Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Esprits Criminels. Saison 9. Episode 13.

24 Janvier 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Esprits Criminels

vlcsnap-2014-01-24-00h39m22s163.jpg

 

Esprits Criminels // Saison 9. Episode 13. The Road Home.


Outre le fait que le cliffangher donne clairement envie de revenir la semaine prochaine pour savoir ce qu’il s’est réellement passé et pourquoi, je dois avouer que Criminal Minds marque encore une fois des points avec « The Road Home » dans la catégorie série qui prend de la bouteille certes mais qui justement, s’embellie avec l’âge. Comme quoi, toutes ces histoires particulièrement mauvaises que l’on a pu voir durant quelques saisons précédentes sont ici oubliées. La saison évolue vers quelque chose de plus sombre, de plus réfléchi, ne se laissant plus avoir par le côté torture porn qu’elle pouvait adopter il y a encore un an de ça. Je ne sais pas du tout ce qui se passe dans la tête des scénaristes ces derniers temps mais en tout cas ils sont inspirés et ce dans le bon sens du terme. De plus, on a vraiment l’impression de se retrouver dans des histoires réalistes, ce qui rend les choses encore plus efficaces à mon humble avis. Il y a plusieurs histoires dans cet épisode et la première se concentre sur la famille de l’ancien ami d’armée de Rossi. Chaque année Rossi a droit à son épisode et c’est une très bonne chose. Ce sont généralement de très bons épisodes et celui-ci ne déroge pas à la règle.

En tout cas, cette petite histoire emmène donc Rossi voir Harrison Scott (que l’on avait déjà vu dans l’épisode 8.07 l’an dernier). Nous allons donc plonger un peu plus dans la vie de ce personnage et tenter de comprendre ce qu’il se passe. Rapidement la série nous offre une manière bien à elle de dire les choses, en utilisant à la fois son langage très professionnel mais aussi en ajoutant une petite dose d’émotions comme elle sait le faire. Cela créé un artifice certes mais un bon artifice. En tout cas, je n’ai rien à redire de ce point de vue là étant donné que le tout fonctionne terriblement bien. Malgré tout, il y aussi une toute autre histoire que l’épisode développe avec le reste de l’équipe. En effet, le cas de la semaine se concentre sur un homme brisé qui a souffert de la perte de sa femme et de son fils lors d’un home invasion il y a de ça plusieurs années. C’est le genre de choses qui doit dévaster une personne et je peux le comprendre. Du coup, la série tente de nous faire comprendre la douleur de cette personne pour justifier (plus ou moins) ses crimes et ce même si ceux-ci ne sont pas très jolis à voir.
vlcsnap-2014-01-24-00h39m22s170.jpgL’épisode nous balance donc entre les deux intrigues et les deux ont leur intérêt. Au fond elles se rejoignent plus ou moins avec une certaine subtilité. Cela rend donc le tout assez jouissif finalement pour le téléspectateur. Je dois avouer que cet épisode représente tout ce que je peux apprécier dans Criminal Minds et même plus encore. Je n’aurais jamais cru que cette saison allait aller dans cette direction mais bon sang que j’en veux encore et encore. Ce serait bête de ne pas continuer à faire des bons épisodes, soignés, cherchant aussi à être réaliste. C’est aussi une saison plus sombre que les autres ce qui ne gâche en rien le plaisir du téléspectateur. Cet épisode marque par ailleurs les débuts de Joe Mantegna en tant que réalisateur. Si Criminal Minds a déjà laissé sa caméra entre les mains de Matthew Gray Gubler régulièrement et Thomas Gibson, c’est maintenant au tour de Joe Mantegna de nous montrer ce qu’il sait faire (et en plus avec un épisode qui le met plus ou moins au centre puisque l’une des deux intrigues se concentre sur lui). Le 200ème épisode approche…

Note : 7.5/10. En bref, un très bon épisode de Criminal Minds, soigné et au cliffangher surprenant mais donnant déjà envie de voir le 200e épisode.

Commenter cet article