peu plus les ressorts à la fin de l'épisode). Tout le monde doit donc déjà aller sur le terrain, un moyen assez pratique de ne pas trop en faire et de nous livrer notre dose d'action nécessaire.

Ce que j'ai apprécié avec cette enquête c'est que Alex Blake apporte un peu plus de fraicheur et de nouveauté que tous les personnages actuels de la série. Elle est surement l'élément qui peut redonner à Criminal Minds cette partie très analytique que j'ai toujours adoré (notamment avec Gideon durant les deux premiers épisodes, ou encore quelques fois avec Reid qui malheureusement ne fait plus grand chose dans la série dernièrement à part ronronner dans son coin sauf quand les épisodes sont consacrés à son personnage). L'autre bonne chose de l'épisode c'est la mise en avant d'Erin Strauss. Depuis le début je pense que ce personnage mérite bien plus qu'une place de seconde zone. Son intrigue sur son addiction à l'alcool était très solide par exemple, du coup, je suis content de voir que le personnage pourrait bien être plus présent. Elle donne les directives ce qui change d'Hotchner et offre donc un vent de fraicheur sur la série policière qui s'est le plus dégradée de ces dernières années.
vlcsnap-2012-09-26-22h32m24s201.pngDu côté du méchant de la semaine, c'est un sourd muet et prisonnier qui parvient à s'évader. Sauf qu'il n'est pas non plus très bien dans sa tête et parvient à penser que tout le monde qui tente de l'aider lui veut du mal. C'était un méchant assez différent de tous les cinglés que l'on peut voir dans la série. J'ai donc été agréablement surpris par ce cas. Il est assez loin des cas classiques que l'on peut voir dans les premiers épisodes de saison habituels. Ce n'était pas non plus exempts de facilités narratives et de poncifs assez ennuyeux, mais finalement… c'était beaucoup plus digeste que 90% des épisodes que l'on a pu avoir durant la saison précédente. Au final, "The Silencer" permet à Criminal Minds de reprendre sur le bon pied. Je ne sais pas si cela va se poursuivre mais l'intrigue qui se trame cette saison (cela faisait longtemps que l'équipe n'avait pas été menacée par un cinglé) en fil rouge, l'arrivée d'Alex Blake et la mise en avant de Strauss, tout cela combiné donne sérieusement envie de se pencher sur le cas de cette saison 8.

Note : 6/10. En bref, un retour convaincant pour Criminal Minds, un vent de fraicheur s'abat sur la série qui renouvelle un peu ses intrigues, ses personnages et débroussailles sont côté pompeux. Agréable.

Commenter cet article

Cilou 27/09/2012 14:37


Je ne regarde pas toujoursla série mais j'aime beaucoup le jeu de Jeanne Trripplehorn. Elle fait partie de ces grandes actrices qui font peu parler d'elles mais qui ont beaucoup de talent.
J'aimais beaucoup Big Love .