Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Fringe. Saison 3. Episode 10. Firefly.

22 Janvier 2011 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Fringe

vlcsnap-2011-01-22-15h06m25s92.png

 

Fringe // Saison 3. Episode 10. Firefly.


"Fringe is not dead", "Fringe moves to Fridays"… C'est au terme d'un tunnel promotionnel que Fringe faisait son apparition aux Etats-Unis dans la "deadly slot", la case de la mort pour une série, comme une sorte de retraite prématurée. Sauf que FOX compte sur les fans pour "réanimé" la case et faire de Fringe un succès (à sa mesure) dans cette case. C'est pas gagné, mais le pari de l'épisode est lui cependant réussi. Je ne suis donc pas déçu du résultat, "Firefly" est une nouvelle perle au sein d'une parure Fringe-sque.
Vous avez demander des Observateurs ? Et bien en voici. En effet, dans cet épisode pour le moins déroutant, l'Observateur doit faire en sorte que Walter soit prêt à laisser partir son fils une nouvelle fois (après la première fois quand son "vrai" fils est mort). C'était donc assez perturbant comme épisode avec toute la dimension émotionnelle qu'il y avait. J'avoue que j'ai fondu et été ému devant les scènes entre Peter et Walter : la première avec l'histoire des clés et la seconde quand il doit sauver son fils au téléphone. C'était tout simplement étonnant et crevant de vérité. Les deux acteurs ont développé cette relation père fils tout à fait remarquable et c'est une série qui mérite vraiment son nom des fois, en marge des sentiments.
Vous avez demander de la guest star ? Et bien en voici. Dans cet épisode on a de la guest et pas des moindres puisque c'est Christopher Lloyd qui incarne un ancien musicien (dont logiquement Walter est fan) qui dans un hôpital reçoit la visite de son fils décédé. Cette intrigue était très bien ficelée car elle permettait d'amené à la dimension personnage de l'épisode et donc à Walter pas insensible à l'affaire. Depuis deux épisodes Fringe se concentre sur l'émotion qu'elle peut fournir et après Olivia et Peter dans le précédent, c'est à Walter lui même et sa relation avec son fils que l'on s'attaque. C'est réussi.

vlcsnap-2011-01-22-15h15m43s44.pngVous avez demander de la mythologie ? Et bien en voici. Cet épisode ne sert pas juste à tirer les larmes au téléspectateur mais aussi à développer sa mythologie autour des Observateurs qui font une annonce pour des moins déconcertante. Le cliffangher final de l'épisode sur la possible mort futur (récent) de Peter me laisse pantois. J'ai cru mourir que j'ai entendu cette phrase. Je me dis qu'au final la série est entièrement imprévisible. Les scénaristes savent depuis le début où ils vont et on s'est fait retournés l'esprit pour en arriver là avec des idées brillantes et une écriture des plus maîtrisée.
Vous avez demander de l'émotion ? Et bien en voici. C'est pas encore que Fringe va laisser de côté les larmes et les relations. Il faut dire que les relations des personnages fonctionnent à merveille. Je pense par exemple au livre préféré de Peter qu'il avait envoyé à Olivia (l'autre Olivia). Cela permet de revenir doucement sur ce qui s'est passé dans l'épisode précédent sans trop en faire. Olivia commence à retrouver le sourire et peut être même l'envie d'être avec Peter. Pour cela il lui faudra sûrement du temps mais qu'importe, elle avance à son rythme. Je veux pas voir de mariage ou de fiançailles pour le moment.
Au final ce nouvel épisode de Fringe était aussi léger qu'une plume et ce pourtant avec la qualité fournie du scénario. Autant dire que la série est tout simplement brillante et remarquable et je crois que je ne cesserais jamais de la répéter : c'est un chef d'oeuvre télévisuel.

Note : 9/10. En bref, un épisode magnifique avec l'alliance parfaite entre mythologie, intrigue sectaire, relations et émotions.

Commenter cet article