Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Fais pas ci, Fais pas ça. Saison 5. Episode 2.

7 Novembre 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critiques Séries

France-2-2012-11-07_220329.jpg

 

Fais pas ci, Fais pas ça // Saison 5. Episode 2. L'été indien.


Même si ce second épisode n'était pas aussi bon que le premier, il réservait malgré tout son lot de bonnes choses. Cependant, j'ai remarqué quelque chose de bien plus surprenant dans cet épisode (par rapport au précédent ) : Valérie Bonneton est de plus en plus présente dans la série et laisse alors sur le carreau toute la famille Bouley par exemple. "L'été indien" exploite donc le personnage de Fabienne Lepic. Et c'est grâce à elle que l'épisode tient plutôt bien debout. Entre quelques dialogues percutants ("Ta mère se casse le tronc" entre autre) et de bonnes scènes (celle de la salle des archives, la scène au lit avec les pensées des Lepic, …). Mais le meilleur moment restera surement le Maire joue Joe Dassin sur fond de L'été indien. Fabienne doit représenter Sèvres au Québec et évidemment, elle va se demander si elle peut le faire ou non. Mais la série s'amuse très bien avec elle et nous offre alors avec elle ses meilleurs moments. Fais pas ci, fais pas ça a toujours su bien exploiter le talent de Valérie Bonneton. Cependant, il faut affaire attention à ne pas trop en faire non plus. Le téléspectateur peut très vite se lasser d'un épisode qu'il voit trop souvent.

Pendant ce temps, Renaud Lepic croit que les robinets Binets vont être rachetés par les chinois suite à une rumeur de rachat. Là encore la série exploite assez bien le personnage et nous offre quelques bons moments (comme celui où il se permet de rêver remettre son patron à sa place). Mais ce qui ressort surtout du personnage de Renaud, c'est évidemment sa gentillesse et sa sincérité. On sent qu'il n'est pas vraiment heureux et même s'il est numéro un maintenant, ce n'est pas vraiment ce qu'il veut. C'est là aussi que Fais pas ci, fais pas ça veut nous prouver que quand l'on arrive là où l'on voulait arriver, parfois cela n'a pas que du bon. On peut se rendre compte que ce n'était pas ce que l'on voulait. La série s'en amuse évidemment quand Renaud se rend compte que sa femme est partie pour trois semaines (c'est d'ailleurs surement pour cela que Valérie Bonneton a été surexploitée dans ces deux premiers épisodes, afin de nous laisser un souffler). Je retiendrais ici encore une scène imaginée : celle de Question pour un Champion. La preuve que Fais pas ci, fais pas ça peut très bien se confondre dans l'illusion.
France-2-2012-11-07_215957.jpgChristophe ne travaille toujours pas et pourtant c'est la rentrée. Yaniss Lespert n'est pas l'acteur le plus drôle de la série mais il incarne le personnage qui me ressemble le plus à petite dose bien évidement car Fais pas ci, fais pas ça a grossi les traits. Je ne suis pas forcément un grand feignant mais je le suis un peu et du coup, je me retrouve un peu dans toutes les manigances du personnage pour éviter telle ou telle chose. J'ai hâte de voir comment cela va se goupiller pour lui par la suite. C'est tout de même la seconde fois qu'il annonce à ses parents qu'il veut faire comme Denis Bouley. En même temps, ce dernier ne fait pas grand chose. Alors qu'il ne trouve pas d'inspiration pour son nouveau livre, tombe sur un vieux copain d'enfance qui n'arrêtait pas de le charrier lors de sa séance dédicace à la FNAC et nous offre une session de thérapie, alors le personnage traine un peu. Disons que seule la bonne humeur très communicative de Bruno Salomone vaut le détour.

De son côté, Fabienne reste un personnage aléatoire. Elle ne fait pas grand chose et intervient à plusieurs stades de sa famille, aussi bien pour aider Tiphaine à aller mieux alors que Christopher l'a quitté ou encore pour trouver un moyen de faire en sorte que sa fille ne se morfonde pas trop. Je n'ai pas trop aimé, et l'épisode m'a aussi beaucoup rappelé que le fils Bouley existait. Il était presque absent de l'épisode précédent que j'en avais oublié son existence. Et pourtant, son utilité dans l'épisode n'est pas particulièrement intéressante. C'est alors que Fais pas ci, fais pas ça prépare aussi la suite. Entre le départ pour quelques épisodes de Fabienne Lepic et la potentielle révélation sur la sexualité de Charlotte qui semble plus pencher pour les filles, on devrait avoir de bonnes surprises. Fais pas ci, fais pas ça reste une bonne comédie française, et toujours aussi léchée et bien interprétée. Rien à redire de ce point de vue là c'est certain.

Note : 6.5/10. En bref, un agréable petit épisode qui vaut surtout pour la sur-présence de Valérie Bonneton et accessoirement de son mari.

Commenter cet article

Cilou 08/11/2012 12:37


@Julien, je comprends tout à fait tes arguments mais de mon côté ça me fait toujours rire... pour l'instant. Après un journée de travail ça passe bien.

julien 08/11/2012 07:13


franchement je suis encore plus déçu!!  l'histoire de renaud lepic a déjà été exploité dans les saisons précédentes! ce n'est pas la première fois qu'il risque de perdre son job et qu'il
nous fait une mini crise! donc une vraie redite...


du coté de fabienne j'ai vu beaucoup plus drôle, rien de percutant, le pire vient des bouley, je suis las de voir Valérie n'avoir jamais de vraies histoires à elle , elle vit dans l'angoisse
depuis 5 saisons et ce à travers les peripeties de ses gosses et de denis bouley!


le reste des histoires de la famille bouley est assez plat, je parle même pas de typhaine peu drôle, en revanche denis bouley est assez drôle il faut dire que j'adore l'acteur!


je regarde les épisodes un peu comme si j'avais déjà tout vu, aucunes vraies surprises, aucun fou rire comme avant, un peu comme si la série ne pouvait plus innover!


le départ de fabienne m'inquiète bcp a vrai dire...


bref assez déçu! 

Cilou 07/11/2012 23:01


6,5 c'est un peu faible comme note...


J'ai bien aimé l'épisode , qui est pour moi de même qualité que le précédent.


Le monde du travail est plutôt bien décrit je trouve, c'est assez criant de vérité.