Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Fringe. Saison 4. Episode 10. Forced Perspective.

28 Janvier 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Fringe

vlcsnap-2012-01-28-13h46m30s148.png

 

Fringe // Saison 4. Episode 10. Forced Perspective.


Après deux épisodes à nous avoir bluffés par la mythologie de la série au travers de moments d'action et surtout le grand retour de David Robert Jones qui dans l'épisode précédent faisait office de grand retour aux sources pour la série avec une grande réussite. Ce nouvel épisode choisi alors que nous proposer un traitement plutôt malin de la mythologie de la série et surtout de Olivia. En effet, cette dernière a été avertie qu'elle devait mourir par un Observer. Sauf que Olivia ne sait pas qui sont les Observers bien évidemment, car tout n'a pas été éludé comme dans la précédente version de notre monde dans lequel ils vivent actuellement. "Forced Perspective" choisi une intrigue dans laquelle Olivia peut se retrouver quand une jeune fille, également traitée par Massive Dynamics au cortexiphane se retrouve avec le pouvoir de prédire les morts et de les dessiner. Forcément, Olivia va retrouver son côté sensible quand elle était enfant, et cette partie de sa vie qu'elle n'a jamais aimée avant de se retrouver adoptée par Nina Sharp - oui, car dans ce monde là, elle a été adoptée par Nina -.

Le début de l'épisode avec la première mort m'a fait penser légèrement à Destination Finale. C'était assez fun en fait, et j'ai donc bien aimé. Disons que le dessin et la mort tout est assez bien fichu. Peut être que les scénaristes avaient vu le tout dernier volet de la saga cinématographique et qu'ils se sont dit : Aller ! On va en faire un épisode. La jeune fille est incarnée par Alexis Raich (que quiconque a vu Tant d'amour à donner - un téléfilm - reconnaître sûrement) et son père est incarné par le non moins connu Currie Graham (acteur incruste dans toutes les séries et notamment House où il incarnait le mari de Stacy qui en voulait à House). Pour revenir sur la jeune fille elle était très sympathique, touchante et tout ce qu'il fallait pour que l'on sente le poids de son histoire. Emily est une adolescente qui va dessiner une mort violence provocant celle de plusieurs personnes d'un coup dans une explosion. Cet épisode offrait donc une bonne histoire pour lancer l'épisode. Je n'ai donc pas boudé mon plaisir.
vlcsnap-2012-01-28-13h46m46s54.pngPar ailleurs, l'épisode permet également de rapprocher Olivia de Emily dans ce qu'elles vont ressentir. Cela n'est pas sans rappel un épisode de la saison 1 où Olivia se retrouve avec un de ses meilleurs amis (à Jacksonville) et qui faisait croire à Olivia qu'elle tuait des gens la nuit dans le métro - c'était un excellent épisode d'ailleurs celui ci -. Mais l'épisode permet aussi de faire écho au premier épisode où Olivia découvre les Observers. On a une scène qui ressemble clairement à l'une de la première saison où Broyles montre cette fameuse pièce secrète du FBI où l'on enquête activement sur l'Observer. C'est ce que j'adore dans cette saison 4, toutes les références et redites de la première saison. J'ai tellement aimé cette série depuis le début (oui, dès le pilote dont j'avais vu le pre-air une dizaine de fois avant la rentrée US). Fringe est une série qui arrive donc tout simplement à revenir sur des éléments sans aucun problème. Bien évidemment, tout se fait dans la simplicité la plus totale. L'ambiance de l'épisode rappelle aussi la première saison et son côté froid, clinique.

La discussion entre Olivia et Nina était très bonne, mais j'ai quand même préféré celle de la fin de l'épisode. On sait que Nina Sharp est une méchante de l'histoire, mais voir une Olivia complètement désarçonnée quand elle lui parle me fait grand plaisir car la série prend des risques avec ses personnages et je trouve ça fascinant. Alors que le début de la saison était consacré au retour de Peter parmi nous avec beaucoup d'efficacité et d'émotions mais également de question, ce dernier se retrouve enfin à faire la paire avec Walter. C'est la première fois que cela arrive depuis le début de la saison. Et cela fait plaisir à voir car on avance enfin dans cette intrigue. En utilisant une enquête de la semaine qui semble assez déconnecté de l'intrigue de la saison, finalement on se retrouve avec une histoire qui permet de se retrouver avec les personnages. Au final, ce nouvel épisode était très bon une fois de plus dans un style relativement différent par rapport aux épisodes précédents. C'est ce que je trouve de fascinant avec Fringe : elle peut passer d'un état à un autre en l'espace d'un épisode sans que l'empire coule.

Note : 9/10. En bref, un épisode qui entretient de façon émotionnelle les relations entre les personnages au détour d'une intrigue très bien orchestrée.

Commenter cet article

Vincent 29/01/2012 13:36


J'ai pensé exactement comme toi quand j'ai vu la première mort, ça m'a tout de suite fait penser à Destination Finale. Cette première mort était excellente car on voit à peine la poutre et 2s
après le gars se fait embrocher. C'était violent mais terriblement efficace. D'ailleurs, la façon de mourir dans !fringe est souvent excellente, ça change des morts sans saveur que l'on peut
trouver dans les Experts ou dans Mentalist par exemple, ce qui rend ces 2 dernières séries complètement fades.


C'est bizarre, car j'ai trouvé l'épisode un peu mou par rapport aux 2 précédents et pourtant j'étais complètement dedans. J'ai une toute petite déception, c'est que j'attendais pendant presque
tout l'épisode qu'un personnage principal meurt (je m'attendais à la mort de Broyles "gentil").

Glendir 28/01/2012 18:09


Plus cette série avance et plus j'espère qu'elle ne va jamais ce terminer. On en a encore la preuve avec cet épisode. Par contre je crois que tu as fait une confusion, en effet, dans Dr House,
 Currie Graham jouait le mari de Stacy et c'est David Morse qui incarnait le détective.