Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Fringe. Saison 1. Episodes 12, 13 et 14. (Rerun)

14 Août 2010 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Fringe

fringe-saison-1-episode-07-2782690adsjj_1821.jpg

 

Fringe // Saison 1. Episode 12. The No-Brainer.

 

Un épisode hommage à Videodrome de Cronenberg ? En tout cas la scène d'ouverture le laisse penser avec cette main qui sort de l'écran. Dans cet épisdoe, Peter, Walter et Olivia enquêtent sur la mort de deux personnages, trouvées le cerveau liquéfié, face à leurs ordinateurs. Alors que les morts s'accumulent, le trio décèle un lien commun entre les victimes. En voilà un épisode flippant mais qui n'a rien de lié à la mythologie de la série. En effet, pas de Mr Jones ou autre mais simplement une enquête, certes prennante mais qui n'avait rien du tout en rapport avec l'histoire de la saison sauf peut être cet inspecteur qui n'aime pas Olivia et qu'Olivie n'aime pas non plus.

Cependant, je dois dire que le résultat est plutôt bluffant. Rien que la scène d'ouverture était géniale. On ne peut être que surpris par ce charme qu'à la série, à la fois froid et flippant. Car la scène d'ouverture, dans le noir, seule lumière l'écran d'ordinateur, c'était digne d'un film. Sauf que sur un film cela aurait été moins rythmé et là, en 50 minutes, l'épisode sait séduire pleinement en jouant la carte de l'émotion. Une carte jouée à la perfection. Fringe c'est sûr : c'est pas du cinéma, c'est de la télé mais très bien formatée.

 

Note : 9.5/10. En bref, un épisode tout en émotion.

 

fringe-saison-1-episode-13-2782708iquxz_1821.jpg

 

Fringe // Saison 1. Episode 13. The Transformation.

 

Je me répète mais encore une fois, c'est une scène d'ouverture très réussie. On est dans un avion, un homme saigne du nez et débute alors la folie du passager qu'on prend pour un fou sauf qu'il n'est pas fou. Cette série le dont pour installer la frousse dès le début de l'épisode. Tout d'abord grâce au fait qu'on instaure une ambiance calme pour tout accélérer d'un coup et nous faire flipper pour tout couper avec l'excellent générique et thème musical de la série.

Bref, un avion s'écrase, le corps d'une victime a subit une sorte de mutation, c'est dégoutant et d'ailleurs dans les bonus des DVD de la saison 1 que je vous invite à acheter, on en apprend un peu plus sur cet épisode, des choses que je ne vous révèlerais pas pour éviter de spoiler un peu trop sur la suite de la saison. Enfin bref, une enquête classique et peut être un peu trop d'ailleurs car même si l'on croise encore John Scott et un de ses souvenirs, ce n'est pas le meilleur épisode de la saison, loin de là. On est déçu par beaucoup de choses et surtout la réutilisation de l'avion. Mais bon, pour que cela soit réaliste, c'était intéressant de le faire. Si les révélations faites par les personnages ne sont pas très intéressantes et peuvent s'apparenter à de la déception, et bien vous avez tout compris.

En effet, l'épisode était assez éteint, pas assez prenant car même quand l'autre risque de se transformer dans les bureaux du FBI, franchement, j'aurais aimer qu'il aille jusqu'à bout, au moins il y aurait eu de l'action et de la casse, des morts. Voilà, cela aurait rythmé l'épisode. Cependant, ça se déroule avec un avion, comme dans le pilote et on peut donc lui reprocher les mêmes choses. Une scène d'ouverture géniale et une baisse de régime sec à la suite. Bon, le pilote était vraiment bon, bien meilleure que cet épisode car on avait les personnages pour sauver tout le monde. Mais là, non, pas tellement car John Scott nous offre un spectacle très décevant. Dommage.

 

Note : 6/10. En bref, un épisode trop correct de la série.

 

Fringe-Saison-1-Ep-14.jpg

 

Fringe // Saison 1. Episode 14. Ability.

 

Et rebelotte. Je pourrais faire des copier coller de mes phrases d'ouvertures car là c'est la même chose. On semble être dans une scène classique de la vie quotidienne, quelqu'un qui vend des journaux,... mais non, pas du tout. Car ce sera même orifices tout boucher. Et d'ailleurs, ca me rappelle la phrase drôle de Walter, et assez dégoûtant quand même "Vous avez vérifier son pénis et son anus ?". J'adore. Il est tellement drôle ce personnage, c'est à en faire peur à tout le monde. Enfin, peur, j'exagère mais c'est vrai.

Dans cet épisode, les autorités allemandes interrogent en parallèle  Olivia sur ses relations avec David Robert-Jones, un prisonner qui s'est évadé il y a quelques mois, et s'est installé aux Etats-Unis. J'adore. On apprend donc qu'il s'est évadé et le très méchant Mr Jones va finalement se rendre au FBI pour parler à Olivia. Cependant, ce débile d'agent qui met des batons dans les roues d'Olivia va l'empêcher d'aller lui parler et alors, un autre agent va mourir de la même manière que celui qui meurt au début de l'épisode. Ah ah ! Par ailleurs, la découverte du manifeste du ZFT, intriguant je trouve. En effet, c'est sympathique de voir

Mais ce n'est pas tout car il propose un test à Olivia. Olivia doit réussir ce test car elle a été traité au corthexiphane, voilà une nouveauté dans la série que l'on découvre. Ce sont des tests qu'effectuaient ces enfants quand ils étaient jeunes et Olivia en faisait partie, voilà pourquoi on lui avait prit du liquide spinal. OMG ! J'adore. Je suis totalement fan de ce Jones et de ses petites révélations qui font mal. Et la fin de l'épisode avec le désamorsage de la bombe par Olivia et ces petites lumières éblouissantes quand on est fixes on peu trop. Whoua quoi !

 

Note : 10/10. En bref, un épisode prennant et même plus encore en jouant une nouvelle carte sur le passé de son personnage principal.

Commenter cet article