Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Fringe. Saison 3. Episode 14. 6B

19 Février 2011 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Fringe

vlcsnap-2011-02-19-14h16m32s191.png

 

Fringe // Saison 3. Episode 14. 6B.


On nous l'annonce depuis le début de l'année, nos jours monde sont menés à se recentrer et on le voit de plus en plus. L'histoire du vortex, des trous temporels et de l'ambre montre à quel point notre monde est proche de rencontrer l'autre monde. Et puis forcément, l'intrigue de l'épisode ressemble beaucoup au dilemme de la relation entre Olivia et Peter. Deux personnes de deux mondes différents qui s'aiment mais ne devraient pas. Voilà donc une fois de plus un épisode qui m'a surpris. Le tout était traité différemment et puis j'adore la réalisation des épisodes, c'est très soigné, on voit un trait de crayon propre. Les personnages eux aussi jouent leurs cartes et nous offrent une performance au sommet.
Tout d'abord Walter. Il est marrant ce personnage. Il choisi d'être chaperon et de tenter de faire en sorte que Olivia et Peter se retrouvent tous les deux et puissent passer un bon moment ensemble. La fin de l'épisode ne fait aucun doute sur le choix que va faire Peter finalement : il a choisi Olivia et Olivia à choisie Peter. Voilà qui va dans le bon sens. Les petits moments égratignés de l'épisode où les deux personnages vont jouer carte sur table et ouvrir leur petit coeur c'était mignon. Fringe est une série qui est passée de ses débuts de série fantastico-réaliste à de la pure SF. C'est une transition qui a été faite avec malice et intérêt. Cependant, cette petite romance permet de garder la réalité sur place, j'aime bien qu'on évite pas leur relation jusqu'à je ne sais où.

vlcsnap-2011-02-19-14h38m02s29.pngIl y a également l'ouverture de l'épisode qui m'a vraiment pris aux tripes. C'est une des rares série qui arrive à créer quelque chose en seulement quelques minutes pour ouvrir un épisode. Un univers est mis en place, des personnages en danger, de la peur, des mystères et des choses que l'on aurait jamais cru possible. Comme si l'on était avec un épisode de "Au Delà du Réel" version courte. Le rythme qui est toujours mis dans ces scènes est parfait. Cette fois, une de plus, la scène d'ouverture m'a rappelé un peu le film "L'Ascenseur" et ces films d'horreur impotent qui mettent en scène des personnages mort au bout de quelques minutes : les slashers-movie. On ne sait pas ce qu'il va se passer, qui va mourir, … Pas mal. J'étais cramponné au fond de mon canapé.
L'intrigue en elle même était assez basique. Fringe n'a pas tellement besoin de cas gargantuesque où tout ce qui est fait est là pour exploser les yeux du téléspectateur. Non, cette fois c'est une relation amoureuse. Alors certes on revient sur la petite histoire d'amour de Peter et Olivia, c'était logique. Les cas de cette saison sont très fantaisistes, j'ai l'impression que les scénaristes se jouent de nous. Cet épisode montre vraiment que le potentiel est là, même dans une affaire qui au final, était plus simple que correct.

vlcsnap-2011-02-19-14h38m14s149.pngVient le moment de cette histoire de vortex. J'aurais aimer que ce vortex s'ouvre vraiment. Ca aurait pu être intéressant. Les deux mondes auraient eu un vrai point commun. Alors bien sur, Walter en va de sa petite (ou grande) explication en fin d'épisode : "If the vortex had opened, I would be able to seal it. And then there would be new cracks and we would seal those cracks, and those cracks in our universe would beget larger cracks and... over there, decades of research and funding... The best solution Walternate could come up with was this. And it won't be enough. Once the universes start to unravel, there'll be no stopping it.". Cette phrase était intelligente et résume vraiment l'ampleur de ce que veut nous dire la série dans la suite de la saison. Cela peut déplaire aux téléspectateurs mais pour moi, la fin de saison s'annonce des plus mystérieuse d'une part amiss aussi des plus excellentes.

Note : 8/10. En bref, quand les relations jouent une carte étonnante, la série s'ouvre un peu plus et les failles temporelles prouvent combien Fringe est toujours excellente.

Commenter cet article

Mikaël 20/02/2011 20:43



Encore un très bon épisode. J'ai aimé la simplicité de cette histoire. J'ai aimé toutes les questions que se pose Walter pour savoir s'il doit utiliser l'ambre comme dans l'autre monde. Et
apprécié aussi qu'il se demande comment a réagi Walternate de son côté. Je me dis que Walternate a dû se poser les mêmes questions que notre Walter. Après tout, on a vu son côté un peu plus
humain dans le dernier épisode qui se passait dans l'autre monde...