Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Fringe. Saison 3. Episode 17. Stowaway.

19 Mars 2011 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Fringe

vlcsnap-2011-03-19-16h41m26s67.png

 

Fringe // Saison 3. Episode 17. Stowaway.


Encore de l'inventivité comme ça dans Fringe et je vais faire une crise cardiaque. Sauf qu'ici, c'est le cas d'une femme qui ne peut pas mourir qui intervient dans l'épisode. Ce ne sera donc pas pour cette fois. Fringe livrait ici encore une fois un épisode délicat comme une petite brise matinale. Le tout était garni avec de l'humour très présent, bien trouvé et intelligent. L'épisode n'a pas à rougir de ses détraqueurs, Fringe est certainement le plus beau cadeau de J.J Abrams aux fans de science fiction, un vrai masterpiece. Ce nouvel épisode permet donc de voir encore une fois de plus les talent d'actrice d'Anna Torv, qui me subjugue plus on avance dans le temps. En tout cas, c'est parfait, beau, esthétique et pas du tout cheap pour un sou alors qu'avec les réductions budgétaires on aurait pu le croire.

vlcsnap-2011-03-19-16h06m58s117.pngLe plus important dans cet épisode c'est bien sûr William Bell qui investi le corps d'Olivia. "Bellvia" était le personnage qu'il fallait pour cet épisode. L'alchimie est à son comble. L'humour est parfaitement orchestré entre Bellvia et Walter. On sent la petite complicité entre les acteurs de la série, c'est comme une famille que l'on montre à l'écran. J'en suis fan. C'est un épisode aux multiples moments qui font que tout de suite on se sent bien. J'ai cru être avec eux à un moment, j'étais transporté dans leur univers si calme et paisible. C'est d'ailleurs un vrai bonheur avec Fringe de retrouver la sérénité d'une série qui ne prend pas son téléspectateur volontairement en happe mais qui le prend simplement quand il y en a besoin. On n'est jamais dans l'urgence ni pressé. Fringe est un monument de la plénitude. Pour en revenir à Bellvia, c'était marrant le fait que il/elle drague Astrid. Le jeu des deux actrices étaient à son comble. Un grand moment Fringe-sque.

vlcsnap-2011-03-19-16h12m38s189.pngL'affaire de la semaine permet également de se rendre compte de l'importance des cas loners de la série. Dans la première saison ils étaient pétillants et éclatants, plus l'on entre dans la série, plus ils semblent intimistes et proche de l'émotion même des personnages. C'est un vrai travail qui n'était pas fait avant. Maintenant on peut avoir de la compassion pour cette femme qui devait mourir avec sa famille mais qui a survécu car elle ne pouvait pas mourir. J'ai trouvé cette histoire touchante que j'en avais tout le coeur pincé à certains moments de l'épisode. En sens venir ce que les scénaristes veulent nous faire passé. Un vrai petit message complaisant que j'aime par dessus tout. Fringe est donc de plus en plus soignante avec les personnages de ses loners. C'est presque devenu un jeu, le jeu de celui qui arrivera à être le plus touchant pour le téléspectateur. Réel plaisir pour moi.

vlcsnap-2011-03-19-16h34m05s8.pngEnfin, l'arrivée dans notre monde de l'agent Lee est une aubaine. D'une part cela permet de se rendre bien compte que nos deux mondes sont si proches et se rapprochent de plus en plus de la collision à venir. Derrière ses lunettes et son sourire enjôleur, Lee est un personnage que j'adore. Je l'aime beaucoup dans l'autre monde et ici, en agent du FBI ne sachant pas ce qu'est la Fringe Division, découvrant la folie de Walter et Bellvia. J'étais à la fois hilare et passionné. Le personnage est encore une fois un atout sorti de la manche, au bon moment. Au final, Fringe livrait ici un épisode d'une douceur et peut être même je ressentais le froid qu'il faisait à cette époque de l'épisode. Je suis du genre emphatique avec cette série, c'est un plaisir que je prend depuis maintenant trois ans, et je ne suis pas près de m'en sortir car Fringe avec moi, c'est pour la vie.

Note : 9/10. En bref, en sortant la carte de l'humour et du duo Bellvia/Walter, la série permet d'offrir à son longer un supplément d'âme et une touche familiale d'une finesse extrême. Parfaitement enrobé, voilà un épisode qui m'a fait chaviré.

Commenter cet article